Lecture foucaldienne de la « crise de l’Eglise » – Annonce de parution

Michel Foucault a inspiré de nombreux articles de la revue Esprit.

Il y a plus de 6 mois, ma lecture des Aveux de la chair nourrissait mes réflexions sur notre présent, en particulier sur ce qu’il est convenu d’appeler la « crise » de l’Eglise de Rome.

Je rédigeai dans l’urgence un texte qui, pour divers aléas éditoriaux, paraît seulement aujourd’hui dans Esprit sous le titre « D’un idéal de sainteté à un autre. Michel Foucault et la crise de l’Eglise ».

Qu’appelle-t-on la « crise de l’Eglise » ? En quoi est-elle nouvelle ? Le « mariage des prêtres », réclamé par une majorité de catholiques comme de non-catholiques, est-elle une solution ? Mon hypothèse est que cette crise est le symptôme d’une modification profonde de l’idéal de sainteté. Les réponses aberrantes (« Marions les prêtres ! ») à un problème lui-même confus (défroquages, homosexualité de certains prélats, abus sexuels sur mineurs : autant de questions en réalité incommensurables) témoignent d’une crise de l’ancienne « stylistique de l’existence » chrétienne. L’Eglise romaine sera-t-elle capable d’en susciter une nouvelle, sans délégitimer la possibilité d’une continence intégrale ?

A ce jour, une nouvelle stylistique de l’existence s’est dessinée, « familialiste », qui rend manifestement incompréhensible aux yeux de la plupart des catholiques pratiquants eux-mêmes l’idéal de la chasteté intégrale. La crise s’achèvera lorsque l’Eglise aura renoncé à cet idéal – ce qui serait selon moi son auto-destruction – ou lorsqu’elle parviendra à revivifier l’idéal de la continence depuis la nouvelle stylistique familialiste de l’existence. Il n’est pas impossible que les mouvements écologistes radicaux1 d’inspiration chrétienne en soient la prémisse.

Le numéro d’Esprit du mois de janvier est disponible dans certains kiosques, en librairie, bientôt sur cairn, et naturellement dans nos indispensables bibliothèques municipales, nationales et universitaires.

  1. Aller à la racine des questions étant une démarche philosophique, il va sans dire que j’use de ce terme de manière positive. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.