Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que « tous les africains se ressemblent ».

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Continuer la lecture

L’opéra est-il sérieux ?

Après des années de mises en scène par Warlikowski (rendez-nous Parsifal !), Lev Dodin (pauvre Dame de Pique) ou Haneke (Don Giovanni massacré), et tant d’autres de moindre envergure, où le livret était consciencieusement déconstruit, reconstruit, et finalement détruit tout court, un mouvement d’humilité, au moins relative, ressaisit les metteurs en scène d’opéra, qui tentent désormais d’être plus proches du livret1. Si l’actualisation est souvent de rigueur (pour une étrange raison, on transpose souvent l’intrigue dans les années 50), elle n’est plus associée à une déconstruction et à une recombinaison par un metteur en scène et scénographe démiurgique. Aussi la récente production d’Ercole Amante de Cavalli à l’Opéra Comique a-t-elle été largement saluée, tant pour sa qualité musicale (excellent plateau, extraordinaire direction de Raphaël Pichon) que théâtrale. Même la Bible numérique des lyricophiles Forum Opera, pourtant avare de compliments sans réserve, a décerné 4 étoiles au spectacle.

Quelques jours avant la représentation du 10 novembre, mes oreilles et mes yeux frétillaient déjà de délice à l’idée de voir un spectacle dont les metteurs en scène Valérie Lesort et Christian Hecq s’étaient donné pour défi de « suivre le livret à la lettre ».

Quoi de plus amusant que de suivre un livret baroque à la lettre pour des metteurs en scène ambitieux ? D’accord à 1000 % !
Continuer la lecture
  1. voir l’article paru du Olyrix à propos de la production Rhorer/Gray des Noces de Figaro, que votre servante ira voir ce dimanche 1er décembre 2019 au TCE []

Der Freischütz au théâtre de Caen

Weber, Der Freischütz, dir. Laurence Equilbey, Insula orchestra, chœurs d’accentus, compagnie 14 : 20

 

Nouvelle production créée au théâtre de Caen le 1er mars 2019

Représentation du 3 mars 2019

 

Créé en 1821, Der Freischütz symbolise l’opéra romantique avant que le Gesamtkunstwerk wagnérien ne remplace le goût du conte et du merveilleux par le mythe et la métaphysique[1]. Variation sur le mythe de Faust, le Freischütz n’en a ni la profondeur ni l’obscurité : le héros pactise avec le diable par hâte d’épouser sa fiancée, et sans en avoir conscience. Irresponsable de ses actes, Max ne reçoit qu’une maigre punition – le report de son mariage d’une année – comme on priverait momentanément de dessert un enfant étourdi. La délicieuse Annchen tourne d’ailleurs en dérision les prémonitions d’Agathe : avec humour, elle laisse entendre au spectateur qu’elle comprend parfaitement la signification sexuelle du rêve d’Agathe (la colombe blessée par Max), tout le conte perdant soudain sa dimension spirituelle et métaphysique dans les yeux de cette malicieuse amie. Ce mélange de gothique et de légèreté – qu’on retrouve aussi bien dans les ballets romantiques contemporains du Freischütz – nous est devenu étranger. Continuer la lecture