« L’œil et l’oreille » de Mikel Dufrenne réédité

Couverture de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, dans la réédition des Nouvelles éditions Place.

Vient de paraître aux Nouvelles Editions Place la réédition de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, avec une postface de Maryvonne Saison. Philodelart fera très vite un compte rendu, mais entretemps, lisez-le ! Merci aux Nouvelles éditions Place pour ce format de poche à 10 euros qui rend la pensée de Dufrenne accessible dans tous les sens du terme.

Compte rendu du séminaire de PhiLiA (12 décembre 2020)

Samedi 12 décembre, le séminaire de PhiLiA avait lieu pour la première fois en visioconférence. L’ouvrage discuté lors de cette séance était The End of literary theory, ouvrage publié dans les années 1980 par le théoricien de la littérature norvégien Stein Haugom Olsen. Quoiqu’ancien, l’ouvrage permet peut-être de jeter les bases d’une philosophie de littérature renouvelée. C’est en tout cas l’hypothèse de travail que proposa Pierre Fasula (ISPJS) lors de cette séance.

Nous partîmes du constat de la difficulté à trouver en France une philosophie de la littérature qui soit satisfaisante. Il en existe pourtant plusieurs : une philosophie romantique de la littérature avec Jean-Luc Nancy et Lacoue-Labarthe, une hégélienne lumineuse avec Jean-François Marquet, une hégélienne sombre avec Deleuze et Foucault, une autre marxiste avec Pierre Macherey. La limite de cette approche romantico-hégélienne est qu’elle tourne toujours, voire exclusivement, autour du rapport entre philosophie et littérature. Produire une philosophie de la littérature, c’est alors interroger le rapport entre les deux : dans quelle mesure la littérature fournit-elle de la philosophie? Dans quelle mesure la philosophie est-elle hantée par la littérature ? Cette attitude autoréflexive est trop limitée, la philosophie ne cessant, au fond, de se penser elle-même dans son autre, au lieu de penser la littérature.

Ce n’est pas du tout l’approche d’Olsen. Le but en effet est de prendre la littérature pour objet – expression, “prendre pour objet”, qui fait souvent réagir un bon nombre d’esthéticiens, sous prétexte que la littérature deviendrait un objet, à l’image de mon téléphone, de ma tasse à café, mon trousseau de clés, etc., alors que la littérature ne pourrait se réduire à cela, c’est-à-dire se rabaisser à être un objet (ce serait de la stigmatisation ontologique, ou du mépris ontologique). Olsen au contraire prend la littérature pour objet : qu’est-ce qu’une œuvre littéraire? En quoi consiste la critique d’une œuvre ? Quel est le rôle de l’intention dans la compréhension et l’appréciation de cette œuvre ? Que peut-on peut attendre des théories littéraires aussi bien dans la définition de la littérature que dans l’appréciation ?

S’ajoute une deuxième vertu, qui est de détacher la question de la littérature des théories du langage des années 70 : caractérisations sémantiques de la littérature (qui se distingue par sa densité, sa richesse de sens, ou son indétermination) ou caractérisations structurales de la littérature (la syntaxe ou la structure des phrases ou des oeuvres comme critère distinctif). Une thèse importante, selon Pierre Fasula, est l’idée que l’on ne doit pas chercher la littérature dans de telles caractéristiques. La littérature, comme tout autre art, est une institution, c’est-à-dire un ensemble de pratiques de production et d’usage qui font règle. C’est dans le cadre de ces pratiques qu’un texte sera considéré comme une œuvre, de même que c’est dans le cadre de tout un ensemble de pratiques que tels gestes seront considérés comme une performance artistique, ou cette peinture un tableau, bien qu’on ait troué la toile, peint sur les bords, dépassé sur le mur, etc.

Deux références sont importantes pour Olsen. Premièrement, la référence au “monde de l’art”, théorie développée par Danto puis Dickie à sa suite. On parle alors de théorie institutionnelle de l’art, puisque c’est la relation aux institutions de l’art, et par-delà, à l’institution de l’art, qui est essentielle: institution de l’art puisque cela dépasse les institutions existantes (les musées, les ministères, les fondations privées) et inclut les théories au goût du jour, l’ambiance, etc.  Cette théorie permet de ne plus penser la littérature uniquement dans son face à face avec la philosophie, ni dans ses supposées propriétés intrinsèques, mais en relation avec le monde de l’art, mais comme institution spécifique. Vincent Descombes, dans son Proust, partage cette approche, ainsi qu’un auteur comme Ronan de Calan. Deuxième référence importante d’Olsen : la théorie des normes d’auteurs comme Searle ou Rawls. Les règles de l’institution « littérature » ne sont pas régulatives (appelant l’obéissance), mais constitutives (relevant de la définition).

Les discussions portèrent sur les différentes sortes d’institutionnalismes en philosophie de l’art, sur l’apport conceptuel et définitionnel faible qu’on peut reprocher à cette famille d’hypothèses, et sur la possibilité d’associer approche institutionnaliste et étude fine des genres littéraires. Le problème de l’intention auctoriale a également été abordé, Olsen permettant de poser la question de manière renouvelée, mais il fallut bien se résoudre à arrêter les échanges ! Décision fut immédiatement prise de prévoir une prochaine séance de séminaire consacrée aux nouveaux enjeux de l’auteur.

La prochaine séance de PhiLiA aura lieu le 23 janvier, et sera consacrée à l’ouvrage en préparation de Maud Pouradier sur l’opéra. Une autre séance en mars (date à préciser) sera donc consacrée au problème de l’auteur, et une dernière en mai (date à préciser) au Cinéma intérieur de Lionel Naccache.

Compte rendu de la rencontre avec Vincent Jouve (séminaire de PhiLiA du 21 octobre 2020)

Prévue initialement au printemps 2020, la venue de Vincent Jouve (Pr. à l’université de Reims) au séminaire du groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) avait dû être reportée au 21 octobre en raison du confinement. La séance, prévue à 14h en salle des actes de la MRSH, ne commença finalement qu’à 14h20, car le public (50 étudiants et collègues de littérature, philosophie, sociologie et études culturelles) fut si nombreux qu’il fallut déplacer le séminaire à l’Amphi de la MRSH, où la « distanciation sociale » pouvait être respectée. Que le personnel de la MRSH et de la DSI, qui nous aida rapidement à déménager le matériel de visioconférence et à orienter le public, soit remercié.

Selon sa formule habituelle, la séance consista à faire la synthèse, chapitre par chapitre, de l’ouvrage étudié (Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ?) et à discuter les thèses de l’auteur. Les échanges se cristallisèrent autour des points suivants :

Continuer la lecture

Mercredi 21 octobre 2020 14h-16h : reprise des séances de PhiLiA avec l’invitation de Vincent Jouve

Le séminaire de PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) reprend ce mercredi 21 octobre à 14h (université de Caen, campus 1, MRSH, salle des actes) avec l’invitation de Vincent Jouve, à l’occasion de la parution de son livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aimons-nous les histoires ? Nous poursuivrons ainsi nos réflexions sur l’imitation, la fiction et les émotions qui y sont liées.

L’esprit de PhiLiA par temps de covid ne change pas : discussions, échanges, interdisciplinarité et amitié intellectuelle. Les conditions sanitaires en Normandie nous permettent d’organiser une rencontre en chair et en os à l’université de Caen, MRSH, salle des actes. Toutefois, le séminaire sera également diffusé en webconférence, afin de permettre à ceux qui doivent être particulièrement prudents de participer aux discussions.

Pour obtenir le lien de connexion, contacter : maud.pouradier@unicaen.fr (en indiquant dans le titre du courriel Philia).

Position de l’EA Identité et Subjectivité (université de Caen) contre la LPPR, la destruction du CAPES et l’inique réforme des retraites.

Lu le 15 janvier 2020 lors du séminaire mensuel 2019-2020 de l’équipe d’accueil Identité et Subjectivité sur « La représentation », et affiché sur le site de la MRSH.

Chers Collègues,

Chers Étudiants,

Le goût de la philosophie se traduit, depuis ses prémisses, par la recherche vivante de la vérité, et par le souci de la transmission. Enseignants et chercheurs, reconnus officiellement ou non par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous sommes réunis aujourd’hui pour être fidèles à cette vocation : chercher ensemble à mieux saisir les enjeux d’un concept philosophique, et passer le flambeau de la recherche et de l’enseignement aux doctorants, aux agrégatifs et aux étudiants, pour certains eux-mêmes déjà enseignants et parfois chercheurs.

Par respect pour le travail de nos collègues, qui ont préparé durant de longues heures, jours et semaines leurs conférences, il n’était pas envisageable d’annuler cette journée d’étude du 15 janvier 2020. Et pourtant, l’heure est grave. Tout ce qui nous réunit aujourd’hui est en danger.

Continuer la lecture

Lecture foucaldienne de la « crise de l’Eglise » – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la « crise » de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre « D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise ».

Qu’appelle-t-on la « crise de l’Eglise » ? En quoi est-elle nouvelle ? Le « mariage des prêtres », réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (« Marions les prêtres ! ») à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne « stylistique de l’existence » chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, « familialiste », qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Michel Foucault et les débats sur la pédophilie dans les années 1970

Portrait de Michel Foucault en 1977, année de la tribune que signa le philosophe en faveur d’une rénovation du code pénal concernant la majorité sexuelle.

L’affaire Matzneff nous rappelle que maints auteurs, et non des moindres, signèrent, à la fin des années 1970, des pétitions qui nous paraissent aujourd’hui clémentes voire complices à l’égard de crimes pédophiles. Comment des auteurs comme Gilles Deleuze ou Jean-François Lyotard ont-il pu manquer de lucidité au point de minimiser des crimes sexuels ? Comment Michel Foucault put-il manquer de clairvoyance à ce point ? Ne faut-il pas en tirer les conclusions, et se débarrasser d’une partie de ses thèses sur les relations entre pouvoir et sexualité ?

Continuer la lecture

L' »affaire Matzneff » et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du « il est interdit d’interdire ». Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de « mal baisée » l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des « gens de lettres » porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Continuer la lecture

Samedi 21 mars 2020, Vincent Jouve invité au séminaire de PhiLiA

Le dernier livre de Vincent Jouve fera plus spécialement l’objet des discussions.

[ANNULE ET REPORTE AU MERCREDI 21 OCTOBRE 2020] Samedi 21 mars 2020, de 10h30 à 13h, le groupe de réflexion PhiLiA recevra Vincent Jouve à l’occasion de la publication de son dernier livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Armand Colin, 2019). La rencontre aura lieu dans la salle des thèses de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie.

Pour tout renseignement : maud.pouradier@unicaen.fr

Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que « tous les africains se ressemblent ».

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Continuer la lecture

Est-il moral d’aller voir J’accuse ? Remarques suite à l’annulation de la diffusion du film de Polanski à l’université de Caen-Normandie le 19 novembre 2019

Le livre de mon collègue Benoît Marpeau. Sa conférence a dû être annulée.

Le 19 novembre dernier, l’université de Caen était contrainte d’annuler la diffusion de J’accuse dans l’amphi Daure, en raison d’une protestation estudiantine plutôt minoritaire, mais incontestablement réussie. Les associations impliquées dans ce changement de programme ont refusé que la diffusion soit précédée ou suivie d’un débat : il fallait que rien n’ait lieu, un point c’est tout. L’historien de notre université spécialiste de l’affaire Dreyfus n’a pu expliquer en quoi le film était fidèle et infidèle à l’histoire (tant pis pour sa conférence, qu’il préparait sans doute depuis plusieurs semaines). Quant au directeur du cinéma d’art et essais de Caen le Lux, il fut pris à partie et indirectement insulté par de poétiques invectives, qu’on peut lire sur les banderoles photographiées par les journalistes de Ouest France (« Salux »). Une militante, citée par le journal régional, explique qu’il convient de faire de la pédagogie – bref de rééduquer le public :

On veut alerter les gens qu’ils financent un violeur en allant voir ses films.

Charlotte, étudiante à l’UCN, citée ici dans Ouest France.

 

Bref, les spectateurs de J’accuse participent au minimum à la culture du viol, voire cautionnent les viols.

Continuer la lecture

Compte rendu de la journée d’étude sur « La représentation » du 20 novembre 2019 (séminaire d’Identité et Subjectivité)

Maud Pouradier et Laurent Buffet le 20 novembre 2019 dans le grand auditorium de l’ESAM. Durant sa conférence, Laurent Buffet commenta notamment le travail de Hamish Fulton, dont une photographie fut projetée. © Jérôme Laurent

Le compte rendu détaillé de cette journée d’étude est en ligne sur le Carnet de la MRSH !

Ceux qui ont manqué l’événement peuvent écouter la conférence de Patricia Limido et la conférence de Laurent Buffet (respectivement sur Roman Ingarden et sur le traitement de l’irreprésentable dans certains courants artistiques contemporains) sur la Forge Numérique de la MRSH.