Programme du congrès 2024 de la Société Française d’Esthétique

Congrès 2024

de la

Société Française d’Esthétique

Vendredi 14 et samedi 15 juin 2024

Paris, La Sorbonne, Amphis Quinet et Michelet

Esthétique comparée

Le beau, l’art et l’esthétique au-delà de l’Occident

Si l’ethnologie est souvent mobilisée pour montrer la relativité des objets qualifiés de beaux et celle des choses classés sous le mot art ainsi que les fonctions et valeurs attachées à ces dernières, certains théoriciens ont développé une anthropologie renvoyant à des invariants transculturels et transhistoriques. Les sciences cognitives ont, elles aussi, réactivé la recherche d’universaux invitant à réfléchir sur l’éventualité de structures formelles sous-jacentes comme la symétrie, par exemple, dans la lignée des travaux de Gottfried Semper qui, marqué par le naturalisme de Cuvier, entendait dégager les formes et principes fondamentaux qui sont à l’origine de tous les arts, occidentaux et extra-occidentaux, ou encore des analyses de Aloïs Riegl dont la vaste étude comparée de l’architecture assyrienne, babylonienne, perse, indienne, chinoise et égyptienne, lui fit concevoir l’histoire comme la transformation dynamique d’un ensemble de motifs formels dotés de potentialités et de virtualités propres. 

La tension entre culturalisme et universalisme concerne, on le voit, à la fois les propriétés esthétiques – et en tout premier lieu, le beau -, et la notion d’art. Le registre du beau ne recoupe pas celui du sundara du sanskrit, du kalon des grecs, du wabi sabi des japonais ; sans parler du fait qu’une même langue peut disposer de deux concepts du beau comme, en Chine par exemple, le Cuo Cai Lou Jin (错彩镂金) et le « Chu Shui Fu Rong (出水芙蓉). L’extension et la compréhension du concept d’art sont extrêmement variables : quels types d’objets ou d’activités recouvre-t-il ? quels genres artistiques subsume-t-il ? Quelles hiérarchies (arts majeurs/ mineurs) et quelles relations les lient ? Existe-t-il néanmoins des invariants poïétiques, une permanence des processus de création et d’attention ? 

Le débat traverse les productions discursives et au-delà, les disciplines académiques qui traitent de ces objets, à commencer par l’esthétique. Celle-ci a été baptisée en Europe au milieu du XVIIIème siècle, mais, d’une part un acte de baptême n’est pas un acte de naissance, et d’autre part la question de savoir exactement ce qui est né reste posée. Quels rapports et quelles différences existe-t-il par exemple entre cette discipline et les traités de peinture et de calligraphie de la tradition chinoise qui font une large place aux qualités d’appréciation et à la culture du connaisseur, ou bien qui étudient la connivence énergétique avec l’ensemble de la réalité ? Que dit le fait que les considérations sur la beauté et la perfection dans les traités d’Al-Kindi, Al Fârâbî ou Avicenne ne soient pas isolées du reste de leur œuvre ? Quels parallèles peut-on faire entre des textes ayant joué un rôle séminal dans diverses aires culturelles comme La Poétique d’Aristoteen Europe et la Sculpture du dragon en Chine?

L’immense question des transferts culturels qui se sont produits au cours de l’histoire et continuent à se produire, se profile aussitôt. Comment des termes, des concepts, des thèses, des atmosphères sensibles et théoriques venus d’ailleurs se sont-elles implantées diversement dans d’autres sols ? Comment ont-ils modifié, enrichi ou appauvri la pensée sur l’art et le beau, en donnant naissance à des constructions conceptuelles inédites ou à des orientations nouvelles ? Qu’est-ce que ces dernières ont produit en retour ?

La question des difficultés et des enjeux, herméneutiques et métaphysique, de la traduction constitue l’ombre portée des différents aspects de l’esthétique comparée. Faut-il se résoudre à un relativisme linguistique et conceptuel ? La traduction ouvre-t-elle au contraire vers l’universel ? Les intraduisibles sont-ils des impensables ? 

A l’âge de la mondialisation des échanges et du tourisme, de l’ouverture des nouveaux musées, comme celui d’Abu Dhabi, à un récit universel et décloisonné de l’histoire de l’art insistant sur les connivences entre artefacts issus d’aires géographiques et temporelles éloignées, l’esthétique comparée est bel et bien requise. Parce que l’esthétique, qui partage avec la philosophie dont elle est un domaine, une vocation architectonique, est seule à même de tenir ensemble les résultats des différentes approches de ces sujets (approches historiques, anthropologiques, ethnologiques, psychologiques, neurologiques, cognitives) ; et parce que l’esthétique, quand elle se fait comparative, prend du champ par rapport à son univers notionnel, ses questions usées, et parfois même ses ornières conceptuelles, en les considérant d’un œil neuf à partir de ces catégories exogènes, ouvrant un espace de réflexion renouvelé, enrichi et vivifié, et favorisant le dialogue interculturel. 

Entrée libre gratuite, mais seulement sur inscription (nom et prénom à adresser avant le 10 juin à c.talonhugon@gmail.com)

Vendredi 14 juin, Amphi Quinet, La Sorbonne

9h : accueil, allocution de bienvenue et introduction au congrès par Carole Talon-Hugon, présidente de la Société française d’esthétique

9:30 

Dominique Chateau

Directeur de rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique, Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Institut ACTE.

La mutation esthétique japonaise à partir de l’ère Meiji 

10:15

Carlotta Santini 

Chargée de Recherche CNRS École Normale Supérieure – UMR 8547 Pays Germaniques / Transferts culturels.

Les témoins de la préhistoire

11h : pause

11:15

Adnen Jdey

Chargé de recherches au FNRS (Belgique), Chercheur associé à l’IMEC en 2021-2022, en charge du fonds Henri Maldiney.

L’esthétique est-elle une morphologie comparée ? Le jeune Maldiney face aux arts non-occidentaux (1953-1954)

12h

Mohamed El-Himer

Enseignant-chercheur à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc), et membre du laboratoire de recherche en Sciences du langage, Littérature, Arts, Communication et Histoire (SLLACH)

Défis de l’esthétique de la réception dans la traduction des Mille et Une Nuits

Pause déjeuner

14:15

Jean-Marie Schaeffer 

Directeur de recherches émérite au CNRS et Directeur d’étude à l’EHESS, Distinguished Professor Emeritus à l’Université de Bonn (Allemagne).

Faut-il choisir entre universalisme et relativisme ? (titre provisoire)

15h

Ancuta Mortu

Chercheure au département d’histoire de l’art de l’Université Masaryk (République Tchèque) et membre du projet « Remote Access : Understanding Art from the Distant Past ». 

Diversité esthétique et variabilité cognitive 

15:45 : pause

16h

VU Cong Minh

Enseignant à l’Université Catholique de Lille, à l’Université Lille 3 ainsi qu’à l’école d’animation Piktura. 

Pour introduire la métaphorologie dans l’esthétique

16:45

Hung-Hsing Chen

Professeur adjoint à l’Institut supérieur de gestion des arts et de l’entreprenariat de l’Université Yat-Sen de Taïwan, critique et commissaire d’exposition.

L’esthétique de l’art bouddhique contemporain comme réappropriation culturelle

Samedi 15 juin, Amphi Michelet, La Sorbonne

9:30

Jean-François Charnier

Ancien directeur scientifique de l’Agence France-Muséum  

Le Louvre Abu Dhabi, une histoire culturelle de la globalisation (titre provisoire)

10:15

Hans Kretz

Pianiste, chef d’orchestre du Stanford New Ensemble, chercheur, et enseignant au département de musique de Stanford University (USA).

Jugement esthétique et contextes institutionnels : une approche comparatiste

Pause

11:15

Olivier Ammour-Mayeur

Associate Professor à l’International Christian University de Tokyo (Japon). 

Esthétique Zen ou de la beauté du vide 

12 :00

Raphaël Pierrès

Professeur agrégé affecté dans l’enseignement supérieur (PrAg) à l’Universiteé Paris-Est Créteil. 

Lieu des images, images de lieux : à partir de Kant et Nishida 

Pause déjeuner

14 :15

Ondine Bréaud-Holland 

Professeur de philosophe esthétique/théorie de l’art à l’Ecole supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco (ESAP. Pavillon Bosio). 

Telle qu’un « barbare en Asie »

15h

Pascale Elbaz et Wang Jing

Pascale Elbaz est docteure en langue et civilisation chinoises de l’Inalco, enseignante-chercheuse à l’ISIT (Institut supérieur de communication interculturelle et de management) et chercheuse associée à IFRAE (Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est). 

Wang Jing est docteure de l’Université Paris-Saclay et enseignante-chercheuse à l’Université de Nanjing (Chine). 

Notions d’esthétique traditionnelle chinoise à l’épreuve de la traduction

15:45

Biliana Vassileva

Danseuse et Maître de conférences HDR en Danse, et membre du Centre d’Etude des Arts Contemporains à l’Université de Lille.

Le glissement de quelques valeurs esthétiques en danse au croisement des arts classiques en Chine, Cambodge, Bali (Indonésie) et Europe.

16:30

Discussion générale, conclusions et prolongements


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maud Pouradier (4 juin 2024). Programme du congrès 2024 de la Société Française d’Esthétique. Esthétique et philosophie de l'art. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rjn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.