Lecture foucaldienne de la “crise de l’Eglise” – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la “crise” de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre “D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise”.

Qu’appelle-t-on la “crise de l’Eglise” ? En quoi est-elle nouvelle ? Le “mariage des prêtres”, réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (“Marions les prêtres !”) à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne “stylistique de l’existence” chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, “familialiste”, qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Michel Foucault et les débats sur la pédophilie dans les années 1970

Portrait de Michel Foucault en 1977, année de la tribune que signa le philosophe en faveur d’une rénovation du code pénal concernant la majorité sexuelle.

L’affaire Matzneff nous rappelle que maints auteurs, et non des moindres, signèrent, à la fin des années 1970, des pétitions qui nous paraissent aujourd’hui clémentes voire complices à l’égard de crimes pédophiles. Comment des auteurs comme Gilles Deleuze ou Jean-François Lyotard ont-il pu manquer de lucidité au point de minimiser des crimes sexuels ? Comment Michel Foucault put-il manquer de clairvoyance à ce point ? Ne faut-il pas en tirer les conclusions, et se débarrasser d’une partie de ses thèses sur les relations entre pouvoir et sexualité ?

Continuer la lecture

Les Aveux de la chair de Michel Foucault : réflexions sur les enjeux éthiques et scientifiques d’une édition posthume

Publié dans Archives de philosophie, octobre-décembre 2019, tome 82 (4), p. 808-812.

Evénement philosophique et éditorial

La lecture des Aveux de la chair[1], publié en 2018 aux éditions Gallimard par Frédéric Gros, est une expérience temporelle singulière : ce manuscrit rédigé avant L’Usage des plaisirs et Le Souci de soi, mais figurant dans le plan foucaldien en quatrième position dans l’Histoire de la sexualité, est édité plus de trente ans après la mort de l’auteur, alors que les concepts foucaldiens ont largement infusé tous les discours théoriques, politiques et même ordinaires sur la sexualité. Ce propos porte sur les difficultés d’un tel décalage, et les questions d’éthique de l’édition qu’il met en lumière.

Continuer la lecture