Lecture foucaldienne de la “crise de l’Eglise” – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la “crise” de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre “D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise”.

Qu’appelle-t-on la “crise de l’Eglise” ? En quoi est-elle nouvelle ? Le “mariage des prêtres”, réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (“Marions les prêtres !”) à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne “stylistique de l’existence” chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, “familialiste”, qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Samedi 21 mars 2020, Vincent Jouve invité au séminaire de PhiLiA

Mis en avant

Le dernier livre de Vincent Jouve fera plus spécialement l’objet des discussions.

Samedi 21 mars 2020, de 10h30 à 13h, le groupe de réflexion PhiLiA recevra Vincent Jouve à l’occasion de la publication de son dernier livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Armand Colin, 2019). La rencontre aura lieu dans la salle des thèses de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie.

Pour tout renseignement : maud.pouradier@unicaen.fr

Mercredi 20 novembre, journée d’études à l’ESAM de Caen sur la représentation.

Affiche du séminaire annuel d’Identité et Subjectivité

Dans le cadre du séminaire de mon équipe d’accueil Identité et Subjectivité, dont le thème annuel est la représentation, une journée d’études est plus spécialement dédiée à la philosophie de l’art.

Nous aurons le plaisir d’entendre Patricia Limido (Rennes 2), spécialiste de Roman Ingarden (“L’entre deux mondes de la vie intentionnelle selon Roman Ingarden”), et mon collègue de l’ESAM Laurent Buffet (“La désesthétisation de l’art contemporain:   les enjeux politiques de la représentation à   l’heure du capitalisme tardif”). Je proposerai quant à moi une communication sur Michel Foucault (“Foucault et la représentation : des Mots et  les Choses à la conférence sur Manet“).

La journée d’études a lieu le mercredi 20 novembre 2019 de 11h à 17h à l’ESAM de Caen  (17 cours Caffarelli, 14000 Caen). Pour plus d’information, contacter Gilles Olivo, directeur de l’équipe Identité et Subjectivité (gilles.olivo@unicaen.fr). 

Séminaire de PhiLiA : séance du 23 octobre 2019

Mercredi 23 octobre 2019, le groupe de réflexion interdisciplinaire PhiLiA (philosophie de la littérature et de l’art) reprend ses travaux. La séance, qui se déroulera à l’université de Caen, sera consacrée aux thèses de Kendall Walton. Dans Mimesis as make-believe, le philosophe propose une théorie de la représentation pouvant s’appliquer aussi bien aux romans qu’au cinéma, à l’opéra et à la peinture. Dans le contexte français d’une division radicale entre philosophie de la littérature et philosophie de l’art, les thèses de Kendall Walton connaissent donc en France peu d’héritiers. On se penchera donc sur ce classique de la théorie de la représentation, et sur ses conséquences dans le champ institutionnel français.

La séance se déroulera mercredi 23 octobre 2019 de 14h à 17h à l’université de Caen, campus 1, Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH), salle SH 126. Toute personne intéressée peut participer au séminaire.

Contact : maud.pouradier@unicaen.fr

Atelier de travail autour de “Why do we care about literary characters ?” de Blakey Vermeule le 5 juin 2019

Mercredi 5 juin 2019 de 15h à 18h, université de Caen, MRSH, salle SH 148, atelier de travail autour du livre de Blakey Vermeule, Why do we care about literary characters ? (Johns Hopkins university press, 2010). Il s’agira de la séance inaugurale du groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art).

Organisateurs : Maud Pouradier (EA Identité et Subjectivité, Université de Caen), Pierre Fasula (ISJPS, Paris 1) et Claudio Veloso (auteur de Pourquoi la Poétique d’Aristote ?).

 

Seront présents à cet atelier (sous réserve) : Julie Anselmini (LASLAR, Université de Caen), Jean-François Castille (LASLAR,  Université de Caen), Bernard Gendrel (LIS, Paris 12), Agathe Novak-Lechevalier (CSLF, Paris 10), et Frédéric Slaby (ERIBIA, Université de Caen).