Compte rendu de la journée d’étude sur « La représentation » du 20 novembre 2019 (séminaire d’Identité et Subjectivité)

Maud Pouradier et Laurent Buffet le 20 novembre 2019 dans le grand auditorium de l’ESAM. Durant sa conférence, Laurent Buffet commenta notamment le travail de Hamish Fulton, dont une photographie fut projetée. © Jérôme Laurent

Le compte rendu détaillé de cette journée d’étude est en ligne sur le Carnet de la MRSH !

Ceux qui ont manqué l’événement peuvent écouter la conférence de Patricia Limido et la conférence de Laurent Buffet (respectivement sur Roman Ingarden et sur le traitement de l’irreprésentable dans certains courants artistiques contemporains) sur la Forge Numérique de la MRSH.

L’opéra est-il sérieux ?

Après des années de mises en scène par Warlikowski (rendez-nous Parsifal !), Lev Dodin (pauvre Dame de Pique) ou Haneke (Don Giovanni massacré), et tant d’autres de moindre envergure, où le livret était consciencieusement déconstruit, reconstruit, et finalement détruit tout court, un mouvement d’humilité, au moins relative, ressaisit les metteurs en scène d’opéra, qui tentent désormais d’être plus proches du livret1. Si l’actualisation est souvent de rigueur (pour une étrange raison, on transpose souvent l’intrigue dans les années 50), elle n’est plus associée à une déconstruction et à une recombinaison par un metteur en scène et scénographe démiurgique. Aussi la récente production d’Ercole Amante de Cavalli à l’Opéra Comique a-t-elle été largement saluée, tant pour sa qualité musicale (excellent plateau, extraordinaire direction de Raphaël Pichon) que théâtrale. Même la Bible numérique des lyricophiles Forum Opera, pourtant avare de compliments sans réserve, a décerné 4 étoiles au spectacle.

Quelques jours avant la représentation du 10 novembre, mes oreilles et mes yeux frétillaient déjà de délice à l’idée de voir un spectacle dont les metteurs en scène Valérie Lesort et Christian Hecq s’étaient donné pour défi de « suivre le livret à la lettre ».

Quoi de plus amusant que de suivre un livret baroque à la lettre pour des metteurs en scène ambitieux ? D’accord à 1000 % !
Continuer la lecture
  1. voir l’article paru du Olyrix à propos de la production Rhorer/Gray des Noces de Figaro, que votre servante ira voir ce dimanche 1er décembre 2019 au TCE []