“La Possibilité d’une île”, roman Kierkegaardien

Ce texte a été rédigé en vue de l’enregistrement des “universités d’été de RCF” en juillet 2021.

Couverture de la réédition de poche, à laquelle je fais référence dans cet article de blog.

La Possibilité d’une île (2005) est un roman à la fois typique et singulier dans l’œuvre de Houellebecq. Typique en ce qu’on y retrouve tous les thèmes fondamentaux des romans et réflexions de Houellebecq : l’impossibilité de l’amour et de la sexualité dans la civilisation occidentale, l’impossibilité anthropologique du bonheur, le besoin métaphysique et social d’une religion couplé à l’impossibilité de son existence en raison de l’individualisme postmoderne. C’est le roman houellebecquien où la poésie est la plus présente, et où le lecteur a le plus de chances de découvrir que le Houellebecq romancier est aussi un Houellebecq poète1, que le Houellebecq soi-disant cynique est aussi un Houellebecq romantique2, presque fleur bleue. Mais c’est aussi un roman houellebecquien singulier en ce qu’il est le plus ambitieux, tant dans sa forme que dans son fond.

Continuer la lecture
  1. L’essai d’Agathe Novak-Lechevalier met particulièrement en lumière l’importance du Houellebecq-poète pour comprendre les romans de Houellebecq. Houellebecq. L’art de la consolation, Stock, 2018 []
  2. Aurélien Bellanger, Houellebecq, écrivain romantique, Leo Scheer, 2010 []

Programme du congrès 2021 de la Société Française d’Esthétique, 18 et 19 juin à l’ICP

Magnifique programme du congrès 2021 de la Société Française d’Esthétique, en collaboration avec le Séminaire européen d’esthétique, sur le thème de “L’expérience esthétique”. Le congrès aura lieu à l’amphithéâtre René Rémond de l’Institut catholique de Paris (21 rue d’Assas/74 rue de Vaugirard, Paris 6ème).

Inscrivez-vous gratuitement au congrès en présentiel sur eventbrite.

Les membres de la Société Française d’Esthétique recevront un lien de connexion zoom pour suivre le congrès à distance. Tous les renseignements pour adhérer à la Société se trouvent ici.

Parution d’une note de lecture sur “L’œil et l’oreille” de Mikel Dufrenne (Nouvelles éditions Place, 2020)

J’annonçais il y a peu la réédition de L’œil et l’oreille de Mikel Dufrenne aux Nouvelles éditions Place. J’ai écrit une recension pour la revue Esprit, dont voici un extrait :

L’écart entre l’œil et l’oreille est la manière dont la Nature se différencie non seulement par nous, mais en nous. Le monde se donne à l’œil, tandis qu’il ne fait que s’annoncer à l’oreille. L’œil est mobile, tandis que l’oreille enregistre sans bouger. L’œil est présent à ce qu’il voit, quand l’oreille doit identifier la source du bruit. L’opéra est cité par Dufrenne comme l’expérience de cette division : « À l’opéra, je suis à la fois spectateur et auditeur ; mais si mon attention se porte sur le spectacle, j’entends moins bien ; si mon écoute est plus attentive, je vois moins bien.”

Maud Pouradier, référence dans HAL
Couverture de L'oeil et l'oreille

Annonce : colloque “L’art et les normes”, Université Paris Est-Créteil, 6 et 7 mai 2021

Jeudi 6 mai, j’aurai le plaisir de faire une communication sur “Le conflit des normes à l’opéra” au colloque “L’art et les normes” organisé par le LIS de l’université Paris Est-Créteil.

Affiche du colloque

Lien pour assister à la journée du 6 mai : https://us02web.zoom.us/j/83578133886

Lien pour assister à la journée du 7 mai : https://us02web.zoom.us/j/87464886368

PhiLiA : compte rendu de la séance du 28 avril 2021 sur l’auteur

Vous trouverez sur le carnet de la MRSH le résumé de l’après-midi d’étude sur l’auteur, présidée par Julie Anselmini (mcf de littérature XIXe siècle à l’université de Caen Normandie, LASLAR), avec un exposé de Simon Lanot (docteur, membre du CERREV et du RIN “Des critiques”).

La prochaine séance de PhiLiA aura lieu le 2 juin 2021 : nous aurons le plaisir d’écouter Sarah Troche (mcf en philosophie de l’art à l’université de Lille) présenter son travail en cours sur le “cliché”.

Appel à contribution de la Société Française d’Esthétique pour son congrès 2021

Le congrès 2021 de la Société Française d’Esthétique aura lieu les 18 et 19 juin prochains, et il est encore temps de proposer votre contribution d’ici le 7 mai.

Pensez aussi à votre adhésion à la Société Française d’Esthétique, valable pour toute l’année universitaire 2021-2022.

[REPORTE AU 29 SEPTEMBRE 2021] Mercredi 2 juin : PhiLiA invite Sarah Troche pour une conférence sur la catégorie critique de “cliché”

[REPORTE AU 29 SEPTEMBRE 2021] La dernière séance du séminaire de PhiLiA pour l’année universitaire 2020-2021 aura lieu mercredi 2 juin à 14h, dans la salle virtuelle habituelle (https://webconference.unicaen.fr/b/mau-7gr-egh).

Je remercie Anne Lacherez, du service communication de la MRSH, pour cette affiche !

Nous aurons le plaisir de recevoir Sarah Troche, maîtresse de conférences en philosophie de l’art à l’université de Lille, et autrice d’un ouvrage de référence sur l’usage du hasard dans l’art moderne et contemporain (Le Hasard comme méthode, Presses universitaires de Rennes, coll. “Aesthetica”, 2015)


Dans le discours critique, le terme de cliché est fréquemment utilisé pour désigner la manière convenue et banale de traiter un thème. D’abord utilisé de manière péjorative comme le contraire de l’originalité, le mot peut désormais avoir un usage plus positif dans le contexte de l’art postmoderne. En quoi la catégorie de cliché se distingue-t-elle du typique, du lieu commun, ou du convenu ? Quelles sont les caractéristiques d’une image ou d’une scène cliché ? Sarah Troche présentera son travail en cours sur la catégorie de cliché en littérature et en art à partir du chapitre de Rémy de Gourmont consacré à la “philosophie du cliché” dans L’Esthétique de la langue française (1899).

Pour plus d’information : maud.pouradier@unicaen.fr et Pierre.Fasula@univ-paris1.fr

Appel à contribution : “Art-Philosophie : accords et désaccords contemporains”

Je co-organise, avec mon collègue de l’ESAM Laurent Buffet, un colloque portant sur les relations entre philosophie et art contemporains. L’appel à contribution se trouve sur le site de la MRSH. Date-limite : 30/05/2021 (envoi des propositions à maud.pouradier@unicaen.fr et à l.buffet@esam-c2.fr).

Pierre Huyghe a plusieurs fois évoqué l’influence de l’œuvre de Quentin Meillassoux sur ses créations. Ici, photo d’un de ses célèbres “aquariums”.

La philosophie dans “Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?” de Gisèle Sapiro

Les remarques qui suivent sont une version développée de mon intervention durant l’après-midi d’étude de PhiLiA du 28 avril 2021, suite à la présentation par Simon Lanot du livre de Gisèle Sapiro.

Couverture du livre de Gisèle Sapiro, publié en 2020 aux éditions du Seuil

Un essai à prétention philosophique

L’essai de Gisèle Sapiro, comme l’annoncent l’introduction et la quatrième de couverture, est écrit et édité à l’occasion de différentes « affaires » liées au mouvement #MeToo (Polansky, Matzneff, etc.), mais déploie une réflexion sociologique plus large sur les relations de l’œuvre et de l’auteur. Ces « affaires » sont les symptômes d’une modification de notre perception de la relation entre l’œuvre et l’auteur, et peut-être d’incohérences et de failles dans la construction juridique, sociale et théorique de la figure de l’auteur. Gisèle Sapiro se positionne non seulement comme sociologue de la littérature (qu’on entendra ici en un sens large, incluant également les œuvres de théorie littéraire, et les œuvres philosophiques), mais comme philosophe.

Il ne s’agit pas tant d’une étude sociologique de ces polémiques que d’une radioscopie des arguments, et d’une mise en perspective philosophique et socio-historique des enjeux qu’ils recouvrent.

Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, p. 10

La prétention est quelque peu démesurée. Cependant la philosophie occupe une place non négligeable dans l’essai, non seulement sur le plan conceptuel, mais sur le plan des références (Foucault, Kripke, Anscombe, Davidson) et des matériaux étudiés (le « cas Heidegger »). C’est sur l’aspect « philosophique » de l’essai de Gisèle Sapiro que je réserverai mes remarques.

Continuer la lecture

Esthétique à l’agrégation de philosophie 2022 : philodelart vous propose une bibliographie commentée !

Conseils généraux

Les références sont commentées afin que les agrégatifs puissent établir un programme de lectures personnel en fonction de leurs besoins et éventuelles lacunes. Des bibliographies ponctuelles sur des sujets plus précis (sur le cinéma, l’architecture, etc.) seront données en cours de préparation.

Arcimboldo, Le Bibliothécaire (détail)
Continuer la lecture

Mercredi 28 avril : après-midi d’étude de PhiLiA sur la question de l’auteur

Mercredi 28 avril, le groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) consacrera une après-midi d’étude à la question de l’auteur. Dans sa célèbre conférence de 1969 à la Société Française de Philosophie, Michel Foucault achevait la séparation proustienne entre l’auteur et l’individu, en ne parlant plus que de la “fonction auteur”. Pierre Bayard, dans Et si les oeuvres changeaient d’auteurs ? (2010), a tiré malicieusement toutes les conséquences de ce fonctionnalisme auctorial. Mais de nouvelles questions et revendications, venues de la société, obligent études littéraires et sciences humaines à sortir d’un tel formalisme, aussi fécond soit-il intellectuellement. Si l’on considère qu’il est impérieux de parler d'”autrice”, alors la “fonction auteur” ne tient plus : l’individu concret, avec ses thèses, ses simples opinions, ses actes, son corps et son genre, doit entrer à nouveau dans l’habit de l’auteur. Jusqu’à quel point le commentateur, le critique littéraire ou l’historien de la philosophie doit-il en tenir compte ? À partir d’un exposé par Simon Lanot sur le livre de Gisèle Sapiro (Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, Seuil, 2020), les membres de PhiLiA reviendront sur les notions d”‘auteur implicite”, d'”auteur imaginaire”, de “scénographie auctoriale”, et plus particulièrement sur le “cas Houellebecq”.

L’après-midi d’étude se tiendra de 14h à 17h, dans la salle virtuelle habituelle (https://webconference.unicaen.fr/b/mau-7gr-egh).

Pour tout renseignement : julie.anselmini@unicaen.fr ou maud.pouradier@unicaen.fr

Storytelling in opera and musical theater, de Nina Penner

Couverture de l’ouvrage paru en 2020, Indiana university press

Est paru en 2020 l’ouvrage d’une musicologue américaine, Nina Penner, qui renoue avec la philosophie analytique de l’opéra – tradition qui ne connaissait plus de publications majeures depuis la fin des années 1980. Comme cette tradition est peu connue en France, je ferai une brève mise en perspective, avant de recenser le livre, dont le titre en français serait Raconter une histoire à l’opéra ou au théâtre musical.

Continuer la lecture

L’esthétique de Frank Sibley (compte rendu du séminaire de PhiLiA du 20 mars 2021)

Couverture et quatrième de la traduction française par Jacques Morizot, parue aux éditions Ithaque

Frank Sibley est un philosophe anglais du 20e (1923-1996), auteur d’un petit nombre d’articles et de quelques brouillons, qui ont été regroupés dans un recueil au Royaume-Uni, traduit récemment en France aux éditions Ithaque (2018). Son propos se situe à la jonction de l’esthétique, de la philosophie de la perception, de la philosophie de l’art. On est immédiatement frappé par son style philosophique : souci du détail, d’une progression pas à pas, dans ce que cela peut avoir de sensible et de méticuleux, mais aussi de frustrant dans l’absence de perspective (ou, pour jouer avec les mots, de “pointless”: où veut-il en venir?) De ce point de vue, il s’inscrit vraiment dans une pratique de la philosophie qu’on rattachera aux noms de Ryle, Austin, ou encore de Wittgenstein: le côté descriptif, à fleur de réalité en quelque sorte.

Les droits de l’esthétique face à la philosophie de l’art

En 1992, Sibley écrit « Des arts ou de l’esthétique, lequel vient en premier ? ». La question est assez classique depuis Hegel, comme le souligne Sibley lui-même, avec des « marronniers philosophiques » comme Pourrions-nous trouver la nature belle si l’art du paysage ne nous l’avait appris ? La réponse de Sibley n’est pas très originale en soi. La manière dont il la défend un peu plus : il y a une priorité logique des concepts esthétiques sur les concepts artistiques. Par conséquent, c’est l’esthétique qui est logiquement première. Cela ne signifie pas que l’art soit nécessairement conçu comme le bel art. Sibley consacre un essai assez long à la question de la laideur comme prédicat esthétique intéressant (texte XIV d’Approche de l’esthétique), et par ailleurs, Sibley défend l’idée que la question de la définition de l’œuvre d’art dessine un champ d’investigation différent de la question esthétique. Par contre, selon Sibley, l’idée même d’art dépend logiquement de l’existence du jugement esthétique, donc de l’esthétique. Ce qui est sous-entendu ici, ce n’est pas que l’art doive être nécessairement beau ou nous « titiller » agréablement. C’est tout simplement que l’art est le domaine des objets conçus pour être candidats à l’appréciation : « il en découle que l’esthétique est bien loin d’être logiquement un parasite de l’art[1] » (p. 211).

Couverture du livre de Carole Talon-Hugon, L’art victime de l’esthétique.

De ce point de vue, il retrouve la perspective du 18e, celle des philosophies de Hutcheson, Hume ou Burke, Kant, par-delà celle des 19e et 20e initiée par Hegel et qui met l’art au centre, notamment la discussion des œuvres contemporaines: sont-elles de l’art ou pas? Ou: en quoi sont-elles de l’art? Quand sont-elles de l’art? Autrement dit, les questions de Goodman et Danto. Pour rentrer dans le détail, il s’oppose à l’idée que nous développerions notre sensibilité ou attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres d’arts (p.206). Plus précisément, on peut très bien s’être intéressé d’abord aux artefacts produits par les humains; on peut très bien avoir développé un certain sens esthétique au contact des œuvres. En ce sens, nous développons notre attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres. Mais ce qu’il veut dire, c’est que le concept d’esthétique est premier, au sens où “rien n’est de l’art s’il n’est pas fait avec au moins une intention esthétique” (p. 208),

Il est impossible de ne pas penser l’art en termes de production de choses audibles, visuelles ou linguistiques, qui sont des efforts pour créer sinon la beauté du moins des choses qui présentent un intérêt esthétique.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 207

Cela pose la question de l’art conceptuel, d’un art qui se passerait de toute expérience, qui se réduirait à la seule idée: un tel art est-il possible ? Sa réponse serait sans doute négative. Et cela pose la question de la beauté, avec l’objection selon laquelle tout œuvre ne vise pas le beau.  Mais on aura noté justement que esthétique n’est pas beauté: ce qui est en jeu, c’est l’intérêt esthétique ainsi que, comme on le voit dans les premiers articles, tout un vocabulaire esthétique qui ne se réduit pas à beau/pas beau (= c’est charmant, élégant, stylé…) Sibley va même plus loin :

Les tentatives de produire des œuvres qui manquent d’intérêt esthétique viennent parasiter le concept traditionnel. Car c’est tout autant une impossibilité logique de viser quelque chose qui manque d’intérêt esthétique, sans posséder un concept d’esthétique […]. De même l’intention de ne pas produire de l’art, ou de produire ce qui n’est pas de l’art, exige une conception de l’art.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 209
Continuer la lecture

Prochaine séance de PhiLiA samedi 20 mars

La séance sera consacrée à l’esthétique de Frank Sibley, que le public francophone peut désormais connaître grâce à la traduction française de ses textes par Jacques Morizot aux éditions Ithaques. Nous partirons du texte “Esthétique et non-esthétique” pour présenter les principales thèses de Sibley (objectivistes et non réalistes) et les discuter. Pour obtenir des extraits de Sibley avant la séance : maud.pouradier@unicaen.fr