Parution d’une note de lecture sur “L’œil et l’oreille” de Mikel Dufrenne (Nouvelles éditions Place, 2020)

J’annonçais il y a peu la réédition de L’œil et l’oreille de Mikel Dufrenne aux Nouvelles éditions Place. J’ai écrit une recension pour la revue Esprit, dont voici un extrait :

L’écart entre l’œil et l’oreille est la manière dont la Nature se différencie non seulement par nous, mais en nous. Le monde se donne à l’œil, tandis qu’il ne fait que s’annoncer à l’oreille. L’œil est mobile, tandis que l’oreille enregistre sans bouger. L’œil est présent à ce qu’il voit, quand l’oreille doit identifier la source du bruit. L’opéra est cité par Dufrenne comme l’expérience de cette division : « À l’opéra, je suis à la fois spectateur et auditeur ; mais si mon attention se porte sur le spectacle, j’entends moins bien ; si mon écoute est plus attentive, je vois moins bien.”

Maud Pouradier, référence dans HAL
Couverture de L'oeil et l'oreille

Compte rendu de “La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique” de Maryvonne Saison (Presses de la Sorbonne, 2018) – par Valentin Sonnet

Le point de départ de l’ouvrage est celui de l’histoire, insatisfaisante, de la réception de l’œuvre de Mikel Dufrenne jusqu’à nos jours : cette œuvre est méconnue, lorsqu’elle n’est pas simplement oubliée, ou peu lue ; car, même lorsqu’elle jouit d’une notoriété et d’un intérêt, ceux-ci ne portent que sur un de ses aspects – au mieux, la phénoménologie ; généralement, l’esthétique d’orientation phénoménologique –, et, trop souvent, sur un seul ouvrage : Phénoménologie de l’expérience esthétique ; mais, ni l’esthétique, ni la phénoménologie, ne sont continûment revendiquées. Or, si la lecture de l’œuvre dufrennienne est ainsi presque toujours réductrice, et si les phénoménologues ont attendu tant d’années pour s’y intéresser, alors on ne peut expliquer l’oubli dont elle fut victime à partir des années 1970 par cela seul que, originale et atypique, elle refusait les courants majoritaires d’alors : l’orientation heideggérienne d’une part, et structuraliste, d’autre part. Plus profondément, elle pâtit d’un échec à en saisir l’unité à travers la diversité des thèmes traités.

Continuer la lecture

Compte rendu de la conférence de Maryvonne Saison sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault

Jeudi 28 mars 2019, dans le cadre d’un séminaire de master consacré aux Aveux de la chair de Michel Foucault, Maryvonne Saison, professeur émérite à Paris X-Nanterre, a proposé une communication sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault, à l’occasion de la publication de son livre La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique aux Presses de la Sorbonne.

Continuer la lecture