La philosophie dans “Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?” de Gisèle Sapiro

Les remarques qui suivent sont une version développée de mon intervention durant l’après-midi d’étude de PhiLiA du 28 avril 2021, suite à la présentation par Simon Lanot du livre de Gisèle Sapiro.

Couverture du livre de Gisèle Sapiro, publié en 2020 aux éditions du Seuil

Un essai à prétention philosophique

L’essai de Gisèle Sapiro, comme l’annoncent l’introduction et la quatrième de couverture, est écrit et édité à l’occasion de différentes « affaires » liées au mouvement #MeToo (Polansky, Matzneff, etc.), mais déploie une réflexion sociologique plus large sur les relations de l’œuvre et de l’auteur. Ces « affaires » sont les symptômes d’une modification de notre perception de la relation entre l’œuvre et l’auteur, et peut-être d’incohérences et de failles dans la construction juridique, sociale et théorique de la figure de l’auteur. Gisèle Sapiro se positionne non seulement comme sociologue de la littérature (qu’on entendra ici en un sens large, incluant également les œuvres de théorie littéraire, et les œuvres philosophiques), mais comme philosophe.

Il ne s’agit pas tant d’une étude sociologique de ces polémiques que d’une radioscopie des arguments, et d’une mise en perspective philosophique et socio-historique des enjeux qu’ils recouvrent.

Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, p. 10

La prétention est quelque peu démesurée. Cependant la philosophie occupe une place non négligeable dans l’essai, non seulement sur le plan conceptuel, mais sur le plan des références (Foucault, Kripke, Anscombe, Davidson) et des matériaux étudiés (le « cas Heidegger »). C’est sur l’aspect « philosophique » de l’essai de Gisèle Sapiro que je réserverai mes remarques.

Continuer la lecture

Mercredi 28 avril : après-midi d’étude de PhiLiA sur la question de l’auteur

Mercredi 28 avril, le groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) consacrera une après-midi d’étude à la question de l’auteur. Dans sa célèbre conférence de 1969 à la Société Française de Philosophie, Michel Foucault achevait la séparation proustienne entre l’auteur et l’individu, en ne parlant plus que de la “fonction auteur”. Pierre Bayard, dans Et si les oeuvres changeaient d’auteurs ? (2010), a tiré malicieusement toutes les conséquences de ce fonctionnalisme auctorial. Mais de nouvelles questions et revendications, venues de la société, obligent études littéraires et sciences humaines à sortir d’un tel formalisme, aussi fécond soit-il intellectuellement. Si l’on considère qu’il est impérieux de parler d'”autrice”, alors la “fonction auteur” ne tient plus : l’individu concret, avec ses thèses, ses simples opinions, ses actes, son corps et son genre, doit entrer à nouveau dans l’habit de l’auteur. Jusqu’à quel point le commentateur, le critique littéraire ou l’historien de la philosophie doit-il en tenir compte ? À partir d’un exposé par Simon Lanot sur le livre de Gisèle Sapiro (Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, Seuil, 2020), les membres de PhiLiA reviendront sur les notions d”‘auteur implicite”, d'”auteur imaginaire”, de “scénographie auctoriale”, et plus particulièrement sur le “cas Houellebecq”.

L’après-midi d’étude se tiendra de 14h à 17h, dans la salle virtuelle habituelle (https://webconference.unicaen.fr/b/mau-7gr-egh).

Pour tout renseignement : julie.anselmini@unicaen.fr ou maud.pouradier@unicaen.fr

Storytelling in opera and musical theater, de Nina Penner

Couverture de l’ouvrage paru en 2020, Indiana university press

Est paru en 2020 l’ouvrage d’une musicologue américaine, Nina Penner, qui renoue avec la philosophie analytique de l’opéra – tradition qui ne connaissait plus de publications majeures depuis la fin des années 1980. Comme cette tradition est peu connue en France, je ferai une brève mise en perspective, avant de recenser le livre, dont le titre en français serait Raconter une histoire à l’opéra ou au théâtre musical.

Continuer la lecture

Est-il moral d’aller voir J’accuse ? Remarques suite à l’annulation de la diffusion du film de Polanski à l’université de Caen-Normandie le 19 novembre 2019

Le livre de mon collègue Benoît Marpeau. Sa conférence a dû être annulée.

Le 19 novembre dernier, l’université de Caen était contrainte d’annuler la diffusion de J’accuse dans l’amphi Daure, en raison d’une protestation estudiantine plutôt minoritaire, mais incontestablement réussie. Les associations impliquées dans ce changement de programme ont refusé que la diffusion soit précédée ou suivie d’un débat : il fallait que rien n’ait lieu, un point c’est tout. L’historien de notre université spécialiste de l’affaire Dreyfus n’a pu expliquer en quoi le film était fidèle et infidèle à l’histoire (tant pis pour sa conférence, qu’il préparait sans doute depuis plusieurs semaines). Quant au directeur du cinéma d’art et essais de Caen le Lux, il fut pris à partie et indirectement insulté par de poétiques invectives, qu’on peut lire sur les banderoles photographiées par les journalistes de Ouest France (« Salux »). Une militante, citée par le journal régional, explique qu’il convient de faire de la pédagogie :

On veut alerter les gens qu’ils financent un violeur en allant voir ses films.

Charlotte, étudiante à l’UCN, citée ici dans Ouest France.

 

Bref, les spectateurs de J’accuse participent au minimum à la culture du viol, voire cautionnent les viols.

Continuer la lecture