Lettre à mes collègues encore non grévistes

Cher ou Chère Collègue,

Tu enseignes dans le premier, le second degré, ou dans le supérieur. Tu es professeur des écoles, certifié, agrégé, maître de conférences ou professeur des universités. Et le 5 décembre tu n’as pas fait grève. Pourtant, tu es gravement sous-payé, et tu le sais. Si tu es professeur des écoles, ton salaire est celui d’un instit’ letton. Si tu es certifié ou agrégé, ce n’est guère mieux, et par-dessus le marché tu fais face à des classes où les difficultés s’accumulent, où 30% des élèves sont illettrés, sans que personne ne t’aide. Dans La Croix ou L’Obs, des journalistes auto-proclamés spécialistes de l’éducation sous-entendent que c’est peut-être ta faute, parce que tu n’arrives pas à faire utiliser intelligemment leurs Téoùlàs aux élèves pendant ton cours sur Louis XIV, Montesquieu, Descartes ou le théorème de Pythagore.

On veut désormais t’arracher ta dernière compensation : une bonne retraite. On condescend à t’en redonner un petit bout si tu fais plus de cours (mais tu es au bord du burn out), si tu fais des stages de révision pendant les vacances, si tu deviens bi-valent, ou si tu fais chaque été une formation sur le numérique, sur la laïcité ou le « management d’équipe ».

Et si tu es PRAG, maître de conférences ou professeur des universités, ta situation se rapproche dangereusement de celle de tes collègues. On te demande déjà de faire de la « remédiation » : tes vacances (= moment de rédaction de tes articles et ouvrages) pourraient bientôt y passer. Les seuls congés pour recherche ou primes qui te sont proposés le sont au terme d’une course à l’échalote toute darwinienne. Aucune chance que ces primes ne compensent un jour ta baisse de pension.

Malgré tout cela, tu n’as pas fait grève.

Laissons de côté l’infime minorité qui, atteinte du syndrome de Stockholm et sans doute déjà en dépression ou en burn out, pense qu’elle est privilégiée par l’Etat français par le calcul des 6 derniers mois. Chacun sa porte de sortie psychologique.

Tu peux donc appartenir aux catégories suivantes :

Cas n°1 : Tu es professeur des écoles, et tu ne peux pas te permettre une journée de grève.

Comme certaines instits de mes enfants, tu as déjà 15 ans d’ancienneté, mais tu es mère célibataire, tu as eu des jours de carence, et tu ne peux pas te permettre une journée de grève. Quelle tristesse de voir que l’Etat a tellement prolétarisé les enseignants du premier degré qu’il les a rendus exsangues et incapables de se défendre. Chère Collègue (car tu es souvent une femme), je crierai deux fois pour toi.

Cas n°2 : Tu as quelque difficulté à manifester avec la CGT et Sud.

Détends-toi : le Snalc appelle également à la grève, et ce n’est pas exactement un syndicat gauchiste ou marxiste.

Cas n°3 : Tu es au Sgen.

Moi aussi, cher Collègue, j’y suis. Je me console en me disant que le Sgen Basse-Normandie (sans doute comme d’autres sections) a appelé à la grève le 5 décembre à l’unanimité des votants.

Cas n°4 : Tu as voté Macron, parfois avec enthousiasme, dès le premier tour.

Te voilà cocu. C’était prévisible, mais je ne t’accablerai pas. Il n’est plus temps. Bats-toi contre celui qui non seulement a trahi son électorat de centre-gauche, mais par-dessus le marché te prend pour un imbécile. Car même si tu n’es pas agrégé de maths, tu sais que 2 et 2 font 4, et que 500 millions d’euros partagés entre 1 million d’enseignants, cela ne rattrapera pas ta baisse brutale de pension.

Cas n°5 : Tu es proche de la retraite, tu vas profiter des 6 derniers mois, tu as eu une carrière difficile, et tu laisses les jeunes se débrouiller.

Je ne peux pas croire une seule seconde que tu sois dans cette catégorie.

Cas n°6 : Tu es un saint. Tu ne veux pas faire souffrir tes élèves qui préparent le bac, apprennent à lire, passent des examens ou préparent un concours.

Cher Collègue, ton esprit de sacrifice est admirable. Cela fait 30 ans que la profession réagit ainsi et se fait piétiner par la droite, mais aussi, et parfois même surtout, par la gauche (tu te souviens sans doute de Najat Vallaud-Belkacem, ricanante, disant à Ruquier de ton corps de métier, « mais ces gens-là, c’est pas pour l’argent qu’ils travaillent, sinon ils ne seraient pas enseignants, entre nous ! »). Il est temps de changer de stratégie.

Cher ou chère Collègue, j’espère t’avoir convaincu(e). Je manifesterai le 10 décembre. J’espère t’y retrouver.


3 réflexions sur « Lettre à mes collègues encore non grévistes »

  1. Ping : Position de l’EA Identité et Subjectivité (université de Caen) contre la LPPR, la destruction du CAPES et l’inique réforme des retraites. | Esthétique et philosophie de l'art

  2. Ce que tu appelles un Téoùlà, c’est l’ordiphone ?
    Je ne suis pas un saint, mais indéniablement il y a du sacrificiel à ne pas faire grève demain (j’ai fait grève le 5). De toute façon, les programmes du lycée n’ont jamais été vraiment faisables.

    • Je crois que c’est Maurizio Ferraris, dans « T’es où ? Ontologie du téléphone mobile » qui appelle l’ordiphone le « Téoulà » (« Allo, t’es où là ? Moi je suis dans le tram. ») Mais je ne suis plus certaine : j’ai peut-être lu cela dans un article de la Décroissance. A priori la grève d’aujourd’hui sera un échec, et les enseignants et enseignants-chercheurs vont gober tout rond la promesse d’une revalorisation sur 20 ans. J’attends avec impatience les déclarations de Philippe mercredi soir : l’exercice de rhétorique vaudra le détour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.