Samedi 21 mars 2020, Vincent Jouve invité au séminaire de PhiLiA

Le dernier livre de Vincent Jouve fera plus spécialement l’objet des discussions.

[ANNULE ET REPORTE AU MERCREDI 21 OCTOBRE 2020] Samedi 21 mars 2020, de 10h30 à 13h, le groupe de réflexion PhiLiA recevra Vincent Jouve à l’occasion de la publication de son dernier livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Armand Colin, 2019). La rencontre aura lieu dans la salle des thèses de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie.

Pour tout renseignement : maud.pouradier@unicaen.fr

Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que “tous les africains se ressemblent”.

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Continuer la lecture