Les Noces de Figaro (TCE, Rhorer/Gray) : un hymne inattendu à l’amour conjugal.

Extraits de la production du TCE 2019, Cercle de l’Harmonie dirigé par Rhorer, mise en scène du cinéaste James Gray.

La dernière production des Noces de Figaro au TCE a donné lieu à des critiques assez contrastées : sur Forum Opera, on souligne le manque d’inventivité de James Gray, et une ressemblance trop prononcée avec la célèbre mise en scène de Strehler, tandis qu’on est assez dithyrambique sur Olyrix. La lecture de ces deux critiques donnent une vision assez juste du spectacle, même si je trouve la critique de Forum Opera peu nuancée. Strehler et Gray cherchant tous deux à suivre le livret sans l’extraire du XVIIIe siècle, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait des ressemblances entre les deux mises en scène. Après tout, ils montent le même opéra. On peut se demander également si l’habitude de voir des scénographies et mises en scène surinterprétant le livret n’augmente pas le sentiment de copie entre les deux productions – un peu comme un blanc qui n’aurait jamais vu de noirs dirait bêtement que “tous les africains se ressemblent”.

Extraits des Noces de Figaro dans la mise en scène de Strehler, qui fit date et demeura longtemps au répertoire de l’Opéra de Paris (Garnier puis Bastille).
Continuer la lecture

Compte rendu de la journée d’étude sur “La représentation” du 20 novembre 2019 (séminaire d’Identité et Subjectivité)

Maud Pouradier et Laurent Buffet le 20 novembre 2019 dans le grand auditorium de l’ESAM. Durant sa conférence, Laurent Buffet commenta notamment le travail de Hamish Fulton, dont une photographie fut projetée. © Jérôme Laurent

Le compte rendu détaillé de cette journée d’étude est en ligne sur le Carnet de la MRSH !

Ceux qui ont manqué l’événement peuvent écouter la conférence de Patricia Limido et la conférence de Laurent Buffet (respectivement sur Roman Ingarden et sur le traitement de l’irreprésentable dans certains courants artistiques contemporains) sur la Forge Numérique de la MRSH.

L’opéra est-il sérieux ?

Après des années de mises en scène par Warlikowski (rendez-nous Parsifal !), Lev Dodin (pauvre Dame de Pique) ou Haneke (Don Giovanni massacré), et tant d’autres de moindre envergure, où le livret était consciencieusement déconstruit, reconstruit, et finalement détruit tout court, un mouvement d’humilité, au moins relative, ressaisit les metteurs en scène d’opéra, qui tentent désormais d’être plus proches du livret1. Si l’actualisation est souvent de rigueur (pour une étrange raison, on transpose souvent l’intrigue dans les années 50), elle n’est plus associée à une déconstruction et à une recombinaison par un metteur en scène et scénographe démiurgique. Aussi la récente production d’Ercole Amante de Cavalli à l’Opéra Comique a-t-elle été largement saluée, tant pour sa qualité musicale (excellent plateau, extraordinaire direction de Raphaël Pichon) que théâtrale. Même la Bible numérique des lyricophiles Forum Opera, pourtant avare de compliments sans réserve, a décerné 4 étoiles au spectacle.

Quelques jours avant la représentation du 10 novembre, mes oreilles et mes yeux frétillaient déjà de délice à l’idée de voir un spectacle dont les metteurs en scène Valérie Lesort et Christian Hecq s’étaient donné pour défi de “suivre le livret à la lettre”.

Quoi de plus amusant que de suivre un livret baroque à la lettre pour des metteurs en scène ambitieux ? D’accord à 1000 % !
Continuer la lecture
  1. voir l’article paru du Olyrix à propos de la production Rhorer/Gray des Noces de Figaro, que votre servante ira voir ce dimanche 1er décembre 2019 au TCE []

Les Aveux de la chair de Michel Foucault : réflexions sur les enjeux éthiques et scientifiques d’une édition posthume

Publié dans Archives de philosophie, octobre-décembre 2019, tome 82 (4), p. 808-812.

Evénement philosophique et éditorial

La lecture des Aveux de la chair[1], publié en 2018 aux éditions Gallimard par Frédéric Gros, est une expérience temporelle singulière : ce manuscrit rédigé avant L’Usage des plaisirs et Le Souci de soi, mais figurant dans le plan foucaldien en quatrième position dans l’Histoire de la sexualité, est édité plus de trente ans après la mort de l’auteur, alors que les concepts foucaldiens ont largement infusé tous les discours théoriques, politiques et même ordinaires sur la sexualité. Ce propos porte sur les difficultés d’un tel décalage, et les questions d’éthique de l’édition qu’il met en lumière.

Continuer la lecture

Séminaire de PhiLiA : compte rendu de la séance du 23 octobre

Pour cette seconde séance du séminaire de PhiLiA, 17 personnes étaient présentes, dont Julie Anselmini et Jean-François Castille (Université de Caen Normandie, Laslar), Luciana Romeri (Université de Caen Normandie, Craham), Bernard Gendrel (Paris 12), Pierre Fasula (ISPJS, Paris 1), Claudio Veloso (auteur de Pourquoi la Poétique d’Aristote ?) et Maud Pouradier (Université de Caen Normandie, Identité et Subjectivité). Des étudiants de master de Lettres Modernes et de philosophie, ainsi qu’une étudiante de licence de philosophie, se sont joints aux discussions.

Le but de cette séance était de travailler sur les thèse de Mimesis as make-believe de Kendall Walton, en s’appuyant plus spécialement sur son article “Fearing fictions“.

Continuer la lecture

Découverte de la “deixis fonctionnelle”, théorisée et mise en pratique par Bruno Haas

Il est rare qu’un philosophe de l’art propose une méthode pratique d’analyse des oeuvres d’art, et tente de la mettre à l’épreuve d’oeuvres précises. C’est en allant à l’atelier proposé au Louvre le 25 octobre autour du Parnasse de Mantegna que j’ai découvert la proposition théorique et pratique de Bruno Haas d’une deixis fonctionnelle.

Mantegna, Le Parnasse, musée du Louvre
Continuer la lecture

Séminaire de PhiLiA : compte rendu de la séance du 5 juin 2019

Séance inaugurale du groupe PhiLiA

Présents : Pierre Fasula, Maud Pouradier, Claudio Veloso, Jean-François Castille, Bernard Gendrel, Agathe Novak-Lechevalier, Frédéric Slaby, Dimitra Dardagni.

Pourquoi une groupe de réflexion sur la philosophie de la littérature et de l’art ?

Traditionnellement, le champ esthétique tel qu’il fut délimité par Hegel comprend tous les anciens beaux-arts et la littérature. On observe cependant depuis une vingtaine d’années en France la séparation et la distinction entre deux domaines : la philosophie de l’art d’une part, qui est l’héritière institutionnelle de l’esthétique, et la philosophie de la littérature d’autre part, qui se rattache plutôt à l’éthique. Comment expliquer ce phénomène étrange, qui semble typiquement français ?

Continuer la lecture

Compte rendu de “Houellebecq, l’art de la consolation” d’Agathe Novak-Lechevalier (Stock, 2018)

Après plusieurs années de travail consacrées à Michel Houellebecq (publication d’entretiens, direction du Cahier Michel Houellebecq aux éditions de l’Herne, édition annotée de La Carte et le Territoire), Agathe Novak-Lechevalier publie un long essai consacré à tout l’œuvre de Michel Houellebecq. En effet, la caractéristique de ce livre est de traiter de l’auteur Houellebecq en son entièreté — poète, essayiste et romancier — de sorte que l’ouvrage aurait sans doute été plus justement intitulé Houellebecq, poète et romancier.

La thèse d’Agathe Novak-Lechevalier est que le romancier Michel Houellebecq, loin d’enseigner la dépression et le désespoir, pratique un art de la consolation, qu’on ne peut parfaitement saisir qu’à la condition d’être sensible à ce que le roman contient de poésie. Continuer la lecture

Compte rendu de “La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique” de Maryvonne Saison (Presses de la Sorbonne, 2018) – par Valentin Sonnet

Le point de départ de l’ouvrage est celui de l’histoire, insatisfaisante, de la réception de l’œuvre de Mikel Dufrenne jusqu’à nos jours : cette œuvre est méconnue, lorsqu’elle n’est pas simplement oubliée, ou peu lue ; car, même lorsqu’elle jouit d’une notoriété et d’un intérêt, ceux-ci ne portent que sur un de ses aspects – au mieux, la phénoménologie ; généralement, l’esthétique d’orientation phénoménologique –, et, trop souvent, sur un seul ouvrage : Phénoménologie de l’expérience esthétique ; mais, ni l’esthétique, ni la phénoménologie, ne sont continûment revendiquées. Or, si la lecture de l’œuvre dufrennienne est ainsi presque toujours réductrice, et si les phénoménologues ont attendu tant d’années pour s’y intéresser, alors on ne peut expliquer l’oubli dont elle fut victime à partir des années 1970 par cela seul que, originale et atypique, elle refusait les courants majoritaires d’alors : l’orientation heideggérienne d’une part, et structuraliste, d’autre part. Plus profondément, elle pâtit d’un échec à en saisir l’unité à travers la diversité des thèmes traités.

Continuer la lecture

Compte rendu de la conférence de Maryvonne Saison sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault

Jeudi 28 mars 2019, dans le cadre d’un séminaire de master consacré aux Aveux de la chair de Michel Foucault, Maryvonne Saison, professeur émérite à Paris X-Nanterre, a proposé une communication sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault, à l’occasion de la publication de son livre La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique aux Presses de la Sorbonne.

Continuer la lecture

Festival “Aspects des musiques d’aujourd’hui” consacré à Thierry Pécou : remarques sur Deleuze et Harry Lehmann


Le festival “Aspects des musiques d’aujourd’hui” était cette année consacré au compositeur Thierry Pécou. Quelques impressions au terme de ce formidable événement annuel, auquel je n’ai malheureusement pas pu assister en totalité. Continuer la lecture

Compte rendu de l’après-midi d’étude du 20 mars 2019 autour du livre de Claudio Veloso

L’équipe d’accueil Identité et Subjectivité a invité mercredi 20 mars 2019 Claudio Veloso à présenter son livre sur la Poétique d’Aristote. Pierre Fasula (chercheur associé à l’ISPJS de Paris 1) et Maud Pouradier étaient les répondants. Les discussions réunirent des membres de l’équipe Identité et Subjectivité (Gilles Olivo, Jérôme Laurent, Valentin Sonnet), des membres du LASLAR (Julie Anselmini et Jean-François Castille) et du CRAHAM (Luciana Romeri), ainsi que des étudiants de master et de licence de philosophie de l’université de Caen.

Présentation de Pourquoi la Poétique d’Aristote ? (Vrin, 2018)

Claudio Veloso commence son exposé initial par la genèse de son livre. Continuer la lecture

Sérotonine de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019

Houellebecq et la philosophie : réflexions sur le sens de la philosophie de l’art

Dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Michel Foucault lit dans le célèbre opuscule kantien l’émergence d’une tâche nouvelle pour la philosophie : poser la question du présent. La critique kantienne consiste moins, selon Foucault, en une thématisation de notre finitude, qu’en une interrogation philosophique sur le rapport que notre présent entretient avec la vérité. La philosophie doit désormais être aussi une philosophie de l’histoire, en même temps qu’elle devient critique. C’est de ce Kant-là dont Foucault se présente comme l’héritier. C’est cette tâche critique de la philosophie qui nourrit le regard foucaldien sur l’art[1].

Continuer la lecture