Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que “tous les africains se ressemblent”.

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Décor du troisième acte des Nozze, mise en scène de James Gray, TCE, 2019

Quant à moi, j’ai trouvé les deux derniers actes du spectacle scénographiquement très réussis (en particulier le grand escalier du troisième acte, et les chorégraphies d’ensemble qu’il permet). Quant à moi, j’ai trouvé les deux derniers actes du spectacle scénographiquement très réussis (en particulier le grand escalier du troisième acte, et les chorégraphies d’ensemble qu’il permet).

Watteau, Les deux cousines, Paris, musée du Louvre.

Les costumes inspirés du XVIIIe siècle imaginés par Christian Lacroix – qui avait déjà dessiné les envoûtantes vêtures du Triomphe de l’amour de Marivaux mis en scène par Podalydès – s’imposent au point, peut-être, d’éclipser le décor. Il suffit que Stéphane Degout entre avec sa majestueuse robe de chambre digne d’un Fragonard pour que domination sociale, parfum d’érotisme et risque de violence sexuelle enivrent toute la scène. La simplicité naïve des costumes de Suzanne contraste avec la noblesse poudrée d’une comtesse Almaviva tout droit sortie d’un Watteau. Vannina Santoni fit presque pleurer la salle au seuil de la deuxième partie, en regrettant amèrement l’amour passé de son conjoint.

Les Noces dirigées par Rhorer sont particulièrement vives, enlevées. C’est sans doute la meilleure interprétation musicale de cet opéra que j’ai pu entendre. Est-ce pour mettre en valeur cette vivacité, et ne pas la transformer en précipitation, que Gray fait souvent chanter face au public les interprètes lors des quatuors ? La critique de Forum Opera en a été très gênée, mais je pense que c’est intentionnel de la part de Gray.

Suzanne et la comtesse. Le remplacement de Sabine Devieilhe par la brune Anna Aglatova n’a qu’heureusement accentué le contraste voulu par le costumier et le metteur en scène entre les deux personnages et les deux couples. Ici, elles chantent face au public.
Dernier acte : les couples se reconstituent naturellement.

Sur le plan théâtral, la véritable originalité de ce spectacle est d’avoir fait du couple aristocratique l’objet désirable de l’opéra. Dans presque toutes les productions, ce sont Suzanne et Figaro qui constituent le pôle érotique de l’oeuvre de Mozart et Da Ponte. Dans cette production, ils deviennent des figures de commedia dell’arte. Figaro jaloux ne suscite aucune compassion, et Suzanne le frappe comme on battrait Guignol. Cette direction d’acteurs est renforcée par les costumes typifiés que Lacroix a conçus pour Suzanne et Figaro, qui font très “théâtraux” au sens péjoratif du terme. Aux côtés de ce double négatif, le couple aristocratique est si éblouissant qu’il paraît naturel que le comte désire à nouveau la comtesse – un peu comme dans un Marivaux, l’amour et l’appartenance sociale ne se contredisent jamais. Au sortir de cette représentation, l’opéra de Mozart inspiré de la pièce de Beaumarchais devenait presque un hymne à l’amour conjugal – ce qui n’est certes pas tout à fait conforme à la pièce de Beaumarchais. Et si la production classique, un peu trop classique pour certains, de James Gray avait permis de mettre en lumière cette potentialité des Noces de Figaro d’être une critique de l’infidélité et un hymne à l’amour conjugal ?

Pour citer cet article : Maud Pouradier. Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.. In Esthétique et philosophie de l'art, 8 décembre 2019. Consulté le 4 avril 2020. Disponible à l'adresse https://philodelart.hypotheses.org/1923

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.