“La Possibilité d’une île”, roman Kierkegaardien

Ce texte a été rédigé en vue de l’enregistrement des “universités d’été de RCF” en juillet 2021.

Couverture de la réédition de poche, à laquelle je fais référence dans cet article de blog.

La Possibilité d’une île (2005) est un roman à la fois typique et singulier dans l’œuvre de Houellebecq. Typique en ce qu’on y retrouve tous les thèmes fondamentaux des romans et réflexions de Houellebecq : l’impossibilité de l’amour et de la sexualité dans la civilisation occidentale, l’impossibilité anthropologique du bonheur, le besoin métaphysique et social d’une religion couplé à l’impossibilité de son existence en raison de l’individualisme postmoderne. C’est le roman houellebecquien où la poésie est la plus présente, et où le lecteur a le plus de chances de découvrir que le Houellebecq romancier est aussi un Houellebecq poète1, que le Houellebecq soi-disant cynique est aussi un Houellebecq romantique2, presque fleur bleue. Mais c’est aussi un roman houellebecquien singulier en ce qu’il est le plus ambitieux, tant dans sa forme que dans son fond.

Continuer la lecture
  1. L’essai d’Agathe Novak-Lechevalier met particulièrement en lumière l’importance du Houellebecq-poète pour comprendre les romans de Houellebecq. Houellebecq. L’art de la consolation, Stock, 2018 []
  2. Aurélien Bellanger, Houellebecq, écrivain romantique, Leo Scheer, 2010 []

De l’esthétique à la “philosophie de l’art”. Réflexions à partir de l’œuvre de Jacqueline Lichtenstein

Jacqueline Lichtenstein, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à Paris 10-Nanterre, puis à la Sorbonne, est décédée le 3 avril 2019. Son œuvre est désormais achevée, et nous pouvons lui rendre hommage, en réfléchissant à la manière dont elle a infléchi l’esthétique vers une définition très personnelle de la “philosophie de l’art”, et sur les enjeux philosophiques et institutionnels de cet infléchissement. Continuer la lecture

Compte rendu de “La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique” de Maryvonne Saison (Presses de la Sorbonne, 2018) – par Valentin Sonnet

Le point de départ de l’ouvrage est celui de l’histoire, insatisfaisante, de la réception de l’œuvre de Mikel Dufrenne jusqu’à nos jours : cette œuvre est méconnue, lorsqu’elle n’est pas simplement oubliée, ou peu lue ; car, même lorsqu’elle jouit d’une notoriété et d’un intérêt, ceux-ci ne portent que sur un de ses aspects – au mieux, la phénoménologie ; généralement, l’esthétique d’orientation phénoménologique –, et, trop souvent, sur un seul ouvrage : Phénoménologie de l’expérience esthétique ; mais, ni l’esthétique, ni la phénoménologie, ne sont continûment revendiquées. Or, si la lecture de l’œuvre dufrennienne est ainsi presque toujours réductrice, et si les phénoménologues ont attendu tant d’années pour s’y intéresser, alors on ne peut expliquer l’oubli dont elle fut victime à partir des années 1970 par cela seul que, originale et atypique, elle refusait les courants majoritaires d’alors : l’orientation heideggérienne d’une part, et structuraliste, d’autre part. Plus profondément, elle pâtit d’un échec à en saisir l’unité à travers la diversité des thèmes traités.

Continuer la lecture

Compte rendu de la conférence de Maryvonne Saison sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault

Jeudi 28 mars 2019, dans le cadre d’un séminaire de master consacré aux Aveux de la chair de Michel Foucault, Maryvonne Saison, professeur émérite à Paris X-Nanterre, a proposé une communication sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault, à l’occasion de la publication de son livre La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique aux Presses de la Sorbonne.

Continuer la lecture

Esthétique et philosophie de l’art

Ce carnet a deux objectifs.

Le premier est de réfléchir sur l’actualité de l’esthétique et de la philosophie de l’art :
1) Notes de lecture sur des publications très récentes dans le domaine.
2) Comptes rendus de journées d’étude ou de colloques (non nécessairement organisés par mon équipe ou par moi-même) importants dans ma discipline. Ce carnet se distingue donc de ceux émanant de centres d’études dédiés à la philosophie de l’art.

Le second est d’écrire des billets relatifs à ma propre recherche, qui ne pourraient faire l’objet de publications traditionnelles dans des revues disciplinaires ou grand public :
1) Réflexions “sur le vif” à partir d’un spectacle, d’un concert, d’une exposition ou d’une œuvre littéraire.
2) État des projets éditoriaux en cours.

Les enseignants-chercheurs et doctorants de ma discipline sont les premiers lecteurs attendus, mais également toute personne intéressée par les relations entre l’art et la philosophie.