“L’œil et l’oreille” de Mikel Dufrenne réédité

Couverture de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, dans la réédition des Nouvelles éditions Place.

Vient de paraître aux Nouvelles Editions Place la réédition de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, avec une postface de Maryvonne Saison. Philodelart fera très vite un compte rendu, mais entretemps, lisez-le ! Merci aux Nouvelles éditions Place pour ce format de poche à 10 euros qui rend la pensée de Dufrenne accessible dans tous les sens du terme.

Compte rendu du séminaire de PhiLiA (12 décembre 2020)

Samedi 12 décembre, le séminaire de PhiLiA avait lieu pour la première fois en visioconférence. L’ouvrage discuté lors de cette séance était The End of literary theory, ouvrage publié dans les années 1980 par le théoricien de la littérature norvégien Stein Haugom Olsen. Quoiqu’ancien, l’ouvrage permet peut-être de jeter les bases d’une philosophie de littérature renouvelée. C’est en tout cas l’hypothèse de travail que proposa Pierre Fasula (ISPJS) lors de cette séance.

Nous partîmes du constat de la difficulté à trouver en France une philosophie de la littérature qui soit satisfaisante. Il en existe pourtant plusieurs : une philosophie romantique de la littérature avec Jean-Luc Nancy et Lacoue-Labarthe, une hégélienne lumineuse avec Jean-François Marquet, une hégélienne sombre avec Deleuze et Foucault, une autre marxiste avec Pierre Macherey. La limite de cette approche romantico-hégélienne est qu’elle tourne toujours, voire exclusivement, autour du rapport entre philosophie et littérature. Produire une philosophie de la littérature, c’est alors interroger le rapport entre les deux : dans quelle mesure la littérature fournit-elle de la philosophie? Dans quelle mesure la philosophie est-elle hantée par la littérature ? Cette attitude autoréflexive est trop limitée, la philosophie ne cessant, au fond, de se penser elle-même dans son autre, au lieu de penser la littérature.

Ce n’est pas du tout l’approche d’Olsen. Le but en effet est de prendre la littérature pour objet – expression, “prendre pour objet”, qui fait souvent réagir un bon nombre d’esthéticiens, sous prétexte que la littérature deviendrait un objet, à l’image de mon téléphone, de ma tasse à café, mon trousseau de clés, etc., alors que la littérature ne pourrait se réduire à cela, c’est-à-dire se rabaisser à être un objet (ce serait de la stigmatisation ontologique, ou du mépris ontologique). Olsen au contraire prend la littérature pour objet : qu’est-ce qu’une œuvre littéraire? En quoi consiste la critique d’une œuvre ? Quel est le rôle de l’intention dans la compréhension et l’appréciation de cette œuvre ? Que peut-on peut attendre des théories littéraires aussi bien dans la définition de la littérature que dans l’appréciation ?

Continuer la lecture