L’esthétique de Frank Sibley (compte rendu du séminaire de PhiLiA du 20 mars 2021)

Couverture et quatrième de la traduction française par Jacques Morizot, parue aux éditions Ithaque

Frank Sibley est un philosophe anglais du 20e (1923-1996), auteur d’un petit nombre d’articles et de quelques brouillons, qui ont été regroupés dans un recueil au Royaume-Uni, traduit récemment en France aux éditions Ithaque (2018). Son propos se situe à la jonction de l’esthétique, de la philosophie de la perception, de la philosophie de l’art. On est immédiatement frappé par son style philosophique : souci du détail, d’une progression pas à pas, dans ce que cela peut avoir de sensible et de méticuleux, mais aussi de frustrant dans l’absence de perspective (ou, pour jouer avec les mots, de “pointless”: où veut-il en venir?) De ce point de vue, il s’inscrit vraiment dans une pratique de la philosophie qu’on rattachera aux noms de Ryle, Austin, ou encore de Wittgenstein: le côté descriptif, à fleur de réalité en quelque sorte.

Les droits de l’esthétique face à la philosophie de l’art

En 1992, Sibley écrit « Des arts ou de l’esthétique, lequel vient en premier ? ». La question est assez classique depuis Hegel, comme le souligne Sibley lui-même, avec des « marronniers philosophiques » comme Pourrions-nous trouver la nature belle si l’art du paysage ne nous l’avait appris ? La réponse de Sibley n’est pas très originale en soi. La manière dont il la défend un peu plus : il y a une priorité logique des concepts esthétiques sur les concepts artistiques. Par conséquent, c’est l’esthétique qui est logiquement première. Cela ne signifie pas que l’art soit nécessairement conçu comme le bel art. Sibley consacre un essai assez long à la question de la laideur comme prédicat esthétique intéressant (texte XIV d’Approche de l’esthétique), et par ailleurs, Sibley défend l’idée que la question de la définition de l’œuvre d’art dessine un champ d’investigation différent de la question esthétique. Par contre, selon Sibley, l’idée même d’art dépend logiquement de l’existence du jugement esthétique, donc de l’esthétique. Ce qui est sous-entendu ici, ce n’est pas que l’art doive être nécessairement beau ou nous « titiller » agréablement. C’est tout simplement que l’art est le domaine des objets conçus pour être candidats à l’appréciation : « il en découle que l’esthétique est bien loin d’être logiquement un parasite de l’art[1] » (p. 211).

Couverture du livre de Carole Talon-Hugon, L’art victime de l’esthétique.

De ce point de vue, il retrouve la perspective du 18e, celle des philosophies de Hutcheson, Hume ou Burke, Kant, par-delà celle des 19e et 20e initiée par Hegel et qui met l’art au centre, notamment la discussion des œuvres contemporaines: sont-elles de l’art ou pas? Ou: en quoi sont-elles de l’art? Quand sont-elles de l’art? Autrement dit, les questions de Goodman et Danto. Pour rentrer dans le détail, il s’oppose à l’idée que nous développerions notre sensibilité ou attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres d’arts (p.206). Plus précisément, on peut très bien s’être intéressé d’abord aux artefacts produits par les humains; on peut très bien avoir développé un certain sens esthétique au contact des œuvres. En ce sens, nous développons notre attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres. Mais ce qu’il veut dire, c’est que le concept d’esthétique est premier, au sens où “rien n’est de l’art s’il n’est pas fait avec au moins une intention esthétique” (p. 208),

Il est impossible de ne pas penser l’art en termes de production de choses audibles, visuelles ou linguistiques, qui sont des efforts pour créer sinon la beauté du moins des choses qui présentent un intérêt esthétique.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 207

Cela pose la question de l’art conceptuel, d’un art qui se passerait de toute expérience, qui se réduirait à la seule idée: un tel art est-il possible ? Sa réponse serait sans doute négative. Et cela pose la question de la beauté, avec l’objection selon laquelle tout œuvre ne vise pas le beau.  Mais on aura noté justement que esthétique n’est pas beauté: ce qui est en jeu, c’est l’intérêt esthétique ainsi que, comme on le voit dans les premiers articles, tout un vocabulaire esthétique qui ne se réduit pas à beau/pas beau (= c’est charmant, élégant, stylé…) Sibley va même plus loin :

Les tentatives de produire des œuvres qui manquent d’intérêt esthétique viennent parasiter le concept traditionnel. Car c’est tout autant une impossibilité logique de viser quelque chose qui manque d’intérêt esthétique, sans posséder un concept d’esthétique […]. De même l’intention de ne pas produire de l’art, ou de produire ce qui n’est pas de l’art, exige une conception de l’art.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 209

Notons également un certain naturalisme de Sibley, c’est-à-dire la dimension naturelle de la critique. Son but n’est pas de montrer la genèse naturelle de l’esthétique. Certes, il se peut que “à un certain moment du temps soient apparues pour la 1ère fois ou se sont développées des notions de l’esthétique […] certains animaux à partir desquels nous avons évolué ignoraient sans doute ces notions” (p. 210). Mais il se peut que, dès la préhistoire (dont il parle assez longuement), expérience esthétique et création d’œuvres aient été concomitantes. Ce n’est pas cela qui est en jeu, mais plutôt la reconnaissance de la place de l’esthétique dans la vie humaine, je dirais: dans la forme de vie humaine. Cela se voit à son insistances sur les réactions primitives, c’est-à-dire élémentaires (p. 211), ainsi qu’à l’étendue des réactions esthétiques (p. 212).

Toutefois, en bon philosophe analytique, Sibley se place surtout sur le plan de la logique et de la philosophie du langage (quel type de prédicat est un prédicat esthétique ?), ce qui lui permet de ne pas faire dépendre l’existence du champ épistémique et institutionnel de l’esthétique de l’attitude esthétique (thèse honnie désormais par toute la philosophie analytique à la suite de Goodman, mais également de toute la philosophie continentale qui ne cesse d’expliquer, à juste titre, que la Critique de la faculté de juger n’est pas une théorie de l’attitude esthétique, et que le coupable est Monroe Beardsley[2]). Toutefois, Sibley contribue, dans son texte sur les « Les jugements esthétiques : galets, visages et champs d’immondices », à clarifier le débat et à présenter une version précise et raisonnable de l’expression obscure d’attitude esthétique.

Sibley, la philosophie de la littérature et l’épistémologie de la critique

Jacques Morizot a traduit Sibley. C’est un philosophe qui a défendu la nécessité de rapprocher la philosophie et la littérature, notamment lors du congrès de la Société française d’esthétique de 2017. Depuis plusieurs années, après avoir contribué à la connaissance en France de Nelson Goodman, il tente de mieux faire connaître l’esthétique britannique (aux PUR paraîtra bientôt une traduction de Bence Nanay par J. Morizot), peut-être parce que la tradition britannique, depuis Beardsley, articule aesthetics analytique et épistémologie de la critique (artistique et littéraire), ce que n’assume plus vraiment l’aesthetics américaine, encore moins la philosophie de l’art française qui a tout bonnement déserté le champ littéraire.

Nous venons de préciser en quel sens l’esthétique est première chez Sibley, mais il faut souligner tout autant l’idée que la critique a un rôle fondamental. Jacques Morizot, le traducteur et préfacier, mentionne cette remarque de Beardsley que Sibley admirait :

Il n’y aurait pas de problèmes esthétiques si personne ne parlait jamais des oeuvres d’art.

Beardsley

Autrement dit, si d’un côté l’esthétique s’ancre dans des réactions naturelles et d’une portée qui dépasse largement la relation aux œuvres d’art, de l’autre, c’est bien dans l’exercice critique que naît la réflexion esthétique. L’exercice critique, c’est-à-dire, dans le langage, l’expression des réactions esthétiques, l’attribution de propriétés esthétiques et surtout leur justification. De ce point de vue, d’ailleurs, j’y trouve une touche Wittgenstein dans la continuité qu’il y a entre réaction, expression, langage. Chez Wittgenstein, il n’y a pas la douleur, naturelle, à l’intérieur de nous et le langage, acquis, à l’extérieur de nous, mais continuité entre se cogner, avoir mal et pousser un grognement ou souffler, ou pleurer, et développer progressivement en grandissant tout un jeu de langage à partir de cette racine. De même chez Sibley, il n’y a pas l’expérience esthétique d’un côté, le langage de l’esthétique de l’autre, mais “continuité des balbutiements de l’enfants à l’assurance du critique accompli.”

Ceci étant dit, qu’il y ait langage esthétique développé dans la critique amène son lot de complications.

1/ Une 1ère question centrale pour Sibley est celle de la description esthétique, bien plus que celle de l’évaluation esthétique. C’est-à-dire: de quels mots disposons-nous? Quel est l’usage que nous en faisons?

2/ Une 2e question centrale est celle des justifications que nous offrons à l’appui de ces descriptions: s’il ne s’agit pas de preuves à proprement parler, s’agit-il de raisons? Une thèse intéressante de Sibley est celle selon laquelle le critique nous amène à voir les choses différemment (voir p.49)

3/ Une 3e question centrale est celle des propriétés que nous mentionnons dans nos descriptions et nos justifications, ainsi que leur articulation. (Texte III).

L’esthétique sans l’ontologie

Comme le souligne Jacques Morizot dans son introduction, il y a une série de questions que nous nous posons à la lecture de Sibley, que Sibley lui-même ne pose pas. Par exemple : peut-on dire que les propriétés esthétiques sont survenantes ou émergent sur les propriétés simplement descriptives ? C’est une question typique de l’ontologie analytique de l’œuvre d’art, qui est un champ de bataille entre les réalistes et les anti-réalistes (soit les sceptiques ou les subjectivistes selon diverses nuances). De ce point de vue, l’esthétique n’est guère originale : la ruée vers le réel (I. Thomas-Fogiel) conduit à ce genre de questions. L’originalité de l’esthétique est peut-être un emballement moins net en faveur du réalisme (défendu principalement en France par l’école de Roger Pouivet), contrairement au champ métaphysique au sens très large, où le jeu semble être « plus réaliste que moi, tu meurs » (quitte à modifier considérablement l’idée même de réalisme, comme tente de le faire J. Benoist). Mais il est difficile de spéculer sur l’éventuel réalisme ontologique de Sibley, justement parce qu’il ne pose pas la question de cette manière. Ce n’est pas qu’il omet de la poser ou qu’il n’en voit pas la profondeur métaphysique, mais tout simplement, cela ne relève pas de l’aesthetics.

La question esthétique fondamentale n’est en effet pas Y a-t-il des propriétés esthétiques réelles ?, mais Les jugements esthétiques sont-ils objectifs ? ou encore Y a-t-il des raisons générales d’appliquer un concept à une chose ? Ce que montre très bien Sibley, notamment dans la comparaison qu’il fait entre la question des couleurs et la question des propriétés esthétiques (textes V et VI d’Approche de l’esthétique), c’est qu’on peut tout à fait défendre une position objectiviste en esthétique, sans avoir à s’engager ontologiquement. Cela devrait être une évidence (après tout, l’instrumentalisme en philosophie des sciences est un objectivisme), mais la prévalence de la philosophie de l’art sur l’esthétique, et le remplacement de la question esthétique traditionnelle par les questions d’allure métaphysique (Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?, Quelles sont les propriétés de l’œuvre d’art ?, Quelles propriétés de l’œuvre d’art peuvent faire figure de critères d’identification ?) ont tendance à réduire l’objectivisme à un réalisme plus ou moins fort en matière de propriété esthétique.

L’esthétique de Sibley dans l’histoire de l’esthétique

Les textes de Sibley sont tout à fait intégrables par les étudiants de philosophie dans leur corpus habituel, car Sibley se situe assez bien par rapport aux grands textes esthétiques traditionnels. Comme Hume dans De la norme du goût, Sibley voit dans l’exercice du goût non seulement le fait de juger esthétiquement une chose (c’est-à-dire appliquer les concepts de beau, laid, gracieux, comique, élégant, joli, déséquilibré), mais le fait de rendre raison de ce jugement, d’apporter les raisons générales de ce jugement. Et comme Hume, Sibley accepte que la vérification de l’objectivité d’un jugement de goût repose sur une communauté de critiques légitimes. Dans les premiers textes d’Approche de l’esthétique (en particulier tous les passages où Sibley fait un parallèle entre couleurs et propriétés esthétiques), Sibley passe du temps à s’interroger sur les procédures implicites, mais effectives qui permettent de considérer une communauté de critiques comme dignes de confiance. De ce point de vue, la position de Sibley s’inscrit dans la ligne de Hume : ce n’est absolument pas un institutionnalisme. Sibley discute directement la Critique de la faculté de juger à propos de la valeur d’originalité dans le discours critique, et lorsqu’il remet en cause l’idée que le sens de l’odorat et le goût comme sens des saveur serait incapable de donner lieu à des jugements esthétiques. Mais comme le remarque Jacques Morizot dans son introduction, on remarque une « résonance kantienne » dans le propos de Sibley.

[Sibley] partage avec l’auteur de la Critique de la faculté de juger au moins la volonté de faire tenir ensemble le pôle de la singularité esthétique (le fait que le jugement doit être éprouvé dans une expérience chaque fois irréductible, au lieu d’être déduit de coordonnées neutres) et celui de la nécessité de partager les attributions correctes (il s’agit en cela d’un engagement qui dépasse toute signification individuelle.

J. Morizot, « Préface à l’édition française » d’Approche de l’esthétique de F. Sibley, p. 16.

Ce qui éloigne nettement Sibley de Kant, c’est que pour le philosophe britannique, le jugement esthétique ne prétend pas seulement à l’objectivité : il peut être objectif, mais cette objectivité exige des procédures de vérification qui ne sont pas celles de l’objectivité scientifique, car les propriétés esthétiques (expression qu’il faut entendre ici sans engagement ontologique fort) ne sont pas de même nature que d’autres catégories de propriétés, ou ne fonctionnent pas de la même manière. Les premiers textes de Sibley soulignent plutôt le pôle singularité du jugement esthétique, tandis que les derniers textes cherchent de plus en plus précisément à comprendre la manière dont raisons et propriétés esthétiques s’articulent, sans jamais franchir le pas qui consisterait à dire que le jugement esthétique est déductif.

Sibley cherche toujours à présenter ses thèses de la manière la plus précise et la plus discutable possible. Elles sont donc assez facilement isolables.

Que veut-on dire lorsqu’on parle du jugement esthétique comme d’un jugement singulier ?

Le jugement esthétique est lié à la perception singulière de certaines propriétés, ou à la perception d’aspects. Le jugement esthétique n’est jamais déductible d’une série de raisons qu’on pourrait me présenter. Par contre, on peut me donner des raisons générales qui me permettent de percevoir ce que je n’avais pas perçu dans un premier temps, ce qui me permet de juger que c’est drôle, ou c’est ironique, ou c’est gracieux, ou c’est mélancolique, maintenant cela me saute aux yeux ! (textes III et IV d’Approche de l’esthétique) Dans les textes ultérieurs, à partir des années 1980, Sibley souligne que le problème de la déduction des jugements esthétiques est probablement un faux problème, car la plupart de nos jugements les plus objectifs et les moins contestables ne viennent pas d’une déduction explicite. Ce n’est qu’a posteriori que je peux les justifier ainsi. Par contre, Sibley maintient qu’on ne peut pas donner la liste des conditions descriptives suffisantes qui justifieraient automatiquement un jugement esthétique.

Le discours critique n’est pas seulement une série d’attributions esthétiques. Les jugements esthétiques sont justifiés par le discours critique par le moyen terme de concepts descriptifs, qui ne sont pas évaluatifs ou pas seulement évaluatifs. C’est ce qui rattache Sibley à la tradition objectiviste en esthétique[3] : dans le discours critique, il n’y a pas que des termes évaluatifs, et les verdicts peuvent être justifiés par des attributions qui ne sont pas en elles-mêmes évaluatives. Il y a des termes qui sont seulement descriptifs (c’est un sonnet), des termes qui sont à la fois descriptifs et évaluatifs (c’est équilibré, c’est harmonieux), et des termes qui sont purement évaluatifs sans être aucune descriptifs (c’est beau). Il y a des traits descriptifs qui sont associés de manière caractéristique à un prédicat esthétique (par exemple la proportion et l’absence de couleurs vives à la sérénité), mais ce ne sont jamais des conditions suffisantes (texte I, page 35). On pourra toujours trouver des cas où ces traits caractéristiques conduisent à une prédication esthétique en sens contraire. C’est aussi en ce sens que le jugement esthétique est singulier.

Sibley précise ce qu’il faut entendre par jugement singulier. Il met le doigt sur un sophisme très fréquent, qu’il attribue notamment à Strawson, mais qui est un véritable lieu commun critique, et qui est lié selon lui à la confusion entre esthétique et philosophie de l’art : une œuvre d’art étant supposée devoir être absolument singulière[4] (texte IX sur l’originalité, et la confusion entraînée par un usage flou de ce concept), elle ne devrait pouvoir donner lieu qu’à un jugement singulier ne souffrant aucune raison générale. Tout au plus pourrait-on donner des raisons particulières, qui reviendraient toutes à affirmer que cette œuvre est cette œuvre, et je l’aime parce que c’est moi parce que c’est elle. Ce lieu commun critique est en réalité pour Sibley le résultat d’une cascade de termes flous et de sophismes. La thèse du jugement esthétique comme jugement singulier n’implique pas qu’on ne puisse rendre raison de manière générale de son jugement.

Numéro hommage de la Nouvelle revue d’esthétique à Gérard Genette. Le critique littéraire a défendu une conception radicalement subjectiviste du goût.

Un jugement singulier n’est pas nécessairement purement subjectif (qu’on l’entende au sens relativiste de Genette, ou au sens transcendantal de Kant). On peut donner des raisons générales au jugement esthétique que l’on porte sur quelque chose, qui aideront quelqu’un d’autre, s’il a la sensibilité requise, à le juger pour lui-même, c’est-à-dire à le percevoir singulièrement pour son propre compte. Mais de quelle nature sont ces raisons générales en esthétique, et pourquoi ne permettent-elles pas une déduction ? Dans un des textes les plus importants du recueil (texte VII, « La particularité, l’art et l’évaluation », publié initialement en 1974), Sibley fait la distinction entre un caractère déterminable et un caractère déterminé. « Une ligne n’est pas gracieuse parce qu’elle est courbe, mais en raison de cette courbure particulière, etc. De fait, c’est un lieu commun en esthétique de dire que le plus léger changement, d’un mot dans un poème, d’une couleur ou d’une ligne dans une peinture, ou d’une note dans une composition musicale, peut modifier entièrement le caractère esthétique du tout ou d’une partie. Aussi, affirmer que le fait d’appliquer des termes-de-mérite n’obéit pas à une explication “générale” par opposition à une explication “particulière”, revient souvent à dire que la mention de caractéristiques seulement déterminables n’apporte rien. Dans nombre d’autres sphères, et tout spécialement celles que l’on met souvent en opposition à l’esthétique (comme la morale), il se peut qu’une telle situation n’ait pas cours ordinaire. » (p. 153) Il n’est pas possible de donner des caractéristiques déterminables justifiant un jugement esthétique[5], mais l’on peut élucider les caractéristiques déterminées qui justifient un jugement esthétique, et ces caractéristiques ne sont pas des individus particuliers non-partageables (thèse de Strawson dans “Aesthetic appraisal”). Si « raison générale » signifie « caractéristique déterminable », alors il est peu probable qu’on puisse donner une raison générale à un jugement esthétique. Mais si « raison générale » signifie « caractéristique partageable », alors il est évidemment vrai qu’on peut donner des raisons générales à un jugement esthétique. Il ne faut pas ici se tromper de perspective : si Sibley met un pied dans le champ de mines ontologique, c’est pour lutter contre une erreur qui conduit au sophisme du « jugement absolument singulier fondé dans l’absolue singularité ontologique de l’œuvre d’art ». Ce qu’il faut retenir, ce n’est pas qu’il n’y a pas de propriété déterminable justifiant un jugement esthétique (ce n’est qu’une autre manière de reformuler le fait que le jugement esthétique dépend de la perception effective d’un aspect), c’est qu’on peut effectivement avoir un discours donnant les propriétés déterminées justifiant d’un jugement esthétique, lesquelles peuvent servir de points de comparaison pour d’autres discours critiques (la comparaison est un levier majeur de l’éducation esthétique par le discours critique selon Sibley).

Le problème des traits descriptifs conduisant à des jugements esthétiques contraires

Une autre caractéristique des prédicats esthétiques que souligne Frank Sibley, c’est le fait qu’ils recouvrent toujours une certaine globalité, c’est-à-dire qu’ils sont le résultat d’un ensemble de traits descriptifs. C’est ainsi que Sibley résout l’objection sceptique, laissée en suspens dans les premiers textes d’Approche de l’esthétique : si un jugement esthétique est nécessairement global, alors il n’est pas surprenant qu’un trait descriptif puisse, dans le complexe de traits dans lequel il s’insère, contribuer à des jugements esthétiques opposés (par exemple la symétrie peut donner lieu au jugement esthétique positif « harmonieux » ou « ennuyeux »). Sibley ne tranche pas la question ontologique (en effet relativement indépendante de la thèse objectiviste) de savoir si on a affaire à une propriété survenante réelle (une propriété dispositionnelle inhérente dans l’objet : on pourrait classer Diderot parmi les tenants historiques de cette thèse), ou si on a affaire à un ensemble de propriétés descriptives qui produisent un état psychologique particulier (tradition humienne, qui tire l’esthétique du côté de la psychologie, sans renoncer à l’objectivité du jugement esthétique).

Adjectifs prédicatifs, adjectifs attributifs et adjectifs-Janus : comment déplacer le problème de l'”attitude esthétique” ?

Peter Geach, philosophe néothomiste britannique, qui a introduit la distinction entre adjectif prédicatif et adjectif attributif. Dans la lignée de son épouse Elizabeth Anscombe, Geach défend l’idée qu’il n’y a pas d’usage absolu du terme de “bon”, qui est donc un adjectif attributif.

Les textes de Sibley les plus clairs et les plus accessibles sont incontestablement les textes des années 1960 (textes I à IV dans Approche de l’esthétique) et le texte faisant la distinction entre champ artistique et champ esthétique (texte X). Mais du point de vue de l’intérêt théorique ou philosophique, s’il n’y avait qu’un texte à lire, ce serait « Les jugements esthétiques : galets, visages et champs d’immondices » (texte XIII). Sibley s’appuie sur la distinction que le philosophe néothomiste britannique Peter Geach fait entre adjectif prédicatif et adjectif attributif. Si je dis Ceci est un petit éléphant, je ne veux pas dire que ceci est petit simpliciter, mais que ceci est petit pour un éléphant. Je fais ici un usage attributif de l’adjectif petit. Par contre, lorsque Pascal est effrayé par la grandeur des constellations ou par la petitesse de ce qu’on découvre au microscope, il fait un usage prédicatif de « grand » et « petit ». Ces adjectifs sont des « adjectifs-Janus », susceptibles, selon les cas, d’un usage attributif ou d’un usage prédicatif. Il y a des adjectifs qui ne sont pas susceptibles d’un usage attributif. C’est le cas de certaines propriétés (terme métaphysiquement impropre diraient certains, mais que j’utilise justement pour éviter le terme classique d’« attribut divin ») qu’on attribue à Dieu. Si je dis « Dieu est tout-puissant », je veux dire qu’il est absolument tout-puissant, et non pas « Pour un dieu, il est plutôt tout-puissant ». « Tout-puissant » est donc un adjectif structurellement prédicatif. Et il y a des adjectifs qui ne peuvent pas faire l’objet d’un usage non attributif. Par exemple, selon Peter Geach (qui soutient l’éthique de la vertu dans le domaine moral), « bon » est un adjectif structurellement attributif. Dire « Ceci est bon » ne peut avoir de sens si on ne sous-entend pas « Ceci est un homme bon », « Ceci est une bonne montre », « Ceci est une bonne action », « Ceci est une bonne voiture », etc. Les esthétiques réalistes d’inspiration néoaristotélicienne (cf. R. Pouivet ou R. Scruton) ont tendance à soutenir que « beau », comme « bon », est un adjectif structurellement attributif. Il s’agit de s’opposer frontalement à l’esthétique kantienne, qui soutient le contraire (ou plus précisément qui soutient qu’un jugement de goût adhérent à un concept est un jugement de goût impur), et de s’opposer plus généralement à toutes les thèses qu’on classe sous l’étiquette honnie de l’« attitude esthétique ».

Dans ce qui est l’ouvrage d’esthétique le plus intéressant de Roger Scruton, l’auteur britannique soutient une thèse antikantienne, objectiviste et réaliste en matière de goût. À ce jour, on trouve l’introduction d’Aesthetics of architecture traduite en français dans l’anthologie Philosophie de l’architecture (Vrin, coll. “Textes clés”)

Sibley soutient une thèse du juste milieu : « beau » (mais aussi d’autres prédicats esthétiques comme « gracieux », « élégant », etc.) est selon lui un adjectif-Janus, susceptible d’un usage prédicatif ou d’un usage attributif. Ce n’est pas le cas de tous les prédicats esthétiques : « laid » en particulier ne fonctionne pas logiquement de manière symétrique à « beau », car « laid » est un prédicatif structurellement attributif, qui sous-entend toujours la référence à la norme immanente d’une classe d’objets (cf. la très claire conclusion des « Quelques notes sur la laideur », texte XIV, p. 298-299).

Avant de se demander si nous sommes susceptibles d’adopter une forme quelconque d’attitude esthétique, ou s’il est préférable d’adopter les expressions d’expérience esthétique, de conduite esthétique ou d’attitude esthétique, Sibley fait une remarque selon moi décisive, et qui obligerait peut-être à une investigation métaphysique plus poussée : il y a des objets sans idéaux, comme les galets. Quand on porte un jugement esthétique sur un galet, on n’est pas en mesure d’avoir un usage attributif du concept de beau : on est obligé d’en avoir un usage prédicatif.

Je suggère par exemple qu’il n’y a pas de critères de beauté établis pour des noms comme “galet”, “cristal”, “coquillage”, “corail” ou même “peinture ou sculpture abstraite”. Il n’y a pas de beauté du galet ou du cristal comme il y en a de la beauté équine, féminine ou faciale. Certains galets, coquillages et coraux sont sans aucun doute plus beaux dans leur forme, leur ligne ou leur couleur que d’autres. Mais on peut en trouver de n’importe quelles formes ou couleurs. Pour qu’un cheval possède une beauté équine, il doit être beau en tant que cheval.

F. Sibley, Approche de l’esthétique, p. 267
Kandinsky, Composition 8. Selon Sibley, l’art abstrait ne pourrait pas être prédiqué par des adjectifs attributifs.

Ici, l’esthétique oblige, selon moi, à poser la question métaphysique des espèces naturelles, mais Sibley ne va pas sur ce terrain, même si ses réflexions sur les « champs d’immondice » invitent à reprendre la question du Parménide sur l’éventuelle Idée de la crasse, du pou et de la boue. Il ne s’agit pas de dire que les immondices ne peuvent structurellement pas faire l’objet d’un jugement esthétique positif, mais si elles le peuvent (et l’artiste peut nous apprendre à regarder d’une autre manière un champ d’immondice, comme le brutalisme nous a appris à regarder d’une autre manière le béton par exemple), alors nous ferons nécessairement un usage prédicatif du concept « beau ». En déplaçant la question de l’attitude esthétique vers le champ de la philosophie du langage, Sibley peut ainsi défendre l’esthétique et se placer dans la lignée de Beardsley, sans assumer tous les problèmes associés à l’idée d’attitude esthétique (est-elle volontaire ? peut-elle être adoptée dans n’importe quelle situation ? cela a-t-il du sens d’exclure les jugements cognitifs de l’attitude esthétique ?, etc.).

Pour citer cet article : Pierre Fasula et Maud Pouradier. L’esthétique de Frank Sibley (compte rendu du séminaire de PhiLiA du 20 mars 2021). In Esthétique et philosophie de l’art, 20 mars 2021. Disponible à l’adresse https://philodelart.hypotheses.org/2924


[1] Les arguments de Sibley me paraissent suffisamment solides pour discuter le lieu commun actuel selon lequel l’art serait victime de la philosophie, ou victime de l’esthétique : cf. Arthur Danto, L’assujettissement philosophique de l’art, Jacqueline Lichtenstein, Les Raisons de l’art et Carole Talon-Hugon, L’art victime de l’esthétique.

[2] À ma connaissance, le dernier philosophe important en France à défendre sérieusement l’idée d’attitude esthétique dans sa version beardsleyennenne est Mikel Dufrenne, parce que l’attitude esthétique a dans la pensée de Dufrenne une fonction d’epokhe.

[3] Le principal adversaire théorique pour Sibley est ici Strawson.

[4] C’est pour lutter contre ce lieu commun que Sibley commet son seul texte d’ontologie dans Approche de l’esthétique : « Pourquoi la Joconde peut ne pas être un tableau » (texte XVI). Il y soutient une thèse qu’on peut rapprocher de celle de Peter Kivy, ou avec beaucoup plus de précaution de Roman Ingarden : toute œuvre d’art, même picturale ou sculpturale, est un type susceptible de plusieurs tokens. Le texte de Sibley n’a pas vraiment d’intérêt dans le contexte de l’ontologie de l’œuvre d’art, s’il n’est resitué dans le cadre de son investigation esthétique sur ce lieu commun de la critique qu’est le sens qu’il faut accorder au jugement singulier.

[5] Ici, la thèse de Sibley pourrait peut-être être mise en perspective avec celle de Scruton dans Aesthetics of architecture, qui soutient que le domaine architectural, plutôt délaissé par la philosophie, est justement un champ où des caractéristiques déterminables de ce type ont été élaborées avec succès.


1 réflexion sur « L’esthétique de Frank Sibley (compte rendu du séminaire de PhiLiA du 20 mars 2021) »

  1. Ping : Esthétique à l’agrégation de philosophie 2022 : philodelart vous propose une bibliographie commentée ! | Esthétique et philosophie de l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.