Programme du congrès 2024 de la Société Française d’Esthétique

Congrès 2024

de la

Société Française d’Esthétique

Vendredi 14 et samedi 15 juin 2024

Paris, La Sorbonne, Amphis Quinet et Michelet

Esthétique comparée

Le beau, l’art et l’esthétique au-delà de l’Occident

Si l’ethnologie est souvent mobilisée pour montrer la relativité des objets qualifiés de beaux et celle des choses classés sous le mot art ainsi que les fonctions et valeurs attachées à ces dernières, certains théoriciens ont développé une anthropologie renvoyant à des invariants transculturels et transhistoriques. Les sciences cognitives ont, elles aussi, réactivé la recherche d’universaux invitant à réfléchir sur l’éventualité de structures formelles sous-jacentes comme la symétrie, par exemple, dans la lignée des travaux de Gottfried Semper qui, marqué par le naturalisme de Cuvier, entendait dégager les formes et principes fondamentaux qui sont à l’origine de tous les arts, occidentaux et extra-occidentaux, ou encore des analyses de Aloïs Riegl dont la vaste étude comparée de l’architecture assyrienne, babylonienne, perse, indienne, chinoise et égyptienne, lui fit concevoir l’histoire comme la transformation dynamique d’un ensemble de motifs formels dotés de potentialités et de virtualités propres. 

La tension entre culturalisme et universalisme concerne, on le voit, à la fois les propriétés esthétiques – et en tout premier lieu, le beau -, et la notion d’art. Le registre du beau ne recoupe pas celui du sundara du sanskrit, du kalon des grecs, du wabi sabi des japonais ; sans parler du fait qu’une même langue peut disposer de deux concepts du beau comme, en Chine par exemple, le Cuo Cai Lou Jin (错彩镂金) et le « Chu Shui Fu Rong (出水芙蓉). L’extension et la compréhension du concept d’art sont extrêmement variables : quels types d’objets ou d’activités recouvre-t-il ? quels genres artistiques subsume-t-il ? Quelles hiérarchies (arts majeurs/ mineurs) et quelles relations les lient ? Existe-t-il néanmoins des invariants poïétiques, une permanence des processus de création et d’attention ? 

Le débat traverse les productions discursives et au-delà, les disciplines académiques qui traitent de ces objets, à commencer par l’esthétique. Celle-ci a été baptisée en Europe au milieu du XVIIIème siècle, mais, d’une part un acte de baptême n’est pas un acte de naissance, et d’autre part la question de savoir exactement ce qui est né reste posée. Quels rapports et quelles différences existe-t-il par exemple entre cette discipline et les traités de peinture et de calligraphie de la tradition chinoise qui font une large place aux qualités d’appréciation et à la culture du connaisseur, ou bien qui étudient la connivence énergétique avec l’ensemble de la réalité ? Que dit le fait que les considérations sur la beauté et la perfection dans les traités d’Al-Kindi, Al Fârâbî ou Avicenne ne soient pas isolées du reste de leur œuvre ? Quels parallèles peut-on faire entre des textes ayant joué un rôle séminal dans diverses aires culturelles comme La Poétique d’Aristoteen Europe et la Sculpture du dragon en Chine?

L’immense question des transferts culturels qui se sont produits au cours de l’histoire et continuent à se produire, se profile aussitôt. Comment des termes, des concepts, des thèses, des atmosphères sensibles et théoriques venus d’ailleurs se sont-elles implantées diversement dans d’autres sols ? Comment ont-ils modifié, enrichi ou appauvri la pensée sur l’art et le beau, en donnant naissance à des constructions conceptuelles inédites ou à des orientations nouvelles ? Qu’est-ce que ces dernières ont produit en retour ?

La question des difficultés et des enjeux, herméneutiques et métaphysique, de la traduction constitue l’ombre portée des différents aspects de l’esthétique comparée. Faut-il se résoudre à un relativisme linguistique et conceptuel ? La traduction ouvre-t-elle au contraire vers l’universel ? Les intraduisibles sont-ils des impensables ? 

A l’âge de la mondialisation des échanges et du tourisme, de l’ouverture des nouveaux musées, comme celui d’Abu Dhabi, à un récit universel et décloisonné de l’histoire de l’art insistant sur les connivences entre artefacts issus d’aires géographiques et temporelles éloignées, l’esthétique comparée est bel et bien requise. Parce que l’esthétique, qui partage avec la philosophie dont elle est un domaine, une vocation architectonique, est seule à même de tenir ensemble les résultats des différentes approches de ces sujets (approches historiques, anthropologiques, ethnologiques, psychologiques, neurologiques, cognitives) ; et parce que l’esthétique, quand elle se fait comparative, prend du champ par rapport à son univers notionnel, ses questions usées, et parfois même ses ornières conceptuelles, en les considérant d’un œil neuf à partir de ces catégories exogènes, ouvrant un espace de réflexion renouvelé, enrichi et vivifié, et favorisant le dialogue interculturel. 

Entrée libre gratuite, mais seulement sur inscription (nom et prénom à adresser avant le 10 juin à c.talonhugon@gmail.com)

Vendredi 14 juin, Amphi Quinet, La Sorbonne

9h : accueil, allocution de bienvenue et introduction au congrès par Carole Talon-Hugon, présidente de la Société française d’esthétique

9:30 

Dominique Chateau

Directeur de rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique, Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Institut ACTE.

La mutation esthétique japonaise à partir de l’ère Meiji 

10:15

Carlotta Santini 

Chargée de Recherche CNRS École Normale Supérieure – UMR 8547 Pays Germaniques / Transferts culturels.

Les témoins de la préhistoire

11h : pause

11:15

Adnen Jdey

Chargé de recherches au FNRS (Belgique), Chercheur associé à l’IMEC en 2021-2022, en charge du fonds Henri Maldiney.

L’esthétique est-elle une morphologie comparée ? Le jeune Maldiney face aux arts non-occidentaux (1953-1954)

12h

Mohamed El-Himer

Enseignant-chercheur à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc), et membre du laboratoire de recherche en Sciences du langage, Littérature, Arts, Communication et Histoire (SLLACH)

Défis de l’esthétique de la réception dans la traduction des Mille et Une Nuits

Pause déjeuner

14:15

Jean-Marie Schaeffer 

Directeur de recherches émérite au CNRS et Directeur d’étude à l’EHESS, Distinguished Professor Emeritus à l’Université de Bonn (Allemagne).

Faut-il choisir entre universalisme et relativisme ? (titre provisoire)

15h

Ancuta Mortu

Chercheure au département d’histoire de l’art de l’Université Masaryk (République Tchèque) et membre du projet « Remote Access : Understanding Art from the Distant Past ». 

Diversité esthétique et variabilité cognitive 

15:45 : pause

16h

VU Cong Minh

Enseignant à l’Université Catholique de Lille, à l’Université Lille 3 ainsi qu’à l’école d’animation Piktura. 

Pour introduire la métaphorologie dans l’esthétique

16:45

Hung-Hsing Chen

Professeur adjoint à l’Institut supérieur de gestion des arts et de l’entreprenariat de l’Université Yat-Sen de Taïwan, critique et commissaire d’exposition.

L’esthétique de l’art bouddhique contemporain comme réappropriation culturelle

Samedi 15 juin, Amphi Michelet, La Sorbonne

9:30

Jean-François Charnier

Ancien directeur scientifique de l’Agence France-Muséum  

Le Louvre Abu Dhabi, une histoire culturelle de la globalisation (titre provisoire)

10:15

Hans Kretz

Pianiste, chef d’orchestre du Stanford New Ensemble, chercheur, et enseignant au département de musique de Stanford University (USA).

Jugement esthétique et contextes institutionnels : une approche comparatiste

Pause

11:15

Olivier Ammour-Mayeur

Associate Professor à l’International Christian University de Tokyo (Japon). 

Esthétique Zen ou de la beauté du vide 

12 :00

Raphaël Pierrès

Professeur agrégé affecté dans l’enseignement supérieur (PrAg) à l’Universiteé Paris-Est Créteil. 

Lieu des images, images de lieux : à partir de Kant et Nishida 

Pause déjeuner

14 :15

Ondine Bréaud-Holland 

Professeur de philosophe esthétique/théorie de l’art à l’Ecole supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco (ESAP. Pavillon Bosio). 

Telle qu’un « barbare en Asie »

15h

Pascale Elbaz et Wang Jing

Pascale Elbaz est docteure en langue et civilisation chinoises de l’Inalco, enseignante-chercheuse à l’ISIT (Institut supérieur de communication interculturelle et de management) et chercheuse associée à IFRAE (Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est). 

Wang Jing est docteure de l’Université Paris-Saclay et enseignante-chercheuse à l’Université de Nanjing (Chine). 

Notions d’esthétique traditionnelle chinoise à l’épreuve de la traduction

15:45

Biliana Vassileva

Danseuse et Maître de conférences HDR en Danse, et membre du Centre d’Etude des Arts Contemporains à l’Université de Lille.

Le glissement de quelques valeurs esthétiques en danse au croisement des arts classiques en Chine, Cambodge, Bali (Indonésie) et Europe.

16:30

Discussion générale, conclusions et prolongements

Congrès 2024 de la Société Française d’Esthétique : appel à communication.

APPEL A COMMUNICATION

Esthétique comparée

Le beau, l’art et l’esthétique au-delà de l’Occident

Si l’ethnologie est souvent mobilisée pour montrer la relativité des objets qualifiés de beaux et celle des choses classés sous le mot art ainsi que les fonctions et valeurs attachées à ces dernières, certains théoriciens ont développé une anthropologie renvoyant à des invariants transculturels et transhistoriques. Les sciences cognitives ont, elles aussi, réactivé la recherche d’universaux invitant à réfléchir sur l’éventualité de structures formelles sous-jacentes comme la symétrie, par exemple, dans la lignée des travaux de Gottfried Semper qui, marqué par le naturalisme de Cuvier, entendait dégager les formes et principes fondamentaux qui sont à l’origine de tous les arts, occidentaux et extra-occidentaux, ou encore des analyses de Aloïs Riegl dont la vaste étude comparée de l’architecture assyrienne, babylonienne, perse, indienne, chinoise et égyptienne, lui fit concevoir l’histoire comme la transformation dynamique d’un ensemble de motifs formels dotés de potentialités et de virtualités propres. 

La tension entre culturalisme et universalisme concerne, on le voit, à la fois les propriétés esthétiques – et en tout premier lieu, le beau -, et la notion d’art. Le registre du beau ne recoupe pas celui du sundara du sanskrit, du kalon des grecs, du wabi sabi des japonais ; sans parler du fait qu’une même langue peut disposer de deux concepts du beau comme, en Chine par exemple, le Cuo Cai Lou Jin (错彩镂金) et le « Chu Shui Fu Rong (出水芙蓉). L’extension et la compréhension du concept d’art sont extrêmement variables : quels types d’objets ou d’activités recouvre-t-il ? quels genres artistiques subsume-t-il ? Quelles hiérarchies (arts majeurs/ mineurs) et quelles relations les lient ? Existe-t-il néanmoins des invariants poïétiques, une permanence des processus de création et d’attention ? 

Continuer la lecture

Falstaff de Verdi : enfin la victoire des femmes à l’opéra, ou l’opéra défait par les femmes ?

Ce texte a été prononcé au théâtre de Caen le 14 décembre 2023, au cours d’une après-midi d’étude intitulée “Falstaff, opéra féministe ?”.

Falstaff est le dernier opéra que Verdi compose, le troisième dont le livret est tiré de Shakespeare (après Macbeth et Otello), et la deuxième pleine collaboration avec le grand librettiste Boito. Verdi est alors âgé de 80 ans. Or Falstaff peut paraître surprenant à l’oreille d’un amoureux de Verdi.

Continuer la lecture

Appel à communication sur “La beauté” pour le congrès 2023 de la Société Française d’Esthétique (24/06/2023, Paris, Sorbonne, salle des Actes)

La beauté

L’actuelle discipline philosophique nommée « esthétique » est l’héritière de deux questions : celle sur la nature de l’œuvre imitative (qu’évoquent la République de Platon et la Poétique d’Aristote), dont le centre de gravité est notre relation éthique et cognitive aux œuvres imitatives, et celle sur la beauté (dont traitent le Banquet, le Phèdre, et quelques pages du livre M de la Métaphysique d’Aristote), dont le centre de gravité est plus nettement métaphysique. S’opposent la conception platonicienne, puis néoplatonicienne et médiévale, selon laquelle la beauté est une Idée, voire un transcendantal, et la conception aristotélicienne, puis stoïcienne, selon laquelle la beauté peut être pensée mathématiquement comme une forme de proportion ou d’harmonie.

C’est à la faveur du concept de bel art que la théorie de l’art devient une métaphysique du beau (ce dont Panofsky a rendu compte dans Idea). L’opposition entre la production du beau et l’imitation de la nature est surmontée grâce au concept d’idéal. On passe de la Renaissance classique au maniérisme lorsque cette synthèse ne paraît plus convaincante. L’idéal de beauté est alors l’intuition créatrice d’un génie. Il n’a plus d’ancrage dans la réalité naturelle.

Comme le souligne Jacques Rancière dans le Partage du sensible, le paradigme esthétique naît lorsque la beauté et l’art ne sont pas seulement associés dans la théorie du bel art, mais sont associés à un certain mode du sentir : selon l’abbé Du Bos, le beau est un sentiment, et l’art est identifié grâce à la qualité de ce sentiment. Sur le plan ontologique, la beauté n’est plus une Idée ou la proportion réelle d’un objet, mais une qualité seconde. Sa réalité devient problématique, et il convient de la distinguer d’autres sentiments plaisants. La beauté devient alors une catégorie plus large, incluant l’élégant, le joli, le grâcieux, ou encore le spirituel.

On passe à la Modernité lorsque la beauté devient « bizarre », selon le mot de Baudelaire, ou tout simplement facultative. Sa bizarrerie peut reposer sur son extrême formalisme – on songe à Flaubert, à Mallarmé – ou sur sa parenté avec le fantastique. Dans les deux cas, la beauté n’est plus vraiment plaisante. Sa relation à l’ornement devient problématique : William Morris tente de la défendre, tandis qu’Adolf Loos conçoit la beauté de manière non décorative.

La postmodernité se caractérise quant à elle par une relation ironique à la beauté, aisément rabaissée au rang de kitsch. La philosophie de l’art n’est plus une théorie du bel art. L’esthétique a pour objet un type d’expérience, dont la beauté n’est qu’une possibilité parmi d’autres, et pas nécessairement la plus intéressante. Il est remarquable que Langages de l’art de Goodman soit silencieux sur la beauté.

Désormais libérée de l’art et de l’esthétique, la beauté a suscité un nouvel intérêt théorique. Est-ce une projection subjective, ou une propriété ? Dans ce dernier cas, est-elle intrinsèque ou relationnelle ? Si elle est relationnelle, cela signifie-t-il que le goût pour la beauté a un intérêt adaptatif pour l’espèce humaine, voire pour d’autres espèces ?

Ces grandes césures masquent cependant une histoire plus complexe. Un contemporain de Du Bos comme Crousaz maintient que le beau peut être saisi par la seule raison, et de sang-froid. Diderot propose une synthèse entre l’imitation de la nature et la recherche du beau à la faveur d’un idéal conçu de manière matérialiste. À maints égards, les Cours d’esthétique de Hegel sont moins une esthétique, stricto sensu, qu’une métaphysique phénoménologique du beau. La Modernité n’est pas monolithique : la modernité formelle d’Ingres puise dans l’idéal de la beauté. L’avant-garde spiritualiste incarnée par Kandinsky n’abandonne nullement la beauté. Quant à la postmodernité, elle ne se réduit pas à Jeff Koons, et il serait excessif de ne voir dans l’art postmoderne qu’une dévaluation de la beauté en kitsch.

Les axes du congrès 2023 de la SFE seront les suivants :

  • La métaphysique et l’ontologie du beau.
  • L’histoire de l’idée de beau et de l’idée de bel art.
  • La beauté et ses autres : on s’intéressera tout autant aux modalités du beau (le grâcieux, le joli, le mignon, etc.) qu’aux contraires du beau (le laid, l’horrible, etc.).
  • Les nouvelles formes de beauté : quelles formes prend l’éventuelle recherche de la beauté chez les artistes contemporains ?
  • Les nouvelles approches philosophiques et théoriques du beau : esthétique évolutionniste, neuroesthétique, sciences cognitives, etc.


Comité scientifique :

Marc Cerisuelo, Pr. U. de Paris-Est Marne-la- Vallée

Alexandre Gefen, Directeur de recherche, CNRS – U. Paris 3

Maud Pouradier, Mcf, U. de Caen

Carole Talon-Hugon, Pr. Sorbonne Université

Modalités de soumission

Les propositions, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre :

  • la thématique retenue
  • le nom de l’auteur ou des auteurs
  • une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)
  • le titre
  • un résumé de 300 mots maximum
  • une liste de mots clés (5 maximum)
  • une bibliographie essentielle
  • l’engagement écrit et signé à s’acquitter des droits d’inscription de 50 euros au cas où la proposition serait retenue. Ils donnent droit à la participation au colloque et à la gratuité des déjeuners. NB : Les droits d’inscription des membres de la Société française d’esthétique à jour de leur cotisation sont de 25 euros.   

Elles seront envoyées au format pdf à Talon-Hugon : c.talonhugon@gmail.com

Date limite d’envoi des propositions : 25 mai 2023

Les réponses seront communiquées le : 30 mai 2023

Les communications, d’une durée de 30 minutes, seront tenues en anglais ou en français. Aucun service d’interprétariat ou de traduction ne pourra être fourni. Les frais d’hébergement et de transport sont à la charge des participants.

Introduction à la philosophie de l’art d’Étienne Gilson : la métaphysique du savoir-faire

Cet article est le texte d’une intervention au rectorat de Caen auprès d’enseignants de philosophie et de littérature. Le propos était accompagné d’un diaporama, comprenant tous les textes de Gilson auxquels il est fait référence, ainsi que ceux de Croce, Souriau, Maritain et Dufrenne. Il est consultable à cette adresse : https://docs.google.com/presentation/d/1vG2CLIvOxxhhjcM08GuD476WJfgZdt-97tPU3vxE_fg/edit?usp=sharing

Continuer la lecture

À propos de la réimpression de la “Phénoménologie de l’expérience esthétique” de Mikel Dufrenne dans la collection “Épiméthée” des Presses universitaires de France

Des années 1970 jusque dans les années 2010, l’œuvre de Mikel Dufrenne a connu en France une forme d’éclipse[1]. On peut y trouver deux raisons : le retrait volontaire de Dufrenne par rapport au tournant foucaldien et post-humaniste d’une partie de la philosophie[2], et une marginalisation simultanée de son œuvre dans l’histoire de la phénoménologie. Isolée des deux principales écoles philosophiques françaises de la fin du xxe siècle, l’œuvre de Dufrenne devint indisponible ou difficilement accessible au fil des années. La Phénoménologie de l’expérience esthétique fut toutefois régulièrement réimprimée ou rééditée par les Presses universitaires de France. Dès lors, pourquoi écrire une note de lecture sur un livre qui, quant à lui, ne connut pas d’oubli institutionnel total ? C’est qu’à l’heure où la pensée dufrennienne dans son ensemble connaît un retour en grâce et quelques rééditions, il convient de reconsidérer la place de la Phénoménologie de l’expérience esthétique dans l’œuvre de son auteur. En outre, le livre a changé de statut. Au xxe siècle, elle apparaissait comme le classique d’une discipline en perte de vitesse par rapport à une « philosophie de l’art » dont Dufrenne pressentait peut-être déjà, dans les années 1950, qu’elle finirait par supplanter la vieille « esthétique ». Au xxie siècle, dans le contexte d’un renouveau des thèses se revendiquant diversement du réalisme, et au moment où l’expérience esthétique de la nature retrouve ses droits philosophiques et politiques, la Phénoménologie de l’expérience esthétique a acquis une nouvelle actualité.

Continuer la lecture

Du 9 au 11 juin 2022 : l’esthétique à l’honneur à l’amphi Guizot de la Sorbonne !

Programme du colloque “Les esthétiques métaphysiques en France de la Révolution à 1950”.

Programme du congrès de la Société Française d’Esthétique sur “L’esthétique française du XVIIIe au XXIe siècles”.

L’inscription à ces deux événements est gratuite mais obligatoire en écrivant un courriel à Carole.Talon-Hugon@paris-sorbonne.fr

Et bien sûr, les amoureux de l’art et de l’esthétique ne manqueront pas d’adhérer ou de renouveler leur adhésion à la Société Française d’Esthétique : http://www.s-f-e.org/accueil-2/devenir-membre/

Attention, pour entrer dans ce beau lieu entre les 9 et 11 juin pour assister aux colloque et congrès d’esthétique, écrire un courriel à
Carole.Talon-Hugon@paris-sorbonne.fr !

Cosi fan tutte au théâtre de Caen

Samedi 2 avril 2022, j’assistais à la représentation de Cosi fan tutte par le Concert d’Astrée (dir. Emmanuelle Haïm) au théâtre de Caen.

Copyright : Vincent Pontet. Source : https://www.olyrix.com/articles/production/5591/cosi-fan-tutte-mozart-opera-theatre-de-caen-avis-critique-compte-rendu-article-chronique-laurent-pelly-emmanuelle-haim-concert-dastree-gaelle-arquez-vannina-santoni-cyrille-dubois-florian-sempey-laurent-naouri
Continuer la lecture

Colloque “Art et philosophie : accords et désaccords contemporains”

Quelques photographies du colloque des 24 et 25 novembre 2021, ayant eu lieu à l’amphi de la MSRH et à l’auditorium de l’ESAM. Le compte rendu complet se trouve sur le carnet hypothèses de la MRSH.

Lambert Dousson commente un oratorio contemporain.

Mathieu Guillot rend hommage à Bernard Stiegler.
Letre, de Benoit Maire, consacré à François Laruelle.
Entretien vidéo avec Benoit Maire.
Marion Roche propose sa recherche intellectuelle et artistique sur le virtuel.
Laurence Corbel : les relations entre Thomas Hirschhorn et Gilles Deleuze.
Karel Plétinck commentant une scène d’Abbas Kiarostami.