Esthétique à l’agrégation de philosophie 2022 : philodelart vous propose une bibliographie commentée !

Conseils généraux

Les références sont commentées afin que les agrégatifs puissent établir un programme de lectures personnel en fonction de leurs besoins et éventuelles lacunes. Des bibliographies ponctuelles sur des sujets plus précis (sur le cinéma, l’architecture, etc.) seront données en cours de préparation.

Arcimboldo, Le Bibliothécaire (détail)

Cette bibliographie ne comprend pas les références primaires indispensables, qu’on doit s’approprier par soi-même, crayon en main : Ion, Hippias majeur, Phèdre et livres VIII à X de la République, Poétique d’Aristote in extenso (et non uniquement les chapitres 4 et 6) et livre VIII des Politiques, La norme du goût et l’Essai sur la tragédie de Hume, Analytique du beau et Analytique du sublime de la Critique de la faculté de juger, toute l’introduction des Cours d’esthétique de Hegel, le plan des Cours et la lecture cursive in extenso de la troisième partie, le livre III du Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer, et le Cas Wagner de Nietzsche (beaucoup plus utile que La Naissance de la tragédie, peu mobilisable en esthétique, hormis peut-être sur la question du sublime). En philosophie analytique, même le membre du jury le plus hostile à la philosophie analytique ne vous pardonnerait pas une méconnaissance de « Quand y a-t-il art ? » de Nelson Goodman (traduit dans plusieurs recueils, notamment le Danielle Lories et le Gérard Genette) et de l’institutionnalisme d’Arthur Danto (« Le monde de l’art » dans le recueil de Danielle Lories).

Après cinq années d’étude de philosophie, la majeure partie de ces références primaires vous sont à peu près connues : il est recommandé de travailler vos lacunes « primaires » avant les épreuves d’admissibilité, et de lire in extenso les textes de Kant et de Hegel indiqués plus haut. Lire Platon, Aristote, Kant ou Hegel ne peut jamais être inutile en vue de la dissertation hors programme… Chacun a évidemment en tête d’autres références, en fonction de ses options philosophiques ou de sa formation (Plotin, Diderot, Kierkegaard, Heidegger, Adorno, Souriau, Dufrenne, Gilson, Cavell, etc.) : il faut les retravailler, en ressortant ses vieilles notes de cours ou son mémoire de master.

Pour faire d’une pierre deux coups en 2022, il peut être intéressant de lire un essai sur l’esthétique de Wittgenstein (Chauviré, Comprendre l’art. L’esthétique de Wittgenstein, Paris, Kimé, 2016 ou Bertrand Goyet, Wittgenstein et le motif esthétique, Rennes, Pur, 2011).

Essais généraux sur l’idée d’esthétique

  • Danièle Cohn et Giuseppe Di Liberti, Esthétique. Connaissance, art et expérience, Paris, Vrin, coll. « Textes clés », 2012.

Un recueil de textes dûment introduits, mettant en exergue principalement l’histoire de l’esthétique et de la « science de l’art » de langue allemande. De grands absents (Hegel, Schopenhauer), pour mettre en lumière une « autre » histoire de l’esthétique (Schiller, Goethe, Fiedler, Cassirer, Panofsky). L’anthologie est également précieuse pour la mise en perspective des textes de Baumgarten.

  • Luc Ferry, Homo aestheticus, L’invention du goût à l’âge démocratique, 1991.

Un ouvrage un peu ancien, datant de l’époque où Luc Ferry faisait autre chose que donner son avis sur LCI ou écrire des éditos dans le Figaro. Un essai classique articulant idée d’esthétique et Lumières. Surtout utile pour les étudiants n’ayant pas une vision générale de la Critique de la faculté de juger.

  • Jacqueline Lichtenstein, Les Raisons de l’art, Paris, Gallimard, 2014.

Dans cet essai, Jacqueline Lichtenstein rappelle, de manière polémique, la spécificité de la thèse esthétique, et défend la nécessité pour le philosophe de revenir, en-deçà du tournant esthétique, vers une prise au sérieux des raisons de l’art, c’est-à-dire des raisons avancées par les artistes. On peut toutefois avoir des réserves sur cette critique si virulente de la philosophie qu’elle en vient à dissoudre la possibilité même d’une philosophie de l’art.

  • Carole Talon-Hugon, L’Art victime de l’esthétique, Paris, Hermann, 2014.

Dans cet essai très pédagogique, Carole Talon-Hugon s’emploie à distinguer l’artistique de l’esthétique, que le philosophe a trop tendance à confondre. Corrélativement, le jugement artistique ne se réduit pas au jugement esthétique. L’ouvrage est moins polémique que le précédent.

  • *Jacques Rancière, Le partage du sensible, La Fabrique, 2000.

Totalement opposé aux deux essais précédents, cet opuscule de Jacques Rancière défend l’idée d’esthétique contre ses accusateurs, pour des raisons tant artistiques que démocratiques. Ce petit ouvrage sera utilement complété par la lecture du début de la Fable cinématographique et du Spectateur émancipé.

  • Frank Sibley, « Des arts ou de l’esthétique, lequel vient en premier ? » dans Approche de l’esthétique, Ithaque éditions, 2018 (voir la présentation sur philodelart : https://philodelart.hypotheses.org/2924)

Philosophe analytique britannique, Frank Sibley défend le primat du domaine esthétique sur le concept d’art.

Manuels généraux

  • Jean-Pierre Cometti, Jacques Morizot, Roger Pouivet, Questions d’esthétique, Paris, Puf, « Premier Cycle », 2000.

Manuel de philosophie analytique de l’art permettant de s’y « retrouver » dans la manière analytique (essentiellement anglo-saxonne) de problématiser les questions artistiques et esthétiques.

  • *Danielle Lories, Philosophie analytique et esthétique, Paris, Klincksieck, 2004.

Recueil de textes avec introductions, qui est pour ainsi dire le complément du manuel précédent. Tous les grands classiques de la philosophie analytique s’y trouvent, ainsi que plusieurs textes de Beardsley, auteur très important pour l’histoire de l’esthétique tant « continentale » qu’analytique.

  • Gérard Genette, Esthétique et poétique, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 1992.

Recueil de textes de philosophie analytique complémentaire du précédent, centré principalement sur la philosophie de la littérature et de la fiction.

  • Jean-Pierre Cometti, Jacques Morizot, Roger Pouivet, Esthétique contemporaine. Art, représentation, fiction, Paris, Vrin, coll. « Textes clés », 2005.

Recueil d’articles plus pointu que les anthologies précédentes. Je recommande particulièrement la section sur la « représentation », complémentaire des recueils précédents.

La question de l’oeuvre d’art

  • Giorgio Agamben, “Archéologie de l’œuvre d’art” dans Création et anarchie. L’œuvre à l’âge de la religion capitaliste, J. Gayraud (tr. fr.), Paris, Payot (coll. “Rivages”), 2019, p. 7-27.
  • *Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique (plusieurs traductions disponibles, privilégier si possible la version de 1939).

Un classique surcommenté, qu’il convient de lire par soi-même et crayon en main pour en faire un usage vraiment utile en leçon. À compléter par la distinction goodmanienne, dans Langages de l’art, entre art autographique et art allographique, ou sa présentation par Gérard Genette dans L’œuvre de l’art.

  • Walter Benjamin, Petite histoire de la photographie (plusieurs éditions et traductions).

Moins connu des étudiants que le texte précédent, c’est pourtant un essai important, qui éclaire beaucoup L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité. Bien que les historiens de l’art aient contesté Benjamin, l’essai demeure un texte fondamental pour les critiques et les historiens de la photographie.

  • Arthur Danto, L’assujettissement philosophique de l’art et Après la fin de l’art, Paris, Seuil.

Ces ouvrages, à consulter en bibliothèque, mêlent hégélianisme, critique d’art contemporain, et thèse « institutionnaliste » (exposée dans l’article « Le monde de l’art », dans l’anthologie de Danielle Lories). Il est intéressant de lire les introductions de ces ouvrages, et quelques chapitres portant sur des courants ou des artistes contemporains, car Athur Danto était critique d’art. Je recommande particulièrement le texte sur Mapplethorpe dans Après la fin de l’art, qui questionne le formalisme d’inspiration kantienne.

  • *Gérard Genette, L’œuvre de l’art (2nde édition en un seul volume), Paris, Seuil, 2010.

Un classique, très influencé par Goodman, mais qui fait aussi la part belle à la question de l’attention esthétique. L’auteur défend in fine une thèse subjectiviste qui n’est pas sans rappeler Kant. Une référence utile, permettant de lier philosophie classique et philosophie analytique, dont on peut raisonnablement faire l’acquisition.

  • Nelson Goodman, « Quand y a-t-il art ? », disponible dans plusieurs recueils.

Texte inaugurant le « fonctionnalisme » esthétique.

  • Roman Ingarden, Esthétique et ontologie de l’œuvre d’art. Choix de textes 1937-1969, Paris, Vrin, 2011.

Recueil de textes, introduit par Patricia Limido, d’un disciple de Husserl. Ingarden est un auteur très intéressant pour les concours, car il appartient à la tradition phénoménologique, tout en étant apprécié et discuté par la tradition analytique (par Roger Pouivet et J.-M. Schaeffer notamment). A été également édité et traduit à part le texte d’Ingarden sur l’œuvre d’art architecturale, sur la peinture abstraite, ainsi que sur l’œuvre musicale (L’œuvre d’art littéraire est un ouvrage difficile, qu’on peut laisser de côté pour une préparation à l’agrégation). Je recommande aux agrégatifs ayant déjà fait l’essentiel des lectures « primaires », et n’étant pas totalement allergiques la phénoménologie, de travailler cette référence très utile pour les concours. Patricia Limido a également publié une monographie aux Presses universitaires de Rennes, Roman Ingarden. La phénoménologie à la croisée des arts.

  • Roger Pouivet, L’ontologie de l’œuvre d’art, Paris, Vrin, 2010.

Un ouvrage pouvant faire figure de « manuel » de philosophie analytique sur cette question. Le livre défend toutefois une thèse particulière : le réalisme.

Catégories esthétiques et propriétés esthétiques

  • Robert Blanché, Chapitres 1 à 3 dans Des catégories esthétiques, Paris, Vrin, 1979.

La question des catégories esthétiques a été abondamment traitée dans l’esthétique française par des auteurs aussi importants qu’Etienne Souriau ou Mikel Dufrenne. Ces chapitres introductifs au petit ouvrage posthume de Robert Blanché sont très synthétiques, et permettent de faire le point.

Article très pédagogique, qui fait le point sur les questions contemporaines, tout en les articulant aux références classiques. Une bonne base de travail.

  • Roger Pouivet, « La réalité des propriétés esthétiques » dans Le réalisme esthétique, Paris, Puf, 2006.

Ce chapitre approfondit la question de la réalité des propriétés esthétiques. En complément du manuel de Cometti, Morizot et Pouivet en Puf « Premier cycle ».

  • Frank Sibley, « Esthétique et non-esthétique » et « objectivité et esthétique » dans Approche de l’esthétique.

Sibley donne les moyens de penser un objectivisme esthétique, en faisant l’impasse sur la question du réalisme. Un auteur intéressant pour construire une leçon. S’aider de la présentation dans philodelart.

  • Kendall Walton, « Catégories de l’art » [1970] dans Esthétique et poétique sous la dir. de Gérard Genette.

Versant « analytique » et anglo-saxon de l’interrogation sur les catégories de l’art.

Le cas particulier du “sublime”

Dans ce texte court et très dense (on passera les deux premières pages, presque incompréhensibles quand on n’a pas l’habitude de lire cet auteur), J.-L. Chrétien remet en cause l’opposition moderne entre beau et sublime. Thèse très utile et intéressante.

  • Jean-François Lyotard, « Le sublime et l’avant-garde » dans L’inhumain. Causeries sur le temps, Paris, Klincksieck, 2014 (2nde édition).

Le philosophe s’inspire – assez librement – de Kant pour commenter l’art moderniste. Référence utile pour « vivifier » un passage un peu convenu sur l’analytique kantienne du sublime.

L’expérience esthétique et l’évaluation

  • *John Dewey, chapitres III, IV, V de L’Art comme expérience, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2005.

Une référence indispensable sur l’expérience esthétique. Lecture par ailleurs assez aisée et enthousiasmante. Ouvrage majeur de l’esthétique pragmatiste, L’Art comme expérience s’articule aussi bien aux textes classiques qu’à l’esthétique de Nelson Goodman.

  • Laurent Jaffro, La couleur du goût, Paris, Vrin, 2019.

Ouvrage alliant clarté analytique et présentation des thèses de l’esthétique anglaise et écossaise du siècle des Lumières : très utile pour articuler philosophique analytique et corpus classique. Bonne introduction à des auteurs importants comme Hutcheson et Reid.

  • Danielle Lories, textes de « L’attitude et l’expérience esthétiques » dans Philosophie analytique et esthétique

Lire en particulier les textes sources de Beardsley sur l’attitude esthétique, à articuler à la critique par Goodman (au nom de l’activité esthétique, dans le dernier chapitre de Langages de l’art), et à l’idée d’attention esthétique dans L’œuvre de l’art de Genette. Le Cometti/Morizot/Pouivet en Puf « Premier cycle » présente une bonne synthèse de cette question. Attention toutefois : les philosophes analytiques ont tendance à rabattre Kant sur Beardsley, ce qui est incorrect.

  • Rainer Rochlitz, L’Art au banc d’essai, première partie, chapitres II et III, Paris, Gallimard, 1998

Une philosophie de la critique et de l’évaluation esthétique, d’inspiration kantienne, mais tentant de sortir du relativisme trop souvent associé au subjectivisme. Les amoureux du kantisme y trouveront des arguments contre la philosophie analytique et anglo-saxonne.

L’art et les émotions

  • Abbé Batteux, Les Beaux-arts réduits à un même principe [Gallica]

Sur la question des émotions, la comparaison réglée entre poésie d’une part (c’est-à-dire Poétique aristotélicienne), opéra et ballet d’autre part, est précieuse.

  • Abbé Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture, I, sections 1 à 12 et section 44 [Beaux-arts de Paris éditions ou Gallica]

Le sentiment comme critère d’évaluation de l’art ? Voici le responsable !

  • Noel Carroll, Philosophy of horror. Paradoxes of the heard, 1990.

« La » référence philosophique sur le film d’horreur, version contemporaine de la catharsis. Le texte n’est hélas pas traduit en français. On trouve une présentation très claire de la thèse de Carroll par Hugo Clémot dans cet article, où le lien avec le texte humien sur la tragédie est fait : https://journals.openedition.org/amerika/5192?lang=pt

À lire si vous avez quelque appétence pour la musique ou pour la philosophie analytique ou les deux : très intéressante mise au point sur la possibilité de concevoir de manière « réaliste » les propriétés expressives de la musique.

  • Sur le « paradoxe des émotions négatives » (variation sur le « paradoxe de la tragédie » et la catharsis), présentation pédagogique des termes contemporains et analytiques de la question par Pierre Fasula : https://philodelart.hypotheses.org/425

À compléter avec la section consacrée à cette question dans le recueil Esthétique contemporaine en coll. « Textes clés » chez Vrin.

  • Nelson Goodman, Langages de l’art, éditions Jacqueline Chambon, 1998 (rééd. disponible)

Le chapitre important sur la question des émotions porte sur la différence entre représentation et expression. Si on est novice en philosophie goodmanienne, ou qu’on se perd dans Langages de l’art, on s’aide de Jean-Pierre Cometti, Art, représentation, expression, Paris, Puf, coll. « Philosophies », 2002.

  • Lessing, Laocoon, Paris, Hermann, 1990.

Le texte classique sur le changement de l’idée de beauté dans le paganisme et le christianisme (l’art chrétien a une autre fin que la seule beauté) : la représentation de la souffrance n’a pas les mêmes coordonnées avant et après le christianisme. Pose la question de la passion, mais aussi de la laideur, et de la différence de traitement d’un même thème par des arts distincts. Texte court, dense et complexe : à lire par soi-même crayon en main, ne pas se contenter d’un résumé.

L’imitation, la représentation

  • Abbé Batteux, Les beaux-arts réduits à un même principe [Gallica]

L’introduction de ce livre classique est intéressante pour voir la reconfiguration des beaux-arts opérée par Batteux au nom du principe imitatif.

  • Laure Blanc-Benon, Chapitres 1 et 2 de La question du réalisme en peinture. Approches contemporaines, Paris, Vrin, 2009.

Le premier chapitre fait le point sur le débat Gombrich/Goodman entre un certain naturalisme de la représentation, et le conventionnalisme goodmanien (quoique l’auteur tente d’atténuer cette opposition). Plus difficile, et peut-être moins indispensable, le chapitre 2 présente le « tournant cognitif » de cette question, avec des auteurs comme Flint Schier et Dominic Lopes.

  • Cometti, Morizot, Pouivet, Esthétique contemporaine, section consacrée à la représentation iconique, en particulier le texte de Richard Wollheim.

Une anthologie précieuse, pour comprendre ce qu’il y a de spécifique dans la question de l’imitation picturale. Le texte de Wollheim ici traduit est un classique.

  • *Jean-Pierre Cometti, Art, représentation, expression, Paris, Puf, coll. « Philosophies », 2002.

Un manuel de lecture de Langages de l’art. Lire surtout les deux premiers chapitres.

  • Kendall Walton, Mimesis as make-believe [1990]

Un livre majeur de l’esthétique contemporaine, dont on attend bientôt une traduction en français. L’avantage de ce livre est qu’il tente de comprendre de manière unifiée la fiction et la représentation iconique. De ce point de vue, quoique dans une optique tout à fait différente, Walton est dans la lignée d’auteurs comme Batteux. En vue de l’agrégation, on peut se contenter dans un premier temps du compte rendu en français du livre par Jean-Baptiste Mathieu disponible sur fabula (https://www.fabula.org/revue/cr/197.php), et de l’examen critique de quelques thèses « phares » de Walton sur philodelart (https://philodelart.hypotheses.org/425). On peut aussi s’aider ponctuellement, en bibliothèque, du livre très fouillé et pointu sur la philosophie analytique contemporaine de la fiction publié par Guillaume Schuppert, Retour à la mimêsis. La philosophie de Kendall L. Walton, Rennes, Pur, 2021.

Chers Collègues, chers Agrégatifs, des remarques ? des compléments bibliographiques ? Indiquez-les en commentaire !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.