L' »affaire Matzneff » et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du « il est interdit d’interdire ». Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de « mal baisée » l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des « gens de lettres » porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Alors qu’il n’y a aucun lien fictionnel ou réel entre J’accuse et les crimes dont Polanski est accusé, les ouvrages de Matzneff esthétisent directement des actes pédophiles et en font l’apologie. Par les effets d’un modernisme néokantien paraissant aujourd’hui complètement obsolète et même obscène, on entend des hommes et des femmes lettrés et intelligents féliciter chaleureusement l’écrivain pour son style, lequel est supposé totalement séparable de la matière traitée. Et à vrai dire, en l’espèce, Matzneff ne reçoit pas un traitement différent de Sade, dont je connus en cours, en tant qu’étudiante de lettres, les derniers thuriféraires formalistes extatiques.

Grand seigneur méchant homme ou bien éternel insoumis ?

Michel Delon à propos du marquis de Sade dans la présentation des œuvres complètes de l’auteur « libertin ». Michel Delon a dirigé l’édition dans la collection « Pléiade » des œuvres de celui qu’on appelait encore, il n’y a pas si longtemps, le « divin marquis ».

Qui croirait, en voyant cette couverture de Librio, que les Infortunes de la vertu narrent, entre autres gourmandises, le viol collectif d’une toute jeune vierge par des moines ? Et le tout en se moquant de la victime, de sorte que le lecteur devient complice. Divin marquis qu’on vous dit…

Il est probable qu’aujourd’hui, cette oeuvre ne serait plus éditée dans la prestigieuse collection de Gallimard. Ses qualités littéraires m’ont toujours semblé très exagérées. Sous couvert de formalisme et de littérarité, il est à craindre qu’on ait flatté le plaisir vicieux de lire des descriptions de viols de jeunes filles, et même d’enfants.

Il me semble toutefois trop facile de rejeter loin de nous cette époque « malheureuse », où les effets d’un formalisme kantien absurde conjugués à des pathologies seventies aujourd’hui surmontées expliqueraient une coupable défense de la pédophilie. On fait une chasse minutieuse aux préjugés « de genre » dans les œuvres du passé, ce qui est parfois intéressant et parfois vain, aucune société n’étant vierge d’un traitement de la différence des sexes dans sa culture . Il serait sans doute opportun de nous demander dans quelle mesure des œuvres cinématographiques et littéraires développent non seulement une culture misogyne, mais une véritable culture de la pédophilie. Ce point me semble encore trop peu développé par les ouvrages sur la « culture du viol ». Valérie Rey-Robert par exemple, dans un livre qui tente une synthèse de la question1, souligne à quel point la « culture du viol » minore les viols dont les hommes sont victimes, tout en laissant de côté la question pédophile.

Or la défense de la pédophilie dans les années 70 ne part pas de rien, et elle n’est pas seulement une parenthèse malheureuse. La représentation érotisée de relations sexuelles avec de très jeunes gens ou jeunes filles est monnaie courante dans l’histoire de l’art, bien au-delà de la différence d’âge socialement acceptable entre conjoints ou partenaires sexuels. Les comédies de Molière témoignent d’ailleurs que de tels écarts, s’ils n’étaient pas juridiquement condamnables, n’en étaient pas moins éthiquement problématiques et socialement méjugés, au moins par une partie de la société. Laissons de côté l’exemple tarte à la crème de Lolita, version littéraire et version cinématographique. Laissons également de côté bien des chansons de Gainsbourg. Venons-en à notre présent : en avons-nous fini avec l’esthétisation et la culture de la pédophilie et les coupables excuses que l’on y trouvait ? Je ne le crois pas. Quelques éléments en faveur de cette thèse.

Souvenez-vous de Natalie Portman, en colère et les larmes aux yeux en janvier 2018, décrivant les lettres pornographiques et les commentaires désobligeants qu’elle reçut suite au succès de Léon. Disons-le d’emblée : les auteurs de telles lettres et de tels propos sont condamnables, moralement et juridiquement. On peut toutefois s’interroger sur ce qui a rendu possibles de tels propos : quelle image le film de Besson donne-t-il de l’enfant que jouait Natalie Portman ? De la relation ambiguë entre Matilda et son « mentor » – relation rendue plus explicite dans la version longue du film ? Natalie Portman a eu raison de ne pas supporter les lettres qu’elle reçut suite à Léon, mais les adultes qui étaient responsables d’elle n’auraient-ils pas dû se montrer plus regardants sur le rôle qu’on lui faisait jouer ? Et qu’en est-il des autres personnes impliquées dans la production du film ? Des critiques de cinéma ? Car en l’espèce, le spectateur de Léon est obligé, pour « entrer dans la fiction », d’adopter ce regard complaisant sur une relation érotique, et peut-être même sexuelle, possible entre les deux personnages.

22 janvier 2018 : Natalie Portman évoque le harcèlement sexuel subi de la part d’anonymes suite à son rôle dans Léon réalisé par Luc Besson.
Photo contemporaine de Certains l’aiment chaud. Les biographies de la star rappellent que Marilyn Monroe fut à maintes reprises abusée et violée par fellation. Cette photo figure parmi les « 50 plus belles photos de Marilyn » selon le magazine Elle : la presse féminine, toujours en pointe sur les combats féministes…

Or il n’est pas besoin de chercher des Lolita ou Léon pour trouver des enfants érotisés dans le cinéma et à la télévision. Dans un livre américain dont je n’ai pu retrouver la référence, et que j’avais lu à Johns Hopkins en 2005, des parallèles troublants étaient faits entre des photos de Marilyn Monroe, bouche humide et ouverte (ah ! les discours extatiques sur les talents d’actrice de Marilyn, malgré tout ce qu’on sait sur les violences qu’elle subit… Bien des photos de Marilyn sont pourtant de véritables viols allégoriques) et Macaulay Culkin dans Maman j’ai raté l’avion !

L’image publicitaire est un autre lieu privilégié de la culture pédophile postmoderne : les marques de vêtements féminins choisissent régulièrement des mannequins ayant l’air d’avoir au grand maximum 16 ans (la marque Sandro fait la même chose pour les hommes et pour les femmes – quel sens de l’égalité !). Hormis pour les publicités relatives aux crèmes anti-rides, où des femmes ayant l’air d’avoir 28 ans sont photographiées avec quelques gouttes de crème blanche dans un sillon nasogénien inexistant, les magazines féminins mettent en exergue des petits corps malingres de 14 ans pour inciter les lectrices à acheter un short Gucci par exemple.

Dans Le meilleur des mondes, Huxley dépeint un univers où les relations sexuelles entre enfants sont favorisées, et même moralement obligatoires. Détachée de la reproduction, la sexualité devient un exercice hygiéniste à pratiquer le plus tôt possible. S’il convient d’informer les collégiens sur la sexualité, les risques de MST, la nécessité du consentement et les mécanismes de la reproduction, on peut se demander dans quelle mesure il n’y a pas un voyeurisme malsain à répéter ad nauseam que les relations sexuelles sont possibles « dès qu’on se sent prêt », et pourvu qu’on pense à mettre toutes les barrières de protection possibles et nécessaires entre les partenaires. Le témoignage de Vanessa Springora rappelle que le « consentement » est certes une condition nécessaire, mais non pas suffisante, d’un exercice non dominateur de la sexualité. Dans les extraits de son livre déjà disponibles dans la presse, Vanessa Springora se décrit comme une adolescente qui se « sentait prête », pour de multiples raisons, mais qui ne l’était pas en réalité. Informer sur la sexualité, fort bien. Mais la société ne nourrit-elle pas un voyeurisme pédophile coupable en ne posant aucun interdit ? Est-il bien cohérent de poser une barrière de 15 ou 16 ans2 pour des relations sexuelles consentantes avec un adulte, mais de ne pas poser une telle limite en matière de sexualité infantile ?3

Le témoignage de Vanessa Springora nous invite à réfléchir sur les conditions d’un véritable consentement. Puisse « l’affaire Matzneff » permettre la prise de conscience d’une « culture pédophile », bien en-deçà et au-delà de l’hapax supposé des années post-68.

[Ajout du 15 janvier 2020 : Je renvoie les lecteurs au passionnant billet d’Anne Grand d’Esnon sur la « littérature pédophile » à propos de l’affaire Matzneff. Tout le carnet, intitulé « Malaises dans la lecture« , est consacré à des questions liées aux enjeux éthiques et politiques de la lecture.]

Pour citer cet article : Maud Pouradier. L' »affaire Matzneff » et la culture de la pédophilie. In Esthétique et philosophie de l'art, 1 janvier 2020. Consulté le 28 octobre 2020. Disponible à l'adresse https://philodelart.hypotheses.org/2289
  1. Une culture du viol à la française : Du « troussage de domestique » à la « liberté d’importuner », Libertalia, 2019 []
  2. A ce jour, une telle limite n’existe pas sur le plan juridique pour des raisons de constitutionnalité. []
  3. Il y aurait également matière à réflexion dans la manière dont les magazines People décrivent, de manière romanesque et extatique, les débuts de la relation entre le président de la République et son épouse, sans poser le problème déontologique que cela soulevait alors. Anne Fulda, dans une biographie flagorneuse, se contente de souligner la fermeture d’esprit de la population d’Amiens. Je n’accuse évidemment pas la première dame de pédophilie, ce qui serait grotesque, mais je m’interroge sur le conformisme des journalistes qui se contentent de traiter les habitants d’Amiens de l’époque de vieux réactionnaires, sans considérer le problème déontologique que cette relation posait dans ses tout premiers temps, et qui n’a rien à voir avec la différence d’âge entre les conjoints. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.