L’esthétique de Frank Sibley (compte rendu du séminaire de PhiLiA du 20 mars 2021)

Couverture et quatrième de la traduction française par Jacques Morizot, parue aux éditions Ithaque

Frank Sibley est un philosophe anglais du 20e (1923-1996), auteur d’un petit nombre d’articles et de quelques brouillons, qui ont été regroupés dans un recueil au Royaume-Uni, traduit récemment en France aux éditions Ithaque (2018). Son propos se situe à la jonction de l’esthétique, de la philosophie de la perception, de la philosophie de l’art. On est immédiatement frappé par son style philosophique : souci du détail, d’une progression pas à pas, dans ce que cela peut avoir de sensible et de méticuleux, mais aussi de frustrant dans l’absence de perspective (ou, pour jouer avec les mots, de “pointless”: où veut-il en venir?) De ce point de vue, il s’inscrit vraiment dans une pratique de la philosophie qu’on rattachera aux noms de Ryle, Austin, ou encore de Wittgenstein: le côté descriptif, à fleur de réalité en quelque sorte.

Les droits de l’esthétique face à la philosophie de l’art

En 1992, Sibley écrit « Des arts ou de l’esthétique, lequel vient en premier ? ». La question est assez classique depuis Hegel, comme le souligne Sibley lui-même, avec des « marronniers philosophiques » comme Pourrions-nous trouver la nature belle si l’art du paysage ne nous l’avait appris ? La réponse de Sibley n’est pas très originale en soi. La manière dont il la défend un peu plus : il y a une priorité logique des concepts esthétiques sur les concepts artistiques. Par conséquent, c’est l’esthétique qui est logiquement première. Cela ne signifie pas que l’art soit nécessairement conçu comme le bel art. Sibley consacre un essai assez long à la question de la laideur comme prédicat esthétique intéressant (texte XIV d’Approche de l’esthétique), et par ailleurs, Sibley défend l’idée que la question de la définition de l’œuvre d’art dessine un champ d’investigation différent de la question esthétique. Par contre, selon Sibley, l’idée même d’art dépend logiquement de l’existence du jugement esthétique, donc de l’esthétique. Ce qui est sous-entendu ici, ce n’est pas que l’art doive être nécessairement beau ou nous « titiller » agréablement. C’est tout simplement que l’art est le domaine des objets conçus pour être candidats à l’appréciation : « il en découle que l’esthétique est bien loin d’être logiquement un parasite de l’art[1] » (p. 211).

Couverture du livre de Carole Talon-Hugon, L’art victime de l’esthétique.

De ce point de vue, il retrouve la perspective du 18e, celle des philosophies de Hutcheson, Hume ou Burke, Kant, par-delà celle des 19e et 20e initiée par Hegel et qui met l’art au centre, notamment la discussion des œuvres contemporaines: sont-elles de l’art ou pas? Ou: en quoi sont-elles de l’art? Quand sont-elles de l’art? Autrement dit, les questions de Goodman et Danto. Pour rentrer dans le détail, il s’oppose à l’idée que nous développerions notre sensibilité ou attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres d’arts (p.206). Plus précisément, on peut très bien s’être intéressé d’abord aux artefacts produits par les humains; on peut très bien avoir développé un certain sens esthétique au contact des œuvres. En ce sens, nous développons notre attitude esthétique dans la fréquentation des œuvres. Mais ce qu’il veut dire, c’est que le concept d’esthétique est premier, au sens où “rien n’est de l’art s’il n’est pas fait avec au moins une intention esthétique” (p. 208),

Il est impossible de ne pas penser l’art en termes de production de choses audibles, visuelles ou linguistiques, qui sont des efforts pour créer sinon la beauté du moins des choses qui présentent un intérêt esthétique.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 207

Cela pose la question de l’art conceptuel, d’un art qui se passerait de toute expérience, qui se réduirait à la seule idée: un tel art est-il possible ? Sa réponse serait sans doute négative. Et cela pose la question de la beauté, avec l’objection selon laquelle tout œuvre ne vise pas le beau.  Mais on aura noté justement que esthétique n’est pas beauté: ce qui est en jeu, c’est l’intérêt esthétique ainsi que, comme on le voit dans les premiers articles, tout un vocabulaire esthétique qui ne se réduit pas à beau/pas beau (= c’est charmant, élégant, stylé…) Sibley va même plus loin :

Les tentatives de produire des œuvres qui manquent d’intérêt esthétique viennent parasiter le concept traditionnel. Car c’est tout autant une impossibilité logique de viser quelque chose qui manque d’intérêt esthétique, sans posséder un concept d’esthétique […]. De même l’intention de ne pas produire de l’art, ou de produire ce qui n’est pas de l’art, exige une conception de l’art.

Sibley, Approche de l’esthétique, p. 209
Continuer la lecture

Prochaine séance de PhiLiA samedi 20 mars

La séance sera consacrée à l’esthétique de Frank Sibley, que le public francophone peut désormais connaître grâce à la traduction française de ses textes par Jacques Morizot aux éditions Ithaques. Nous partirons du texte “Esthétique et non-esthétique” pour présenter les principales thèses de Sibley (objectivistes et non réalistes) et les discuter. Pour obtenir des extraits de Sibley avant la séance : maud.pouradier@unicaen.fr

23 janvier 2021, séance de PhiLiA sur l’opéra dans la théorie de la fiction et la philosophie de l’art

Lien vers la webconférence : http://bit.ly/3sjfaCY

Un compte rendu de cette séance est disponible sur le carnet Hypothèses de la MRSH de l’université de Caen : https://mrsh.hypotheses.org/5175

“L’œil et l’oreille” de Mikel Dufrenne réédité

Couverture de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, dans la réédition des Nouvelles éditions Place.

Vient de paraître aux Nouvelles Editions Place la réédition de L’Oeil et l’Oreille de Mikel Dufrenne, avec une postface de Maryvonne Saison. Philodelart fera très vite un compte rendu, mais entretemps, lisez-le ! Merci aux Nouvelles éditions Place pour ce format de poche à 10 euros qui rend la pensée de Dufrenne accessible dans tous les sens du terme.

Compte rendu du séminaire de PhiLiA (12 décembre 2020)

Samedi 12 décembre, le séminaire de PhiLiA avait lieu pour la première fois en visioconférence. L’ouvrage discuté lors de cette séance était The End of literary theory, ouvrage publié dans les années 1980 par le théoricien de la littérature norvégien Stein Haugom Olsen. Quoiqu’ancien, l’ouvrage permet peut-être de jeter les bases d’une philosophie de littérature renouvelée. C’est en tout cas l’hypothèse de travail que proposa Pierre Fasula (ISPJS) lors de cette séance.

Nous partîmes du constat de la difficulté à trouver en France une philosophie de la littérature qui soit satisfaisante. Il en existe pourtant plusieurs : une philosophie romantique de la littérature avec Jean-Luc Nancy et Lacoue-Labarthe, une hégélienne lumineuse avec Jean-François Marquet, une hégélienne sombre avec Deleuze et Foucault, une autre marxiste avec Pierre Macherey. La limite de cette approche romantico-hégélienne est qu’elle tourne toujours, voire exclusivement, autour du rapport entre philosophie et littérature. Produire une philosophie de la littérature, c’est alors interroger le rapport entre les deux : dans quelle mesure la littérature fournit-elle de la philosophie? Dans quelle mesure la philosophie est-elle hantée par la littérature ? Cette attitude autoréflexive est trop limitée, la philosophie ne cessant, au fond, de se penser elle-même dans son autre, au lieu de penser la littérature.

Ce n’est pas du tout l’approche d’Olsen. Le but en effet est de prendre la littérature pour objet – expression, “prendre pour objet”, qui fait souvent réagir un bon nombre d’esthéticiens, sous prétexte que la littérature deviendrait un objet, à l’image de mon téléphone, de ma tasse à café, mon trousseau de clés, etc., alors que la littérature ne pourrait se réduire à cela, c’est-à-dire se rabaisser à être un objet (ce serait de la stigmatisation ontologique, ou du mépris ontologique). Olsen au contraire prend la littérature pour objet : qu’est-ce qu’une œuvre littéraire? En quoi consiste la critique d’une œuvre ? Quel est le rôle de l’intention dans la compréhension et l’appréciation de cette œuvre ? Que peut-on peut attendre des théories littéraires aussi bien dans la définition de la littérature que dans l’appréciation ?

Continuer la lecture

Compte rendu de la rencontre avec Vincent Jouve (séminaire de PhiLiA du 21 octobre 2020)

Prévue initialement au printemps 2020, la venue de Vincent Jouve (Pr. à l’université de Reims) au séminaire du groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) avait dû être reportée au 21 octobre en raison du confinement. La séance, prévue à 14h en salle des actes de la MRSH, ne commença finalement qu’à 14h20, car le public (50 étudiants et collègues de littérature, philosophie, sociologie et études culturelles) fut si nombreux qu’il fallut déplacer le séminaire à l’Amphi de la MRSH, où la « distanciation sociale » pouvait être respectée. Que le personnel de la MRSH et de la DSI, qui nous aida rapidement à déménager le matériel de visioconférence et à orienter le public, soit remercié.

Selon sa formule habituelle, la séance consista à faire la synthèse, chapitre par chapitre, de l’ouvrage étudié (Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ?) et à discuter les thèses de l’auteur. Les échanges se cristallisèrent autour des points suivants :

Continuer la lecture

Mercredi 21 octobre 2020 14h-16h : reprise des séances de PhiLiA avec l’invitation de Vincent Jouve

Le séminaire de PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) reprend ce mercredi 21 octobre à 14h (université de Caen, campus 1, MRSH, salle des actes) avec l’invitation de Vincent Jouve, à l’occasion de la parution de son livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aimons-nous les histoires ? Nous poursuivrons ainsi nos réflexions sur l’imitation, la fiction et les émotions qui y sont liées.

L’esprit de PhiLiA par temps de covid ne change pas : discussions, échanges, interdisciplinarité et amitié intellectuelle. Les conditions sanitaires en Normandie nous permettent d’organiser une rencontre en chair et en os à l’université de Caen, MRSH, salle des actes. Toutefois, le séminaire sera également diffusé en webconférence, afin de permettre à ceux qui doivent être particulièrement prudents de participer aux discussions.

Pour obtenir le lien de connexion, contacter : maud.pouradier@unicaen.fr (en indiquant dans le titre du courriel Philia).

Position de l’EA Identité et Subjectivité (université de Caen) contre la LPPR, la destruction du CAPES et l’inique réforme des retraites.

Lu le 15 janvier 2020 lors du séminaire mensuel 2019-2020 de l’équipe d’accueil Identité et Subjectivité sur “La représentation”, et affiché sur le site de la MRSH.

Chers Collègues,

Chers Étudiants,

Le goût de la philosophie se traduit, depuis ses prémisses, par la recherche vivante de la vérité, et par le souci de la transmission. Enseignants et chercheurs, reconnus officiellement ou non par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous sommes réunis aujourd’hui pour être fidèles à cette vocation : chercher ensemble à mieux saisir les enjeux d’un concept philosophique, et passer le flambeau de la recherche et de l’enseignement aux doctorants, aux agrégatifs et aux étudiants, pour certains eux-mêmes déjà enseignants et parfois chercheurs.

Par respect pour le travail de nos collègues, qui ont préparé durant de longues heures, jours et semaines leurs conférences, il n’était pas envisageable d’annuler cette journée d’étude du 15 janvier 2020. Et pourtant, l’heure est grave. Tout ce qui nous réunit aujourd’hui est en danger.

Continuer la lecture

Lecture foucaldienne de la “crise de l’Eglise” – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la “crise” de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre “D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise”.

Qu’appelle-t-on la “crise de l’Eglise” ? En quoi est-elle nouvelle ? Le “mariage des prêtres”, réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (“Marions les prêtres !”) à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne “stylistique de l’existence” chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, “familialiste”, qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Michel Foucault et les débats sur la pédophilie dans les années 1970

Portrait de Michel Foucault en 1977, année de la tribune que signa le philosophe en faveur d’une rénovation du code pénal concernant la majorité sexuelle.

L’affaire Matzneff nous rappelle que maints auteurs, et non des moindres, signèrent, à la fin des années 1970, des pétitions qui nous paraissent aujourd’hui clémentes voire complices à l’égard de crimes pédophiles. Comment des auteurs comme Gilles Deleuze ou Jean-François Lyotard ont-il pu manquer de lucidité au point de minimiser des crimes sexuels ? Comment Michel Foucault put-il manquer de clairvoyance à ce point ? Ne faut-il pas en tirer les conclusions, et se débarrasser d’une partie de ses thèses sur les relations entre pouvoir et sexualité ?

Continuer la lecture

L'”affaire Matzneff” et la culture de la pédophilie

Couverture des Moins de seize ans, plusieurs fois réédité chez Léo Scheer, et toujours disponible sur Amazon au format kindle ! Grâce au numérique, il y en aura donc pour tout le monde !

Les articles relatifs à la publication prochaine du livre de Vanessa Springora ont largement insisté sur le contexte post-68, et les débordements incontrôlés du “il est interdit d’interdire”. Laurent Joffrin au nom de Libération et Bernard Pivot ont fait leur mea culpa, tandis que Josyane Savigneau continue bizarrement de considérer que Matzneff est défendable parce que Denise Bombardier écrit mal. On attend toujours l’explication de Philippe Sollers, traitant de “mal baisée” l’auteur québécoise après son accusation lucide sur le plateau d’Apostrophes. L’affaire Matzneff, pour le monde littéraire, est beaucoup plus grave, me semble-t-il, que l’affaire Polanski pour le monde du cinéma. Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, ce n’est pas le monde du cinéma qui a protégé Polanski, mais l’Etat français. En outre, jusqu’à preuve du contraire, aucune des accusations à l’encontre de Polanski n’a un lien direct avec la production de ses films ou même leurs thèmes.

Certes, dans le cas Matzneff comme dans le cas Polanski, on ne peut totalement accuser le monde culturel des manquements de la justice française : après tout, la justice française aurait pu se saisir du cas Polanski comme du cas Matzneff, indépendamment de l’opinion critique et même éthique (ou non éthique) du monde professionnel des incriminés. Il semble toutefois que dans l’affaire Matzneff, le monde des “gens de lettres” porte une plus lourde responsabilité que le monde cinématographique dans l’affaire Polanski.

Continuer la lecture

Samedi 21 mars 2020, Vincent Jouve invité au séminaire de PhiLiA

Le dernier livre de Vincent Jouve fera plus spécialement l’objet des discussions.

[ANNULE ET REPORTE AU MERCREDI 21 OCTOBRE 2020] Samedi 21 mars 2020, de 10h30 à 13h, le groupe de réflexion PhiLiA recevra Vincent Jouve à l’occasion de la publication de son dernier livre Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Armand Colin, 2019). La rencontre aura lieu dans la salle des thèses de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie.

Pour tout renseignement : maud.pouradier@unicaen.fr