Compte rendu de « La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique » de Maryvonne Saison (Presses de la Sorbonne, 2018) – par Valentin Sonnet

Le point de départ de l’ouvrage est celui de l’histoire, insatisfaisante, de la réception de l’œuvre de Mikel Dufrenne jusqu’à nos jours : cette œuvre est méconnue, lorsqu’elle n’est pas simplement oubliée, ou peu lue ; car, même lorsqu’elle jouit d’une notoriété et d’un intérêt, ceux-ci ne portent que sur un de ses aspects – au mieux, la phénoménologie ; généralement, l’esthétique d’orientation phénoménologique –, et, trop souvent, sur un seul ouvrage : Phénoménologie de l’expérience esthétique ; mais, ni l’esthétique, ni la phénoménologie, ne sont continûment revendiquées. Or, si la lecture de l’œuvre dufrennienne est ainsi presque toujours réductrice, et si les phénoménologues ont attendu tant d’années pour s’y intéresser, alors on ne peut expliquer l’oubli dont elle fut victime à partir des années 1970 par cela seul que, originale et atypique, elle refusait les courants majoritaires d’alors : l’orientation heideggérienne d’une part, et structuraliste, d’autre part. Plus profondément, elle pâtit d’un échec à en saisir l’unité à travers la diversité des thèmes traités.

Continuer la lecture

Compte rendu de la conférence de Maryvonne Saison sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault

Jeudi 28 mars 2019, dans le cadre d’un séminaire de master consacré aux Aveux de la chair de Michel Foucault, Maryvonne Saison, professeur émérite à Paris X-Nanterre, a proposé une communication sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault, à l’occasion de la publication de son livre La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique aux Presses de la Sorbonne.

Continuer la lecture

Festival « Aspects des musiques d’aujourd’hui » consacré à Thierry Pécou : remarques sur Deleuze et Harry Lehmann


Le festival « Aspects des musiques d’aujourd’hui » était cette année consacré au compositeur Thierry Pécou. Quelques impressions au terme de ce formidable événement annuel, auquel je n’ai malheureusement pas pu assister en totalité. Continuer la lecture

Compte rendu de l’après-midi d’étude du 20 mars 2019 autour du livre de Claudio Veloso

L’équipe d’accueil Identité et Subjectivité a invité mercredi 20 mars 2019 Claudio Veloso à présenter son livre sur la Poétique d’Aristote. Pierre Fasula (chercheur associé à l’ISPJS de Paris 1) et Maud Pouradier étaient les répondants. Les discussions réunirent des membres de l’équipe Identité et Subjectivité (Gilles Olivo, Jérôme Laurent, Valentin Sonnet), des membres du LASLAR (Julie Anselmini et Jean-François Castille) et du CRAHAM (Luciana Romeri), ainsi que des étudiants de master et de licence de philosophie de l’université de Caen.

Présentation de Pourquoi la Poétique d’Aristote ? (Vrin, 2018)

Claudio Veloso commence son exposé initial par la genèse de son livre. Continuer la lecture

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019

Houellebecq et la philosophie : réflexions sur le sens de la philosophie de l’art

Dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Michel Foucault lit dans le célèbre opuscule kantien l’émergence d’une tâche nouvelle pour la philosophie : poser la question du présent. La critique kantienne consiste moins, selon Foucault, en une thématisation de notre finitude, qu’en une interrogation philosophique sur le rapport que notre présent entretient avec la vérité. La philosophie doit désormais être aussi une philosophie de l’histoire, en même temps qu’elle devient critique. C’est de ce Kant-là dont Foucault se présente comme l’héritier. C’est cette tâche critique de la philosophie qui nourrit le regard foucaldien sur l’art[1].

Continuer la lecture

Der Freischütz au théâtre de Caen

Weber, Der Freischütz, dir. Laurence Equilbey, Insula orchestra, chœurs d’accentus, compagnie 14 : 20

 

Nouvelle production créée au théâtre de Caen le 1er mars 2019

Représentation du 3 mars 2019

 

Créé en 1821, Der Freischütz symbolise l’opéra romantique avant que le Gesamtkunstwerk wagnérien ne remplace le goût du conte et du merveilleux par le mythe et la métaphysique[1]. Variation sur le mythe de Faust, le Freischütz n’en a ni la profondeur ni l’obscurité : le héros pactise avec le diable par hâte d’épouser sa fiancée, et sans en avoir conscience. Irresponsable de ses actes, Max ne reçoit qu’une maigre punition – le report de son mariage d’une année – comme on priverait momentanément de dessert un enfant étourdi. La délicieuse Annchen tourne d’ailleurs en dérision les prémonitions d’Agathe : avec humour, elle laisse entendre au spectateur qu’elle comprend parfaitement la signification sexuelle du rêve d’Agathe (la colombe blessée par Max), tout le conte perdant soudain sa dimension spirituelle et métaphysique dans les yeux de cette malicieuse amie. Ce mélange de gothique et de légèreté – qu’on retrouve aussi bien dans les ballets romantiques contemporains du Freischütz – nous est devenu étranger. Continuer la lecture