Congrès 2024 de la Société Française d’Esthétique : appel à communication.

APPEL A COMMUNICATION

Esthétique comparée

Le beau, l’art et l’esthétique au-delà de l’Occident

Si l’ethnologie est souvent mobilisée pour montrer la relativité des objets qualifiés de beaux et celle des choses classés sous le mot art ainsi que les fonctions et valeurs attachées à ces dernières, certains théoriciens ont développé une anthropologie renvoyant à des invariants transculturels et transhistoriques. Les sciences cognitives ont, elles aussi, réactivé la recherche d’universaux invitant à réfléchir sur l’éventualité de structures formelles sous-jacentes comme la symétrie, par exemple, dans la lignée des travaux de Gottfried Semper qui, marqué par le naturalisme de Cuvier, entendait dégager les formes et principes fondamentaux qui sont à l’origine de tous les arts, occidentaux et extra-occidentaux, ou encore des analyses de Aloïs Riegl dont la vaste étude comparée de l’architecture assyrienne, babylonienne, perse, indienne, chinoise et égyptienne, lui fit concevoir l’histoire comme la transformation dynamique d’un ensemble de motifs formels dotés de potentialités et de virtualités propres. 

La tension entre culturalisme et universalisme concerne, on le voit, à la fois les propriétés esthétiques – et en tout premier lieu, le beau -, et la notion d’art. Le registre du beau ne recoupe pas celui du sundara du sanskrit, du kalon des grecs, du wabi sabi des japonais ; sans parler du fait qu’une même langue peut disposer de deux concepts du beau comme, en Chine par exemple, le Cuo Cai Lou Jin (错彩镂金) et le « Chu Shui Fu Rong (出水芙蓉). L’extension et la compréhension du concept d’art sont extrêmement variables : quels types d’objets ou d’activités recouvre-t-il ? quels genres artistiques subsume-t-il ? Quelles hiérarchies (arts majeurs/ mineurs) et quelles relations les lient ? Existe-t-il néanmoins des invariants poïétiques, une permanence des processus de création et d’attention ? 

Continuer la lecture

Falstaff de Verdi : enfin la victoire des femmes à l’opéra, ou l’opéra défait par les femmes ?

Ce texte a été prononcé au théâtre de Caen le 14 décembre 2023, au cours d’une après-midi d’étude intitulée “Falstaff, opéra féministe ?”.

Falstaff est le dernier opéra que Verdi compose, le troisième dont le livret est tiré de Shakespeare (après Macbeth et Otello), et la deuxième pleine collaboration avec le grand librettiste Boito. Verdi est alors âgé de 80 ans. Or Falstaff peut paraître surprenant à l’oreille d’un amoureux de Verdi.

Continuer la lecture

Appel à communication sur “La beauté” pour le congrès 2023 de la Société Française d’Esthétique (24/06/2023, Paris, Sorbonne, salle des Actes)

La beauté

L’actuelle discipline philosophique nommée « esthétique » est l’héritière de deux questions : celle sur la nature de l’œuvre imitative (qu’évoquent la République de Platon et la Poétique d’Aristote), dont le centre de gravité est notre relation éthique et cognitive aux œuvres imitatives, et celle sur la beauté (dont traitent le Banquet, le Phèdre, et quelques pages du livre M de la Métaphysique d’Aristote), dont le centre de gravité est plus nettement métaphysique. S’opposent la conception platonicienne, puis néoplatonicienne et médiévale, selon laquelle la beauté est une Idée, voire un transcendantal, et la conception aristotélicienne, puis stoïcienne, selon laquelle la beauté peut être pensée mathématiquement comme une forme de proportion ou d’harmonie.

C’est à la faveur du concept de bel art que la théorie de l’art devient une métaphysique du beau (ce dont Panofsky a rendu compte dans Idea). L’opposition entre la production du beau et l’imitation de la nature est surmontée grâce au concept d’idéal. On passe de la Renaissance classique au maniérisme lorsque cette synthèse ne paraît plus convaincante. L’idéal de beauté est alors l’intuition créatrice d’un génie. Il n’a plus d’ancrage dans la réalité naturelle.

Comme le souligne Jacques Rancière dans le Partage du sensible, le paradigme esthétique naît lorsque la beauté et l’art ne sont pas seulement associés dans la théorie du bel art, mais sont associés à un certain mode du sentir : selon l’abbé Du Bos, le beau est un sentiment, et l’art est identifié grâce à la qualité de ce sentiment. Sur le plan ontologique, la beauté n’est plus une Idée ou la proportion réelle d’un objet, mais une qualité seconde. Sa réalité devient problématique, et il convient de la distinguer d’autres sentiments plaisants. La beauté devient alors une catégorie plus large, incluant l’élégant, le joli, le grâcieux, ou encore le spirituel.

On passe à la Modernité lorsque la beauté devient « bizarre », selon le mot de Baudelaire, ou tout simplement facultative. Sa bizarrerie peut reposer sur son extrême formalisme – on songe à Flaubert, à Mallarmé – ou sur sa parenté avec le fantastique. Dans les deux cas, la beauté n’est plus vraiment plaisante. Sa relation à l’ornement devient problématique : William Morris tente de la défendre, tandis qu’Adolf Loos conçoit la beauté de manière non décorative.

La postmodernité se caractérise quant à elle par une relation ironique à la beauté, aisément rabaissée au rang de kitsch. La philosophie de l’art n’est plus une théorie du bel art. L’esthétique a pour objet un type d’expérience, dont la beauté n’est qu’une possibilité parmi d’autres, et pas nécessairement la plus intéressante. Il est remarquable que Langages de l’art de Goodman soit silencieux sur la beauté.

Désormais libérée de l’art et de l’esthétique, la beauté a suscité un nouvel intérêt théorique. Est-ce une projection subjective, ou une propriété ? Dans ce dernier cas, est-elle intrinsèque ou relationnelle ? Si elle est relationnelle, cela signifie-t-il que le goût pour la beauté a un intérêt adaptatif pour l’espèce humaine, voire pour d’autres espèces ?

Ces grandes césures masquent cependant une histoire plus complexe. Un contemporain de Du Bos comme Crousaz maintient que le beau peut être saisi par la seule raison, et de sang-froid. Diderot propose une synthèse entre l’imitation de la nature et la recherche du beau à la faveur d’un idéal conçu de manière matérialiste. À maints égards, les Cours d’esthétique de Hegel sont moins une esthétique, stricto sensu, qu’une métaphysique phénoménologique du beau. La Modernité n’est pas monolithique : la modernité formelle d’Ingres puise dans l’idéal de la beauté. L’avant-garde spiritualiste incarnée par Kandinsky n’abandonne nullement la beauté. Quant à la postmodernité, elle ne se réduit pas à Jeff Koons, et il serait excessif de ne voir dans l’art postmoderne qu’une dévaluation de la beauté en kitsch.

Les axes du congrès 2023 de la SFE seront les suivants :

  • La métaphysique et l’ontologie du beau.
  • L’histoire de l’idée de beau et de l’idée de bel art.
  • La beauté et ses autres : on s’intéressera tout autant aux modalités du beau (le grâcieux, le joli, le mignon, etc.) qu’aux contraires du beau (le laid, l’horrible, etc.).
  • Les nouvelles formes de beauté : quelles formes prend l’éventuelle recherche de la beauté chez les artistes contemporains ?
  • Les nouvelles approches philosophiques et théoriques du beau : esthétique évolutionniste, neuroesthétique, sciences cognitives, etc.


Comité scientifique :

Marc Cerisuelo, Pr. U. de Paris-Est Marne-la- Vallée

Alexandre Gefen, Directeur de recherche, CNRS – U. Paris 3

Maud Pouradier, Mcf, U. de Caen

Carole Talon-Hugon, Pr. Sorbonne Université

Modalités de soumission

Les propositions, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre :

  • la thématique retenue
  • le nom de l’auteur ou des auteurs
  • une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)
  • le titre
  • un résumé de 300 mots maximum
  • une liste de mots clés (5 maximum)
  • une bibliographie essentielle
  • l’engagement écrit et signé à s’acquitter des droits d’inscription de 50 euros au cas où la proposition serait retenue. Ils donnent droit à la participation au colloque et à la gratuité des déjeuners. NB : Les droits d’inscription des membres de la Société française d’esthétique à jour de leur cotisation sont de 25 euros.   

Elles seront envoyées au format pdf à Talon-Hugon : c.talonhugon@gmail.com

Date limite d’envoi des propositions : 25 mai 2023

Les réponses seront communiquées le : 30 mai 2023

Les communications, d’une durée de 30 minutes, seront tenues en anglais ou en français. Aucun service d’interprétariat ou de traduction ne pourra être fourni. Les frais d’hébergement et de transport sont à la charge des participants.

Introduction à la philosophie de l’art d’Étienne Gilson : la métaphysique du savoir-faire

Cet article est le texte d’une intervention au rectorat de Caen auprès d’enseignants de philosophie et de littérature. Le propos était accompagné d’un diaporama, comprenant tous les textes de Gilson auxquels il est fait référence, ainsi que ceux de Croce, Souriau, Maritain et Dufrenne. Il est consultable à cette adresse : https://docs.google.com/presentation/d/1vG2CLIvOxxhhjcM08GuD476WJfgZdt-97tPU3vxE_fg/edit?usp=sharing

Continuer la lecture

À propos de la réimpression de la “Phénoménologie de l’expérience esthétique” de Mikel Dufrenne dans la collection “Épiméthée” des Presses universitaires de France

Des années 1970 jusque dans les années 2010, l’œuvre de Mikel Dufrenne a connu en France une forme d’éclipse[1]. On peut y trouver deux raisons : le retrait volontaire de Dufrenne par rapport au tournant foucaldien et post-humaniste d’une partie de la philosophie[2], et une marginalisation simultanée de son œuvre dans l’histoire de la phénoménologie. Isolée des deux principales écoles philosophiques françaises de la fin du xxe siècle, l’œuvre de Dufrenne devint indisponible ou difficilement accessible au fil des années. La Phénoménologie de l’expérience esthétique fut toutefois régulièrement réimprimée ou rééditée par les Presses universitaires de France. Dès lors, pourquoi écrire une note de lecture sur un livre qui, quant à lui, ne connut pas d’oubli institutionnel total ? C’est qu’à l’heure où la pensée dufrennienne dans son ensemble connaît un retour en grâce et quelques rééditions, il convient de reconsidérer la place de la Phénoménologie de l’expérience esthétique dans l’œuvre de son auteur. En outre, le livre a changé de statut. Au xxe siècle, elle apparaissait comme le classique d’une discipline en perte de vitesse par rapport à une « philosophie de l’art » dont Dufrenne pressentait peut-être déjà, dans les années 1950, qu’elle finirait par supplanter la vieille « esthétique ». Au xxie siècle, dans le contexte d’un renouveau des thèses se revendiquant diversement du réalisme, et au moment où l’expérience esthétique de la nature retrouve ses droits philosophiques et politiques, la Phénoménologie de l’expérience esthétique a acquis une nouvelle actualité.

Continuer la lecture

Du 9 au 11 juin 2022 : l’esthétique à l’honneur à l’amphi Guizot de la Sorbonne !

Programme du colloque “Les esthétiques métaphysiques en France de la Révolution à 1950”.

Programme du congrès de la Société Française d’Esthétique sur “L’esthétique française du XVIIIe au XXIe siècles”.

L’inscription à ces deux événements est gratuite mais obligatoire en écrivant un courriel à Carole.Talon-Hugon@paris-sorbonne.fr

Et bien sûr, les amoureux de l’art et de l’esthétique ne manqueront pas d’adhérer ou de renouveler leur adhésion à la Société Française d’Esthétique : http://www.s-f-e.org/accueil-2/devenir-membre/

Attention, pour entrer dans ce beau lieu entre les 9 et 11 juin pour assister aux colloque et congrès d’esthétique, écrire un courriel à
Carole.Talon-Hugon@paris-sorbonne.fr !

Cosi fan tutte au théâtre de Caen

Samedi 2 avril 2022, j’assistais à la représentation de Cosi fan tutte par le Concert d’Astrée (dir. Emmanuelle Haïm) au théâtre de Caen.

Copyright : Vincent Pontet. Source : https://www.olyrix.com/articles/production/5591/cosi-fan-tutte-mozart-opera-theatre-de-caen-avis-critique-compte-rendu-article-chronique-laurent-pelly-emmanuelle-haim-concert-dastree-gaelle-arquez-vannina-santoni-cyrille-dubois-florian-sempey-laurent-naouri
Continuer la lecture

Colloque “Art et philosophie : accords et désaccords contemporains”

Quelques photographies du colloque des 24 et 25 novembre 2021, ayant eu lieu à l’amphi de la MSRH et à l’auditorium de l’ESAM. Le compte rendu complet se trouve sur le carnet hypothèses de la MRSH.

Lambert Dousson commente un oratorio contemporain.

Mathieu Guillot rend hommage à Bernard Stiegler.
Letre, de Benoit Maire, consacré à François Laruelle.
Entretien vidéo avec Benoit Maire.
Marion Roche propose sa recherche intellectuelle et artistique sur le virtuel.
Laurence Corbel : les relations entre Thomas Hirschhorn et Gilles Deleuze.
Karel Plétinck commentant une scène d’Abbas Kiarostami.

“La Possibilité d’une île”, roman Kierkegaardien

Ce texte a été rédigé en vue de l’enregistrement des “universités d’été de RCF” en juillet 2021.

Couverture de la réédition de poche, à laquelle je fais référence dans cet article de blog.

La Possibilité d’une île (2005) est un roman à la fois typique et singulier dans l’œuvre de Houellebecq. Typique en ce qu’on y retrouve tous les thèmes fondamentaux des romans et réflexions de Houellebecq : l’impossibilité de l’amour et de la sexualité dans la civilisation occidentale, l’impossibilité anthropologique du bonheur, le besoin métaphysique et social d’une religion couplé à l’impossibilité de son existence en raison de l’individualisme postmoderne. C’est le roman houellebecquien où la poésie est la plus présente, et où le lecteur a le plus de chances de découvrir que le Houellebecq romancier est aussi un Houellebecq poète1, que le Houellebecq soi-disant cynique est aussi un Houellebecq romantique2, presque fleur bleue. Mais c’est aussi un roman houellebecquien singulier en ce qu’il est le plus ambitieux, tant dans sa forme que dans son fond.

Continuer la lecture
  1. L’essai d’Agathe Novak-Lechevalier met particulièrement en lumière l’importance du Houellebecq-poète pour comprendre les romans de Houellebecq. Houellebecq. L’art de la consolation, Stock, 2018 []
  2. Aurélien Bellanger, Houellebecq, écrivain romantique, Leo Scheer, 2010 []