« Faites la trêve, pas la grève ! »

L’installation et la vénération de la crèche pour la solennité chrétienne de la Nativité aurait été instaurée par saint François d’Assise, le poverello.

Imaginez une petite étable chauffée simplement par le souffle du bétail. Dehors, il fait humide et froid. Des types à l’air patibulaire s’approchent. Ils portent des casquettes, des drapeaux multicolores et d’étranges pancartes. L’un d’eux a une grosse moustache noire, et semble en imposer aux autres. Et voici qu’un doux vagissement se fait entendre depuis l’étable : interloquée, la petite troupe entre précautionneusement. Le jeune Emmanuel leur sourit et murmure : « Faites la trêve, pas la grève ! »1 .

Le film de 2005 réalisé par Christian Caron raconte une trêve passagère dans les tranchées de la Grande Guerre entre Français, Écossais et Allemands. Contrairement à ce que répètent en boucle BFM TV et CNEWS, la « trêve de Noël » n’est en rien une loi tacite de la guerre : c’est un risque que les combattants ont pris contre leurs états-majors. Tout à l’inverse, c’est notre état-major français de la guerre-perpétuelle-en-faveur-de-la-réforme-nécessaire qui appelle les combattants à une trêve unilatérale, pour son seul bénéfice.

Qui n’écraserait une petite larme d’émotion devant cette scène ? Cela fait déjà une semaine que les journalistes de télévision et de radio réclament en boucle la trêve de Noël. Si les canons ont cessé pour la Nativité, pendant la boucherie de la Grande Guerre2, les trains ne pourraient-ils repartir pour Noël 2019 ?

Laissons de côté les arguments politiques défendant la grève pendant les fêtes de Noël : ils se résument tous à montrer l’absurdité d’une trêve unilatérale. Personne ne peut prendre au sérieux la proposition présidentielle, tant que le gouvernement ne repousse pas le dépôt du projet de loi. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’être pris au sérieux, mais de faire pleurer dans les chaumières en agitant le motif, supposé universel, de la « trêve de Noël ».

Qu’appelle-t-on exactement, dans notre contexte, la trêve de Noël ? Il est clair qu’en utilisant cette expression, journalistes et hommes politiques titillent en nous le catholique zombie, celui qui ne croit plus en l’Incarnation et n’a plus mis les pieds à la messe, pas même de Minuit, depuis les obsèques de Pépère, mais qui continue de se soumettre à des rites sociaux oppressants (potlatch annuel de cadeaux dans un cercle plus ou moins élargi, repas interminables, multipliés en proportion des décompositions-recompositions familiales). La trêve de Noël, c’est donc une période de consommation rituelle, débridée et pourtant non pulsionnelle, déconnectée de toute période promotionnelle. Une obligation morale envers les commerçants, et non une manifestation de piété filiale ou religieuse. Si les Français restent solidaires de la grève, malgré l’appel pathétique à la trêve, c’est peut-être qu’ils découvrent ce qu’ils savaient depuis longtemps : ce Noël des centres commerciaux n’a plus aucun sens familial ou amical – spirituel, n’en parlons même pas.

Depuis 2016, la caisse intersyndicale de solidarité a reçu plus de 1 million d’euros de dons. Si vous ne pouvez faire grève, ou si votre grève est invisible, ou si vous n’avez pas été comptabilisé comme gréviste pour quelque raison, donnez pour l’avant-garde de la lutte contre l’inique réforme des retraites !

Et si la grève des cheminots nous libérait enfin de cette médiocre trêve des confiseurs ? Et si un Noël véritable était au bout du chemin ? Un Noël où l’on s’épuiserait moins en une consommation dévastatrice, et où l’on découvrirait les vertus de la solidarité ? Un Noël où l’on ne mettrait pas genou en terre devant le commerce, mais où l’on déciderait de faire preuve de piété familiale, en prévoyant d’aller rendre visite à tata Claude en février par exemple, quand il fait si froid dans la Creuse ? Et même, pourquoi pas, un Noël où l’on prendrait le temps de méditer sur cette idée, paradoxale, d’un pauvre qui est le vrai roi ?

Joyeux Noël à tous, et joyeux Noël aux grévistes qui renoncent, pour la justice, à près d’un mois de salaire. Je les remercie de rendre le combat des enseignants et enseignants-chercheurs, entre autres, visible et audible.

  1. « Les mouvements de grève se justifient, ils sont constitutionnellement protégés. Mais je crois qu’il est des moments dans la vie d’une nation où il est bon aussi de savoir faire trêve pour respecter les familles et la vie des familles. » Emmanuel Macron à Abidjan le 21 décembre 2019 []
  2. Nos journalistes incultes ont manifestement entendu parler du film de Christian Caron, mais ont oublié ce qu’il raconte exactement : une trêve faite par les combattants contre les lois de la guerre et contre les états-majors. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.