Der Freischütz au théâtre de Caen

Weber, Der Freischütz, dir. Laurence Equilbey, Insula orchestra, chœurs d’accentus, compagnie 14 : 20

 

Nouvelle production créée au théâtre de Caen le 1er mars 2019

Représentation du 3 mars 2019

 

Créé en 1821, Der Freischütz symbolise l’opéra romantique avant que le Gesamtkunstwerk wagnérien ne remplace le goût du conte et du merveilleux par le mythe et la métaphysique[1]. Variation sur le mythe de Faust, le Freischütz n’en a ni la profondeur ni l’obscurité : le héros pactise avec le diable par hâte d’épouser sa fiancée, et sans en avoir conscience. Irresponsable de ses actes, Max ne reçoit qu’une maigre punition – le report de son mariage d’une année – comme on priverait momentanément de dessert un enfant étourdi. La délicieuse Annchen tourne d’ailleurs en dérision les prémonitions d’Agathe : avec humour, elle laisse entendre au spectateur qu’elle comprend parfaitement la signification sexuelle du rêve d’Agathe (la colombe blessée par Max), tout le conte perdant soudain sa dimension spirituelle et métaphysique dans les yeux de cette malicieuse amie. Ce mélange de gothique et de légèreté – qu’on retrouve aussi bien dans les ballets romantiques contemporains du Freischütz – nous est devenu étranger. Continuer la lecture