Compte rendu de la rencontre avec Vincent Jouve (séminaire de PhiLiA du 21 octobre 2020)

Prévue initialement au printemps 2020, la venue de Vincent Jouve (Pr. à l’université de Reims) au séminaire du groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) avait dû être reportée au 21 octobre en raison du confinement. La séance, prévue à 14h en salle des actes de la MRSH, ne commença finalement qu’à 14h20, car le public (50 étudiants et collègues de littérature, philosophie, sociologie et études culturelles) fut si nombreux qu’il fallut déplacer le séminaire à l’Amphi de la MRSH, où la « distanciation sociale » pouvait être respectée. Que le personnel de la MRSH et de la DSI, qui nous aida rapidement à déménager le matériel de visioconférence et à orienter le public, soit remercié.

Selon sa formule habituelle, la séance consista à faire la synthèse, chapitre par chapitre, de l’ouvrage étudié (Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ?) et à discuter les thèses de l’auteur. Les échanges se cristallisèrent autour des points suivants :

  1. Vincent Jouve distingue trois sources du plaisir de la fiction : l’intérêt intellectuel, l’émouvant et le plaisir esthétique. Mais quelle place accorder à ce que les théoriciens nomment les « émotions cognitives » ? Selon Vincent Jouve, il est indispensable de distinguer le plan de l’intéressant du plan de l’émouvant, car nous pouvons nous intéresser à des œuvres qui nous laissent de marbre, et vice-versa. La surprise ou la curiosité ne sont pas à proprement parler des émotions, bien qu’elles puissent être accompagnées d’émotions (le plan de l’intéressant, de l’émouvant et de l’esthétique se rencontrant fréquemment dans la lecture).
  2. Plusieurs questions furent posées à propos de la thèse du « contrat de lecture », que Vincent Jouve défend depuis de nombreuses années. Bien qu’implicite, ce contrat est effectif et dirige les attentes du lecteur. Toutefois, s’il est aisé de décrire le contrat de lecture de genres considérés – à tort ou à raison – comme mineurs (tel le roman policier ou le roman d’aventure), il est plus difficile de déterminer le contrat de lecture du roman en général, du conte en général ou de la nouvelle en général.
  3. À propos d’une remarque d’une étudiante de philosophie sur Marguerite Duras, Vincent Jouve précisa que l’intérêt n’est pas seulement narratif : l’intérêt herméneutique ou l’intérêt suscité par le complexe sont essentiels au texte littéraire.
  4. Un collègue de lettres interrogea Vincent Jouve sur son usage d’exemples de chefs-d’œuvre littéraires aux côtés d’objets plus « racoleurs » comme la série Game of thrones. Bien que cela n’apparaisse pas explicitement dans Pouvoirs de la fiction, Vincent Jouve expliqua qu’un soubassement important de son premier chapitre sur l’ « intérêt » est la thèse selon laquelle il y a réellement de l’intéressant en soi. On peut, en fonction de critères objectifs, expliquer pourquoi une œuvre est plus intéressante qu’une autre. Par exemple l’épisode du retournement brutal de la reine Daenerys en génocidaire d’une ville déjà vaincue est objectivement intéressant. Cette thèse est à l’opposé des présupposés des études culturelles, selon lesquels tout objet est intéressant si on s’y intéresse avec sérieux. Selon Vincent Jouve, il s’agit là d’une confusion néfaste : « ce n’est pas parce qu’on peut dire des choses intéressantes sur n’importe quoi, que n’importe quoi est intéressant ».
  5. Le chapitre consacré à l’émotion suscita de nombreuses questions. Opposé à la thèse des émotions feintes (étudiée lors de la séance du 23 octobre 2019 de PhiLiA à propos de Mimesis as make believe de Kendall Walton), Vincent Jouve souligne que toute lecture s’appuie sur l’encyclopédie personnelle de nos émotions, laquelle contient des émotions anthropologiques comme des émotions plus individuelles. Pierre Fasula fit à Vincent Jouve la remarque qu’on peut se tromper d’émotion en regardant un film ou en lisant un livre. On peut rire d’une scène dont le texte exigeait de ne pas rire. Mais selon Vincent Jouve, l’exemple du Misanthrope montre qu’il n’est pas si aisé de déterminer l’émotion que requiert un texte. C’est un fait que l’émotion suscitée par un ouvrage est historiquement déterminée : on pleurait au xviiie siècle en lisant la Nouvelle Héloïse, ce qui n’est plus guère le cas aujourd’hui. Le public contemporain de Molière riait de bon cœur aux mésaventures d’Alceste, mais dès le siècle suivant, certains (dont Rousseau) étaient amers devant le Misanthrope.
  6. Si l’émotion suscitée par la fiction n’est pas une émotion feinte, ne retombe-t-on pas sur la vieille question du danger de la fiction ? Selon Vincent Jouve, le lecteur fait une expérience de clivage : il est à la fois immergé, mais il continue de voir ses mains tourner les pages. Retrouvant ici une thèse de l’abbé Du Bos, Vincent Jouve souligne le fait que l’émotion de la fiction est bien réelle, mais n’a pas de conséquence à long terme. Cette conscience de l’absence de conséquences dans la vie réelle (dans la vie où je tourne les pages du livre) fait que l’émouvant est plaisant, même si je pleure à chaudes larmes.
  7. À propos du chapitre consacré au plaisir esthétique, Jean-François Castille remarqua qu’un même texte permettait une lecture immersive ou une lecture distanciée attentive à la forme. Peut-on goûter ensemble le plaisir de l’immersion et le plaisir esthétique ? Les deux ne se contredisent-ils pas ? N’y a-t-il pas en réalité deux catégories de lecteurs ? Selon Vincent Jouve, certains textes vont tout de même nous mettre les mots devant les yeux, suscitant un plaisir de la forme. Mais il est clair que la lecture distanciée peut s’exercer : c’est tout le sens des études de littérature. Les membres de PhiLiA firent un lien avec les discussions qui eurent lieu à propos du livre de Blakey Vermeule lors de la séance de juin 2019 : selon cette partisane du darwinisme littéraire, la lecture non-immersive typique des spécialistes de littérature est une lecture artificielle et anormale. La norme est la lecture immersive, et c’est cette lecture immersive qu’il faut considérer lorsque nous nous demandons si la fiction peut être utile pour la survie de l’espèce sociale qu’est l’humanité.
  8. Une ultime question fut posée à Vincent Jouve à propos des thèses de Pierre Bayard. Vincent Jouve partage avec Pierre Bayard la thèse selon laquelle il n’y a pas deux lectures identiques d’un même texte. Mais de ce fait incontestable, on ne peut conclure que toutes les interprétations sont légitimes. Il n’y a aucune importance à ce qu’un lecteur isolé interprète comme il l’entende un roman. Mais dans un contexte universitaire, on ne peut pas faire dire n’importe quoi à un texte, car cela signifierait, in fine, que tous les textes sont synonymes. On aura beau lire Madame Bovary des centaines de fois, Homais ne sera jamais un personnage positif. Vincent Jouve conclut sur la remarque de Michel Charles, selon laquelle un texte autorise certes plusieurs lectures, mais pas n’importe quelles lectures.
Pour citer cet article : Maud Pouradier. Compte rendu de la rencontre avec Vincent Jouve (séminaire de PhiLiA du 21 octobre 2020). In Esthétique et philosophie de l'art, 22 octobre 2020. Consulté le 30 novembre 2020. Disponible à l'adresse https://philodelart.hypotheses.org/2866

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.