Est-il moral d’aller voir J’accuse ? Remarques suite à l’annulation de la diffusion du film de Polanski à l’université de Caen-Normandie le 19 novembre 2019

Le livre de mon collègue Benoît Marpeau. Sa conférence a dû être annulée.

Le 19 novembre dernier, l’université de Caen était contrainte d’annuler la diffusion de J’accuse dans l’amphi Daure, en raison d’une protestation estudiantine plutôt minoritaire, mais incontestablement réussie. Les associations impliquées dans ce changement de programme ont refusé que la diffusion soit précédée ou suivie d’un débat : il fallait que rien n’ait lieu, un point c’est tout. L’historien de notre université spécialiste de l’affaire Dreyfus n’a pu expliquer en quoi le film était fidèle et infidèle à l’histoire (tant pis pour sa conférence, qu’il préparait sans doute depuis plusieurs semaines). Quant au directeur du cinéma d’art et essais de Caen le Lux, il fut pris à partie et indirectement insulté par de poétiques invectives, qu’on peut lire sur les banderoles photographiées par les journalistes de Ouest France (« Salux »). Une militante, citée par le journal régional, explique qu’il convient de faire de la pédagogie – bref de rééduquer le public :

On veut alerter les gens qu’ils financent un violeur en allant voir ses films.

Charlotte, étudiante à l’UCN, citée ici dans Ouest France.

 

Bref, les spectateurs de J’accuse participent au minimum à la culture du viol, voire cautionnent les viols.

Continuer la lecture

L’opéra est-il sérieux ?

Après des années de mises en scène par Warlikowski (rendez-nous Parsifal !), Lev Dodin (pauvre Dame de Pique) ou Haneke (Don Giovanni massacré), et tant d’autres de moindre envergure, où le livret était consciencieusement déconstruit, reconstruit, et finalement détruit tout court, un mouvement d’humilité, au moins relative, ressaisit les metteurs en scène d’opéra, qui tentent désormais d’être plus proches du livret1. Si l’actualisation est souvent de rigueur (pour une étrange raison, on transpose souvent l’intrigue dans les années 50), elle n’est plus associée à une déconstruction et à une recombinaison par un metteur en scène et scénographe démiurgique. Aussi la récente production d’Ercole Amante de Cavalli à l’Opéra Comique a-t-elle été largement saluée, tant pour sa qualité musicale (excellent plateau, extraordinaire direction de Raphaël Pichon) que théâtrale. Même la Bible numérique des lyricophiles Forum Opera, pourtant avare de compliments sans réserve, a décerné 4 étoiles au spectacle.

Quelques jours avant la représentation du 10 novembre, mes oreilles et mes yeux frétillaient déjà de délice à l’idée de voir un spectacle dont les metteurs en scène Valérie Lesort et Christian Hecq s’étaient donné pour défi de “suivre le livret à la lettre”.

Quoi de plus amusant que de suivre un livret baroque à la lettre pour des metteurs en scène ambitieux ? D’accord à 1000 % !
Continuer la lecture
  1. voir l’article paru du Olyrix à propos de la production Rhorer/Gray des Noces de Figaro, que votre servante ira voir ce dimanche 1er décembre 2019 au TCE []

Mercredi 20 novembre, journée d’études à l’ESAM de Caen sur la représentation.

Affiche du séminaire annuel d’Identité et Subjectivité

Dans le cadre du séminaire de mon équipe d’accueil Identité et Subjectivité, dont le thème annuel est la représentation, une journée d’études est plus spécialement dédiée à la philosophie de l’art.

Nous aurons le plaisir d’entendre Patricia Limido (Rennes 2), spécialiste de Roman Ingarden (“L’entre deux mondes de la vie intentionnelle selon Roman Ingarden”), et mon collègue de l’ESAM Laurent Buffet (“La désesthétisation de l’art contemporain:   les enjeux politiques de la représentation à   l’heure du capitalisme tardif”). Je proposerai quant à moi une communication sur Michel Foucault (“Foucault et la représentation : des Mots et  les Choses à la conférence sur Manet“).

La journée d’études a lieu le mercredi 20 novembre 2019 de 11h à 17h à l’ESAM de Caen  (17 cours Caffarelli, 14000 Caen). Pour plus d’information, contacter Gilles Olivo, directeur de l’équipe Identité et Subjectivité (gilles.olivo@unicaen.fr). 

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019

Houellebecq et la philosophie : réflexions sur le sens de la philosophie de l’art

Dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Michel Foucault lit dans le célèbre opuscule kantien l’émergence d’une tâche nouvelle pour la philosophie : poser la question du présent. La critique kantienne consiste moins, selon Foucault, en une thématisation de notre finitude, qu’en une interrogation philosophique sur le rapport que notre présent entretient avec la vérité. La philosophie doit désormais être aussi une philosophie de l’histoire, en même temps qu’elle devient critique. C’est de ce Kant-là dont Foucault se présente comme l’héritier. C’est cette tâche critique de la philosophie qui nourrit le regard foucaldien sur l’art[1].

Continuer la lecture