La philosophie dans “Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?” de Gisèle Sapiro

Les remarques qui suivent sont une version développée de mon intervention durant l’après-midi d’étude de PhiLiA du 28 avril 2021, suite à la présentation par Simon Lanot du livre de Gisèle Sapiro.

Couverture du livre de Gisèle Sapiro, publié en 2020 aux éditions du Seuil

Un essai à prétention philosophique

L’essai de Gisèle Sapiro, comme l’annoncent l’introduction et la quatrième de couverture, est écrit et édité à l’occasion de différentes « affaires » liées au mouvement #MeToo (Polansky, Matzneff, etc.), mais déploie une réflexion sociologique plus large sur les relations de l’œuvre et de l’auteur. Ces « affaires » sont les symptômes d’une modification de notre perception de la relation entre l’œuvre et l’auteur, et peut-être d’incohérences et de failles dans la construction juridique, sociale et théorique de la figure de l’auteur. Gisèle Sapiro se positionne non seulement comme sociologue de la littérature (qu’on entendra ici en un sens large, incluant également les œuvres de théorie littéraire, et les œuvres philosophiques), mais comme philosophe.

Il ne s’agit pas tant d’une étude sociologique de ces polémiques que d’une radioscopie des arguments, et d’une mise en perspective philosophique et socio-historique des enjeux qu’ils recouvrent.

Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, p. 10

La prétention est quelque peu démesurée. Cependant la philosophie occupe une place non négligeable dans l’essai, non seulement sur le plan conceptuel, mais sur le plan des références (Foucault, Kripke, Anscombe, Davidson) et des matériaux étudiés (le « cas Heidegger »). C’est sur l’aspect « philosophique » de l’essai de Gisèle Sapiro que je réserverai mes remarques.

Continuer la lecture

Mercredi 28 avril : après-midi d’étude de PhiLiA sur la question de l’auteur

Mercredi 28 avril, le groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) consacrera une après-midi d’étude à la question de l’auteur. Dans sa célèbre conférence de 1969 à la Société Française de Philosophie, Michel Foucault achevait la séparation proustienne entre l’auteur et l’individu, en ne parlant plus que de la “fonction auteur”. Pierre Bayard, dans Et si les oeuvres changeaient d’auteurs ? (2010), a tiré malicieusement toutes les conséquences de ce fonctionnalisme auctorial. Mais de nouvelles questions et revendications, venues de la société, obligent études littéraires et sciences humaines à sortir d’un tel formalisme, aussi fécond soit-il intellectuellement. Si l’on considère qu’il est impérieux de parler d'”autrice”, alors la “fonction auteur” ne tient plus : l’individu concret, avec ses thèses, ses simples opinions, ses actes, son corps et son genre, doit entrer à nouveau dans l’habit de l’auteur. Jusqu’à quel point le commentateur, le critique littéraire ou l’historien de la philosophie doit-il en tenir compte ? À partir d’un exposé par Simon Lanot sur le livre de Gisèle Sapiro (Peut-on dissocier l’oeuvre de l’auteur ?, Seuil, 2020), les membres de PhiLiA reviendront sur les notions d”‘auteur implicite”, d'”auteur imaginaire”, de “scénographie auctoriale”, et plus particulièrement sur le “cas Houellebecq”.

L’après-midi d’étude se tiendra de 14h à 17h, dans la salle virtuelle habituelle (https://webconference.unicaen.fr/b/mau-7gr-egh).

Pour tout renseignement : julie.anselmini@unicaen.fr ou maud.pouradier@unicaen.fr

Position de l’EA Identité et Subjectivité (université de Caen) contre la LPPR, la destruction du CAPES et l’inique réforme des retraites.

Lu le 15 janvier 2020 lors du séminaire mensuel 2019-2020 de l’équipe d’accueil Identité et Subjectivité sur “La représentation”, et affiché sur le site de la MRSH.

Chers Collègues,

Chers Étudiants,

Le goût de la philosophie se traduit, depuis ses prémisses, par la recherche vivante de la vérité, et par le souci de la transmission. Enseignants et chercheurs, reconnus officiellement ou non par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous sommes réunis aujourd’hui pour être fidèles à cette vocation : chercher ensemble à mieux saisir les enjeux d’un concept philosophique, et passer le flambeau de la recherche et de l’enseignement aux doctorants, aux agrégatifs et aux étudiants, pour certains eux-mêmes déjà enseignants et parfois chercheurs.

Par respect pour le travail de nos collègues, qui ont préparé durant de longues heures, jours et semaines leurs conférences, il n’était pas envisageable d’annuler cette journée d’étude du 15 janvier 2020. Et pourtant, l’heure est grave. Tout ce qui nous réunit aujourd’hui est en danger.

Continuer la lecture

Lecture foucaldienne de la “crise de l’Eglise” – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la “crise” de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre “D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise”.

Qu’appelle-t-on la “crise de l’Eglise” ? En quoi est-elle nouvelle ? Le “mariage des prêtres”, réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (“Marions les prêtres !”) à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne “stylistique de l’existence” chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, “familialiste”, qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Michel Foucault et les débats sur la pédophilie dans les années 1970

Portrait de Michel Foucault en 1977, année de la tribune que signa le philosophe en faveur d’une rénovation du code pénal concernant la majorité sexuelle.

L’affaire Matzneff nous rappelle que maints auteurs, et non des moindres, signèrent, à la fin des années 1970, des pétitions qui nous paraissent aujourd’hui clémentes voire complices à l’égard de crimes pédophiles. Comment des auteurs comme Gilles Deleuze ou Jean-François Lyotard ont-il pu manquer de lucidité au point de minimiser des crimes sexuels ? Comment Michel Foucault put-il manquer de clairvoyance à ce point ? Ne faut-il pas en tirer les conclusions, et se débarrasser d’une partie de ses thèses sur les relations entre pouvoir et sexualité ?

Continuer la lecture

L'”affaire Matzneff” et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du “il est interdit d’interdire”. Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de “mal baisée” l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des “gens de lettres” porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Continuer la lecture

Est-il moral d’aller voir J’accuse ? Remarques suite à l’annulation de la diffusion du film de Polanski à l’université de Caen-Normandie le 19 novembre 2019

Le livre de mon collègue Benoît Marpeau. Sa conférence a dû être annulée.

Le 19 novembre dernier, l’université de Caen était contrainte d’annuler la diffusion de J’accuse dans l’amphi Daure, en raison d’une protestation estudiantine plutôt minoritaire, mais incontestablement réussie. Les associations impliquées dans ce changement de programme ont refusé que la diffusion soit précédée ou suivie d’un débat : il fallait que rien n’ait lieu, un point c’est tout. L’historien de notre université spécialiste de l’affaire Dreyfus n’a pu expliquer en quoi le film était fidèle et infidèle à l’histoire (tant pis pour sa conférence, qu’il préparait sans doute depuis plusieurs semaines). Quant au directeur du cinéma d’art et essais de Caen le Lux, il fut pris à partie et indirectement insulté par de poétiques invectives, qu’on peut lire sur les banderoles photographiées par les journalistes de Ouest France (« Salux »). Une militante, citée par le journal régional, explique qu’il convient de faire de la pédagogie :

On veut alerter les gens qu’ils financent un violeur en allant voir ses films.

Charlotte, étudiante à l’UCN, citée ici dans Ouest France.

 

Bref, les spectateurs de J’accuse participent au minimum à la culture du viol, voire cautionnent les viols.

Continuer la lecture

Les Aveux de la chair de Michel Foucault : réflexions sur les enjeux éthiques et scientifiques d’une édition posthume

Publié dans Archives de philosophie, octobre-décembre 2019, tome 82 (4), p. 808-812.

Evénement philosophique et éditorial

La lecture des Aveux de la chair[1], publié en 2018 aux éditions Gallimard par Frédéric Gros, est une expérience temporelle singulière : ce manuscrit rédigé avant L’Usage des plaisirs et Le Souci de soi, mais figurant dans le plan foucaldien en quatrième position dans l’Histoire de la sexualité, est édité plus de trente ans après la mort de l’auteur, alors que les concepts foucaldiens ont largement infusé tous les discours théoriques, politiques et même ordinaires sur la sexualité. Ce propos porte sur les difficultés d’un tel décalage, et les questions d’éthique de l’édition qu’il met en lumière.

Continuer la lecture

De l’esthétique à la “philosophie de l’art”. Réflexions à partir de l’œuvre de Jacqueline Lichtenstein

Jacqueline Lichtenstein, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à Paris 10-Nanterre, puis à la Sorbonne, est décédée le 3 avril 2019. Son œuvre est désormais achevée, et nous pouvons lui rendre hommage, en réfléchissant à la manière dont elle a infléchi l’esthétique vers une définition très personnelle de la “philosophie de l’art”, et sur les enjeux philosophiques et institutionnels de cet infléchissement. Continuer la lecture

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019

Houellebecq et la philosophie : réflexions sur le sens de la philosophie de l’art

Dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Michel Foucault lit dans le célèbre opuscule kantien l’émergence d’une tâche nouvelle pour la philosophie : poser la question du présent. La critique kantienne consiste moins, selon Foucault, en une thématisation de notre finitude, qu’en une interrogation philosophique sur le rapport que notre présent entretient avec la vérité. La philosophie doit désormais être aussi une philosophie de l’histoire, en même temps qu’elle devient critique. C’est de ce Kant-là dont Foucault se présente comme l’héritier. C’est cette tâche critique de la philosophie qui nourrit le regard foucaldien sur l’art[1].

Continuer la lecture