« Faites la trêve, pas la grève ! »

L’installation et la vénération de la crèche pour la solennité chrétienne de la Nativité aurait été instaurée par saint François d’Assise, le poverello.

Imaginez une petite étable chauffée simplement par le souffle du bétail. Dehors, il fait humide et froid. Des types à l’air patibulaire s’approchent. Ils portent des casquettes, des drapeaux multicolores et d’étranges pancartes. L’un d’eux a une grosse moustache noire, et semble en imposer aux autres. Et voici qu’un doux vagissement se fait entendre depuis l’étable : interloquée, la petite troupe entre précautionneusement. Le jeune Emmanuel leur sourit et murmure : « Faites la trêve, pas la grève ! »1 .

Continuer la lecture
  1. « Les mouvements de grève se justifient, ils sont constitutionnellement protégés. Mais je crois qu’il est des moments dans la vie d’une nation où il est bon aussi de savoir faire trêve pour respecter les familles et la vie des familles. » Emmanuel Macron à Abidjan le 21 décembre 2019 []

Samedi 21 mars 2020, Vincent Jouve invité au séminaire de PhiLiA

Le dernier livre de Vincent Jouve fera plus spécialement l’objet des discussions.

[ANNULE ET REPORTE AU MERCREDI 21 OCTOBRE 2020] Samedi 21 mars 2020, de 10h30 à 13h, le groupe de réflexion PhiLiA recevra Vincent Jouve à l’occasion de la publication de son dernier livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Armand Colin, 2019). La rencontre aura lieu dans la salle des thèses de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie.

Pour tout renseignement : maud.pouradier@unicaen.fr

Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que « tous les africains se ressemblent ».

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Continuer la lecture

Est-il moral d’aller voir J’accuse ? Remarques suite à l’annulation de la diffusion du film de Polanski à l’université de Caen-Normandie le 19 novembre 2019

Le livre de mon collègue Benoît Marpeau. Sa conférence a dû être annulée.

Le 19 novembre dernier, l’université de Caen était contrainte d’annuler la diffusion de J’accuse dans l’amphi Daure, en raison d’une protestation estudiantine plutôt minoritaire, mais incontestablement réussie. Les associations impliquées dans ce changement de programme ont refusé que la diffusion soit précédée ou suivie d’un débat : il fallait que rien n’ait lieu, un point c’est tout. L’historien de notre université spécialiste de l’affaire Dreyfus n’a pu expliquer en quoi le film était fidèle et infidèle à l’histoire (tant pis pour sa conférence, qu’il préparait sans doute depuis plusieurs semaines). Quant au directeur du cinéma d’art et essais de Caen le Lux, il fut pris à partie et indirectement insulté par de poétiques invectives, qu’on peut lire sur les banderoles photographiées par les journalistes de Ouest France (« Salux »). Une militante, citée par le journal régional, explique qu’il convient de faire de la pédagogie – bref de rééduquer le public :

On veut alerter les gens qu’ils financent un violeur en allant voir ses films.

Charlotte, étudiante à l’UCN, citée ici dans Ouest France.

 

Bref, les spectateurs de J’accuse participent au minimum à la culture du viol, voire cautionnent les viols.

Continuer la lecture