L'”affaire Matzneff” et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du “il est interdit d’interdire”. Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de “mal baisée” l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des “gens de lettres” porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Continuer la lecture