L' »affaire Matzneff » et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du « il est interdit d’interdire ». Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de « mal baisée » l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des « gens de lettres » porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Continuer la lecture

Découverte de la « deixis fonctionnelle », théorisée et mise en pratique par Bruno Haas

Il est rare qu’un philosophe de l’art propose une méthode pratique d’analyse des oeuvres d’art, et tente de la mettre à l’épreuve d’oeuvres précises. C’est en allant à l’atelier proposé au Louvre le 25 octobre autour du Parnasse de Mantegna que j’ai découvert la proposition théorique et pratique de Bruno Haas d’une deixis fonctionnelle.

Mantegna, Le Parnasse, musée du Louvre
Continuer la lecture

De l’esthétique à la « philosophie de l’art ». Réflexions à partir de l’œuvre de Jacqueline Lichtenstein

Jacqueline Lichtenstein, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à Paris 10-Nanterre, puis à la Sorbonne, est décédée le 3 avril 2019. Son œuvre est désormais achevée, et nous pouvons lui rendre hommage, en réfléchissant à la manière dont elle a infléchi l’esthétique vers une définition très personnelle de la « philosophie de l’art », et sur les enjeux philosophiques et institutionnels de cet infléchissement. Continuer la lecture

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019

Houellebecq et la philosophie : réflexions sur le sens de la philosophie de l’art

Dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Michel Foucault lit dans le célèbre opuscule kantien l’émergence d’une tâche nouvelle pour la philosophie : poser la question du présent. La critique kantienne consiste moins, selon Foucault, en une thématisation de notre finitude, qu’en une interrogation philosophique sur le rapport que notre présent entretient avec la vérité. La philosophie doit désormais être aussi une philosophie de l’histoire, en même temps qu’elle devient critique. C’est de ce Kant-là dont Foucault se présente comme l’héritier. C’est cette tâche critique de la philosophie qui nourrit le regard foucaldien sur l’art[1].

Continuer la lecture

Esthétique et philosophie de l’art

Ce carnet a deux objectifs.

Le premier est de réfléchir sur l’actualité de l’esthétique et de la philosophie de l’art :
1) Notes de lecture sur des publications très récentes dans le domaine.
2) Comptes rendus de journées d’étude ou de colloques (non nécessairement organisés par mon équipe ou par moi-même) importants dans ma discipline. Ce carnet se distingue donc de ceux émanant de centres d’études dédiés à la philosophie de l’art.

Le second est d’écrire des billets relatifs à ma propre recherche, qui ne pourraient faire l’objet de publications traditionnelles dans des revues disciplinaires ou grand public :
1) Réflexions « sur le vif » à partir d’un spectacle, d’un concert, d’une exposition ou d’une œuvre littéraire.
2) État des projets éditoriaux en cours.

Les enseignants-chercheurs et doctorants de ma discipline sont les premiers lecteurs attendus, mais également toute personne intéressée par les relations entre l’art et la philosophie.