L’opéra pour tous : une tâche pour chacun.

Dans The Square, film de Ruben Östlund ayant reçu la Palme d’or en 2017, un entretien du directeur d’un grand musée d’art contemporain est troublé par le comportement atypique d’une personne du public. Un homme prend sa défense, invitant le reste du public à plus de respect et de tolérance. Le personnage principal demande à ce que l’entretien se poursuive, mais il n’est pas certain qu’il pourra avoir lieu. L’éthique libérale énonce que chacun est libre de mener sa vie comme il l’entend, avec les valeurs qu’il préfère, pourvu qu’il ne gêne pas autrui. L’éthique déontologique s’interroge à l’inverse sur l’ampleur de la gêne que chacun doit accepter pour que chacun soit traité justement, c’est-à-dire équitablement, en fonction de sa situation propre. Les sociétés démocratiques sont dans un équilibre difficile entre ces deux pôles de l’éthique. La saynète de The Square semble insoluble, puisque le souhait d’écouter la conférence est légitime, tout comme celui de tout un chacun de participer à l’événement. Respect absolu d’autrui dans sa singularité, tolérance et justice semblent ici se contrarier inextricablement.

Depuis 2019, la salle Favart et, dans une moindre mesure, la Philharmonie de Paris, se sont engagées contre la handiphobie frappant plus particulièrement les personnes souffrant de comportements que la société juge inadéquats. Des représentations sont déclarées “Relax”, où chacun est le bienvenu. Des bénévoles de l’association Fa Si-La Différence (initialement consacrée à l’ouverture des cinémas aux personnes souffrant de handicaps) vêtus d’un gilet jaune, sont présents dans la salle pour aider les personnes concernées, et expliquer la situation à tous. Avant la représentation du 10 novembre d’Ercole Amante, je ne connaissais pas ce dispositif. L’ensemble du public a respecté les règles rappelées au début de la représentation. Celle-ci a pu avoir lieu sans incident majeur. En l’état l’actuel, le choix de rendre toutes les matinées relax pose cependant un problème.

Je me suis retrouvée à quelques places d’un jeune homme ne pouvant s’empêcher de commenter à voix haute le spectacle. Dans l’ensemble de la salle, on entendait assez régulièrement diverses manifestations émotionnelles, lesquelles étaient adéquates à ce qui était en train de se passer sur scène, mais empêchaient les autres membres de l’assistance de goûter le spectacle et d’entrer dans l’expérience musicale et esthétique. Les personnes présentes spécifiquement pour ce Dimanche relax, incontestablement, goûtaient et comprenaient la représentation. Sachant qu’il n’y a pas de raison de considérer d’emblée que leur expérience dramatique, visuelle et musicale serait moins riche que la mienne ou celle de n’importe quel lyricophile, un problème se pose. Comment faire pour que tous les publics puissent jouir d’un spectacle qu’il n’est plus acceptable, en démocratie, de réserver par principe à une élite sans léser pour autant ceux qui, légitimement, viennent pour goûter l’oeuvre dans sa dimension musicale ?

L’association partenaire de l’Opéra Comique avait pour vocation initiale d’ouvrir à tous les salles de cinéma, où la saturation sonore devient la norme. Il désormais recommandé d’y boucher les oreilles des enfants avec des boules Quiès. Quant aux concerts de musique électrifiée (micro, haut-parleurs, etc.), une partie du public porte des casques d’hélicoptère. Il est clair que dans un cadre aussi sur-sonorisé, les commentaires de mon voisin enthousiaste n’auraient pu me gêner. Il en va tout autrement d’un opéra baroque : la puissance des voix lyriques est aisément recouverte par la voix ou le bruit d’un proche voisin. Les instruments anciens à la sonorité chaude si caractéristique n’ont pas non plus la force acoustique des instruments modernes. Incontestablement, les réactions de mon voisin ont en partie gâché mon expérience musicale. Or, comme beaucoup de spectateurs des matinées parisiennes, je venais de loin, j’avais réservé une chambre d’hôtel, et mes billets avaient été acquis plus d’un an en avance.

Il est clair que tous les spectateurs doivent pouvoir assister aux spectacles musicaux que sont des opéras, des récitals, et des concerts de musique de chambre. La salle Favart – comme la plupart des maisons d’opéra – ne prévoit qu’une seule matinée par série de représentations. Or le choix d’une matinée résulte souvent du lieu d’habitation ou de contraintes liées à l’âge. Par ailleurs, on conçoit que le dimanche après-midi soit le meilleur jour pour des personnes vivant en institution, ou requérant un accompagnateur.

Il est évidemment exclu de suspendre un tel dispositif, qui répond à un besoin réel.

1re solution : rendre Relax des représentations où le bruit éventuel est d’entrée de jeu accepté, par exemple les concerts à destination plus particulière des familles. Cela peut paraître discriminant. Ce fut pourtant le choix de la Philharmonie de Paris, qui ouvrit en 2018 deux concerts bien déterminés, l’un à destination des familles, et l’autre “participatif”.

2e solution : ce seraient donc toutes les représentations qu’il faudrait, par principe, rendre Relax ou inclusives. Ce serait clair, cohérent et indiscutable. [NB : après avoir consulté le site de l’association, j’ai compris que ces représentations Relax ont précisément pour but de permettre à chacun, après s’être habitué ou s’être tout simplement rassuré, de se rendre aux représentations dites “normales”, et de sensibiliser le public du cinéma et du spectacle vivant.]

3e solution : si toutes les matinées ont vocation à devenir Relax, alors il faut prévoir plus d’une matinée par série de représentations.

4e solution : ouvrir les générales. Symboliquement, on ne peut parler de discrimination, car être invité à une générale est un privilège. Cela pourrait être articulé à la 2e solution. “Mais il y a les photographes !” me répondit un membre du personnel de l’Opéra Comique, ce qui laisse songeur…

5e solution : renoncer au silence plus ou moins absolu dans les salles de concert. Après tout, il est vrai que cela ne fut pas toujours le cas, même si cela date tout de même de la fin du XIXe siècle. Peut-être cette exigence, exacerbée par le disque, est-elle discriminante. Cela demande toutefois une modification profonde des habitudes des lyricophiles et des mélomanes. Il serait incohérent et même injuste de demander au seul public des matinées de modifier ses attentes, et non également à la direction de l’Opéra Comique, aux critiques d’Opéra et à la plupart des abonnés parisiens, qui ne fréquentent jamais les matinées. Je prends acte du choix de l’Opéra Comique de faire porter aux seuls provinciaux, retraités et banlieusards l’inégalité induite par le souci de justice et d’équité à l’égard du public souffrant de handicaps particuliers. Cette inégalité de traitement du public étant elle-même inéquitablement répartie, j’en conclus que l’Opéra Comique se paye une belle image sur mon dos. J’en tire la conclusion qui s’impose : je dois renoncer aux matinées de l’Opéra Comique.


8 réflexions sur « L’opéra pour tous : une tâche pour chacun. »

  1. Prétendre que certains spectateurs seraient incommodés par la vue de personnes handicapées relève de la pure mauvaise foi, car ce n’est pas ce qui a été dit.
    […] Un vrai travail préparatoire aurait dû être réalisé en amont. Dans le domaine de l’éducation par exemple, cela fait bien longtemps que l’Opéra de Paris refuse d’accorder des places aux groupe scolaires sans que ceux-ci aient suivi au préalable plusieurs ateliers de découverte et de sensibilisation : cela représente un vrai coût pour l’Opéra de Paris, mais les élèves apprécient vraiment la représentation à laquelle ils assistent.
    Mais M. Desportes […] est-il tout simplement mélomane, tant il lui semble difficile de comprendre qu’une écoute en silence est bien le minimum auquel le véritable amateur de musique a droit, de surcroît si il a payé sa place? Monsieur Desportes choisira-t-il les matinées pour assister aux représentations, ou bien préférera-t-il les soirées? J’ai ma petite idée à ce sujet…

  2. Intéressant article sur la séance de dimanche. Merci de nous faire réfléchir. Il n’est pas question d’opposer les valides de province ou de banlieue aux handicapés de Paris. Notre politique est assumée. Tout autant que son éventuel déficit d’image encouru ( que c’est moche en effet un fauteuil roulant dans cet écrin de Favart et toutes ces cannes blanches et ces chiens et ces bénévoles en gilet jaune), et son coût aussi, et cette énergie qu’il faut à considérer que ce n’est pas l’opéra qui serait sacré, cet art “si particulier”, mais l’attention que l’on doit avoir les uns les autres.Tous. Nous continuerons.
    Nous ( je dis nous parce que je suis le secrétaire général de l’Opéra Comique) sommes évidemment disposés à continuer la discussion sur le principe de ces journées Relax et sur la manière dont nous nous y prenons pour avertir les spectateurs du caractère particulier de ces représentations.
    Bien à vous

    • “que c’est moche en effet un fauteuil roulant dans cet écrin de Favart et toutes ces cannes blanches et ces chiens et ces bénévoles en gilet jaune” : rien dans mon texte ne laisse entendre un tel propos. À vous lire cependant, je comprends qu’il s’agit de modifier de manière globale notre rapport à l’écoute dans un spectacle lyrique, pour l’accueil de tous. Auquel cas, une telle pédagogie ne doit pas se restreindre aux matinées. Je vous remercie pour votre réponse.

    • Monsieur, autant de mauvais foi et d’arrogance représentent une faute professionnelle à mon goût. Vous crachez sur l’essentiel de votre public avec le sourire et c’est inacceptable. “que c’est moche en effet un fauteuil roulant dans cet écrin de Favart et toutes ces cannes blanches et ces chiens et ces bénévoles en gilet jaune”. Commentaire ridicule pour discréditer un article mesuré et intelligent.
      […] Cordialement!!

  3. Bonjour, je viens du site forum opera et ai lu avec attention votre réflexion. Etant aussi ‘obligée’ de choisir les matinées et aimant l’opéra à la folie, j’ai assisté à la même représentation que vous. J’ai découvert l’existence de dimanches relax, sans trop y faire attention, c’est vrai que j’ai entendu quelques bruits à une ou deux reprises… […] J’avoue avoir une préférence pour votre solution numéro 4… ^_^

    • Votre témoignage est intéressant : cela signifie que l’expérience pouvait être très différente selon son emplacement. Vous évoquez les “papiers” et “chuchotements” : je reconnais qu’on peut aussi être très dérangé dans une représentation quelconque par le bruit.
      J’ai longtemps fréquenté le poulailler. A l’Opéra Comique, le meilleur rapport “qualité-prix”, si on n’a pas peur d’avoir mal au dos et si on ne mesure pas plus d’1m70, est de viser les strapontins des balcons.

      • Je note le ‘bon plan’! Physiquement je suis dans ce créneau là.
        J’ai lu aussi l’échange précédent, et signale que mal voyants et fauteuils roulants sont aussi présents dans l’autres salles (en province, où je vais), sans que cela pose problème (mais je sens que c’est le bruit et les chuchotements qui pouvaient faire que l’on s’interroge)

        • Il y a des situations très différentes, et c’est une bonne chose que d’autres formes de handicaps deviennent “visibles” socialement. Quand on aime l’opéra, on ne peut avoir envie que de le partager avec tous. Je serais choquée qu’on suspende totalement l’opération, qui répond à un besoin. Mais on ne peut pas non plus ne pas prendre en considération la question des matinées, si on les rend relax en totalité.

Répondre à keisha Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.